Le patron de Kea perce au sein de la communauté des entreprises à mission

 

Arnaud Gangloff, PDG de Kea & Partners, a été élu membre du CA de la Communauté des entreprises à mission qui vient de nommer son premier conseil d’administration.

 

02 Mar. 2021 à 12:03
Le patron de Kea perce au sein de la communauté des entreprises à mission

 

Créée fin 2018, forte des 180 entreprises qui ont adopté le statut d’entreprise à mission, à l’instar de Kea en 2020 (relire notre article ici), cette communauté a pour mission de promouvoir et de déployer ce modèle d’entreprise prônant une économie plus vertueuse. 

« C’était le souhait des cinq membres du bureau et de son président, Emery Jacquillat, d’élargir la gouvernance avec la création de ce conseil d’administration et l’ouverture à des experts externes incontestables, dont Armand Hatchuel, à l’origine de la loi (la loi PACTE de 2019, ndlr) », précise à Consultor Arnaud Gangloff.

Au sein de ce conseil d’administration constitué de onze membres (six hommes, cinq femmes), siègent ainsi des dirigeants de société, dont le président, Emery Jacquillat, CEO de la CAMIF, et la vice-présidente, Laurence Méhaignerie, cofondatrice du fonds de private equity Citizen Capital, ainsi que deux personnes expertes, Armand Hatchuel, donc, et Blandine Mulliez, présidente de la Fondation Entreprendre.

Parmi les membres du CA, pas d’autres stratèges – Kea étant le premier, et encore le seul, cabinet de conseil en stratégie en Europe à devenir société à mission –, mais une ancienne consultante en stratégie, Laurence Grandcolas, fondatrice de MySezame, une entreprise de formation des décideurs à l’innovation sociale, consultante chez Bain & Cie de 2006 à 2010.

Arnaud Gangloff prend cette nouvelle fonction comme un engagement fort : « J’intègre ce conseil d’administration en tant que chef d’entreprise fort d’une expérience récente sur ce modèle inédit et innovant de société à mission et non pas en tant que consultant. Nous avons deux rôles en tant que membres du CA : apporter notre retour d’expérience aux dirigeants en réflexion sur ce sujet et travailler avec l’ensemble des acteurs à un cadre de mise en place opérationnelle du texte de loi. Des groupes de travail vont se constituer, dont Kea fera , car il est important de soutenir un modèle économique et social auquel nous croyons. D’ailleurs, il apparaît d’ores et déjà que c’est un mouvement irréversible. »

Pour preuve, le 20 mars 2020, date de changement de statut du cabinet, Kea & Partners était la 3e entreprise française à faire le choix de société à mission. Fin 2020, elles étaient 88… « 50 % des entreprises du CAC 40 disent qu’elles ont une raison d’être (ndlr, un engagement inscrit dans la loi PACTE). C’est une première étape pour elles avant de sauter le pas », indique Arnaud Gangloff.

 

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

Monde
Kea & Partners, Arnaud Gangloff, Armand Hatchuel, Emery Jacquillat, Laurence Méhaignerie, Blandine Mulliez, Laurence Grandcolas, Bain
2981
Bain & Company Kea & Partners
Arnaud Gangloff
2021-11-09 10:38:21
0
Non