Russie : McKinsey obligé de rétropédaler face aux manifestations pro-Navalny

Le géant McKinsey rétropédale face à la révolte populaire en Russie en faveur de l’avocat dissident Alexeï Navalny dont l’arrestation dès son retour de Berlin a suscité une vague de manifestations dans tout le pays.

28 Jan. 2021 à 12:00
Russie : McKinsey obligé de rétropédaler face aux manifestations pro-Navalny

Le groupe avait envoyé des consignes très claires à ses employés de son bureau moscovite en amont des cortèges prévus le week-end dernier pour soutenir le célèbre avocat : pas de participation à la mobilisation et pas d’opinions affichées sur les réseaux sociaux. Des règles édictées dans un mémo titré : « Restez en sécurité, restez neutres, profitez du week-end ».

Le texte indiquait notamment que les « employés de McKinsey ne doivent pas soutenir des activités politiques de façon publique ou privée ». Des consignes qui n’ont pas été du goût de certains au sein du cabinet : le contenu du message a fuité et s’est retrouvé dans le Moscow Times provoquant un tollé auprès des internautes, dont des journalistes, des activistes des droits de l’homme et même le sénateur américain Marco Rubio. Sur son site, l’élu républicain de Floride a publié un communiqué le 24 janvier indiquant avoir écrit à la firme et indique que cet e-mail interne interrogeait sur « les valeurs au cœur de McKinsey et de sa culture corporate ».

Un bad buzz à l’écho international qui a contraint le groupe à fournir aux salariés un nouveau message au ton beaucoup plus conciliant… « Les règles du groupe ont été incorrectement reflétées dans l’e-mail », indique d’abord le courriel. Puis de préciser très diplomatiquement que « McKinsey soutient le droit de ses employés à participer légalement et de façon personnelle à des activités politiques et civiques dans les pays dans lesquels nous opérons. La reconnaissance de ces droits est sans réserve ».

De dizaines de milliers de personnes ont manifesté à travers tout le pays pour demander la libération de l’activiste anticorruption Alexeï Navalny toujours emprisonné. Après être revenu de Berlin où il était soigné pour une tentative d’empoisonnement l’été dernier imputée aux services de renseignement russes, l’avocat avait été immédiatement arrêté.

McKinsey a été critiqué par le passé pour ses liens troubles avec certains régimes autoritaires dont la Turquie, l’Arabie Saoudite ou encore la Chine. Une attitude retracée notamment dans une longue enquête du New York Times de décembre 2018 intitulée « Comment McKinsey a aidé à contribuer à la stature de gouvernements autoritaires ».

Crédit photo : SARATOV, RUSSIA - January 23, 2021. Rally for the release of Navalny. Adobe Stoc.

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

OnceAgain
28 Jan 2021 à 14:00
Encore une fois toujours les mêmes, il vaut mieux en rire qu'en pleurer tellement cela devient loufoque.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

Super Utilisateur
Monde
McKinsey, Alexeï Navalny, Marco Rubio
2941
McKinsey
1