Le mea culpa inédit de McKinsey

Suite aux récentes révélations de la justice américaine sur la mission discutable effectuée par McKinsey auprès du laboratoire Purdue Pharma (relire notre article ici), le cabinet sort de son silence pour présenter des excuses et donner son point de vue.

11 Déc. 2020 à 10:12
Le mea culpa inédit de McKinsey

Un acte de contrition inédit de la part de McKinsey ; la posture du cabinet sur les derniers scandales était plutôt de répondre aux différentes accusations point par point. McKinsey est, en effet, soupçonné d’avoir conseillé au labo la manière d’augmenter les ventes de ses opiacés « tueurs », l’OxyContin, mais aussi proposé d’offrir des ristournes à ses distributeurs en cas de surdoses, ainsi que la destruction de documents compromettants liés aux enquêtes en cours.

Selon le quotidien le New York Times du 8 décembre, si le cabinet US reconnaît des erreurs, il refuse en revanche toute implication concernant des conseils stratégiques qui auraient permis l’augmentation des ventes grâce à des rabais. « Notre travail avec Purdue a été conçu pour soutenir la prescription légale et l’utilisation d’opioïdes pour les patients ayant des besoins médicaux légitimes, et toute suggestion selon laquelle notre travail visait à augmenter les surdoses ou les abus, et à aggraver une crise de santé publique est erronée. Cela dit, nous reconnaissons que nous avons la responsabilité de prendre en compte le contexte plus large et les implications du travail que nous accomplissons. Notre travail pour Purdue n’a pas respecté ce standard », a pointé McKinsey dans un bref communiqué publié le 5 décembre sur son site internet (ici). Le cabinet reconnaît également un manquement quant à son jugement sur la réalité du danger que représentent ces opioïdes pour des millions de familles américaines. McKinsey annonce à l’occasion le début d’un examen complet sur l’ensemble de la mission réalisée pour Purdue Pharma, « y compris dans l’échange d’e-mails de 2018 qui faisait référence à la suppression potentielle de documents. Nous continuons de coopérer pleinement avec les autorités chargées d’enquêter sur ces questions ». 

Cette communication intervient alors que des élus démocrates et républicains s’indignent et demandent une enquête sur le travail effectué par le cabinet de conseil en stratégie auprès du laboratoire.

Et les langues commencent à se délier au sein du cabinet. La consultante-médecin, Dina Marie Pitta, médecin chez McKinsey, a demandé dans un e-mail largement partagé avec ses collègues, la démission du cabinet des responsables impliqués. « Les systèmes, et non les personnes, doivent changer pour éviter de futurs échecs, mais les dirigeants impliqués connaissaient le grand potentiel de préjudice et étaient complices. » L’ex-consultant de McKinsey Eran Zimmerman, associé de 2001 à 2003, a écrit une lettre ouverte publiée sur LinkedIn. « En promouvant vigoureusement ce crime contre l’humanité, ces consultants seniors ont failli tuer ce grand nom qu’est McKinsey. »

Deux associés sont principalement mis en cause notamment en raison de leur intention de faire disparaître les documents compromettants : le senior partner Martin Elling du bureau du New Jersey (vingt-deux ans chez McKinsey), leader de la practice produits pharmaceutiques et médicaux pour l’Amérique du Nord, et Arnab Ghatak, un médecin, associé principal depuis 2000.

Un scandale de trop ? Cela fait des années que des enquêtes largement médiatisées mettent en cause le travail de McKinsey à travers le monde, avec des clients controversés, y compris des gouvernements autoritaires. (Relire ici notre article sur la succession de scandales pour la seule année 2018.) Le cabinet américain a déclaré qu’il « prenait des mesures pour changer la façon dont il sélectionnait les projets à entreprendre ».


Crédit photo : Adobe Stock

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

quillien
13 Déc 2020 à 21:57
des problèmes similaires semblent exister en Afrique du sud

https://www.dailymaverick.co.za/article/2020-12-11-mckinsey-steps-up-controls-after-being-left-red-faced-by-state-capture-experience-in-south-africa/

A chaque fois il s'agit de dérives locales!!

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Bain rattrapé par le bourbier sud-africain
    17/01/22

    En 2018, Bain avait cherché par tous les moyens à faire taire la vive polémique concernant une mission de conseil de deux ans et de neuf millions d’euros que le cabinet avait obtenue en 2015 pour la South African Revenue Service (SARS), l’agence de perception des revenus de l’État sud-africain. 

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Super Utilisateur
Monde
McKinsey, Dina Marie Pitta, Eran Zimmerman, Martin Elling, Arnab Ghatak, opiacé, pharmacie
2889
McKinsey
2021-09-26 20:59:01
1