Secteur public : coupes claires à l'AFPA après la mission de Roland Berger

Au premier semestre 2018, le couple Roland Berger – Wavestone était mandaté par l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) pour pallier un déficit récurrent. Objectif alors : échafauder la nouvelle stratégie de l’agence. Une nouvelle stratégie qui passe par un nombre important de suppressions de postes, selon la réorganisation présentée, jeudi 18 octobre, au conseil d’administration et au comité central d’entreprise (CCE). Selon les informations du Monde, cette réorganisation prévoit la suppression de 1 541 postes (pour un effectif d’environ 8 000 personnes) et la fermeture de 38 sites sur 206. Dans le même temps, l’organisme va redéfinir sa stratégie pour proposer de nouveaux services et renforcer la dématérialisation de son offre de formation.

Afpa

16 Nov. 2018 à 06:11
Secteur public : coupes claires à l'AFPA après la mission de Roland Berger

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Lecteur
18 Nov 2018 à 11:39
Je croyais que c'était le cabinet Alixio, plutôt.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Sur la loi climat, la parole est au BCG

    Mandaté par le ministère de la Transition écologique pour juger de la crédibilité des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le cabinet avait été brocardé de toutes parts pour sa partialité et ses conflits d’intérêts. Au Sénat, le cabinet a vertement défendu son intégrité : « Ce contrat n’a pas été rédigé sous la dictée. »

  • Ceinture et bretelle sur les dépenses de consulting du gouvernement

    Le gouvernement entend faire baisser dès 2022 les achats de missions de conseil en stratégie et transformation, alors que le Premier ministre s’apprête à rendre public une circulaire établissant des règles plus restrictives de recours aux consultants par les administrations.

  • Éducation nationale, réforme des retraites : McKinsey sur le gril

    Mardi 18 janvier, lors de leur audition par la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil privés dans les politiques publiques, deux partners de McKinsey à Paris ont dû répondre des tenants et aboutissants de deux missions dans le secteur public.

  • « Les consultants n’ont pas défini la politique vaccinale en France »

    Matthieu Courtecuisse répondait aux questions des sénateurs mercredi 5 janvier, et ce, au titre de sa double casquette : président de Syntec Conseil (le syndicat des professionnels du secteur du conseil) et CEO et fondateur du cabinet Sia Partners.

  • Vente en ligne : McKinsey dessine la stratégie de l’UGAP 

    Pour répondre à la concurrence des GAFA, la centrale d’achat qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, a fait appel au cabinet de conseil pour élaborer une stratégie de vente en ligne. 

  • Recherche : la carte consulting des universités françaises

    Le cabinet CMI a accompagné cinq des quinze universités labellisées fin novembre lors de la première vague de l’appel à projet ExcellenceS, rendue publique par l’État le 30 novembre 2021. Le cabinet est ainsi intervenu auprès des universités de Haute-Alsace, de Bourgogne-Franche-Comté, de Poitiers, de Pau et Gustave-Eiffel.

  • Achats de conseil de l'État : des bonnes pratiques à portée de main

    Michel Grévoul, le directeur du service des achats de l’État, et Edward Jossa, le président de l’UGAP, étaient entendus par la commission d’enquête du Sénat le 8 décembre 2021.

  • « Quand c’est complexe, 23 114 euros » : le prix du conseil à l'UGAP

    Trois ans après que l’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, avait lancé son premier marché de conseil en stratégie d’une valeur de 12 millions d’euros, son directeur a détaillé au Sénat comment ils sont dépensés.

  • Au Sénat, l'explosion des dépenses de conseil en question

    Jeudi 2 décembre, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques démarrait ses travaux. Elle se donne pour objectif de faire la lumière sur un sujet devenu grand public après que plusieurs cabinets de conseil sont intervenus auprès du gouvernement dans le cadre de la gestion de la pandémie.

Super Utilisateur
secteur public
roland berger, afpa, formation professionnelle, service public
2168
2021-08-23 20:23:39
1