Le conseil (en strat’) dans le viseur du ministère du Travail

Dans cette période de crise sanitaire où l’accès au chômage partiel a été massif – il a concerné près de 6 millions de salariés en France, soit 21 % de l’emploi salarié –, le Gouvernement a maintenant décidé de passer à une phase active de « chasse aux fraudeurs ». Le ministère du Travail souhaite, en effet, effectuer des contrôles des demandes déposées par les entreprises.

15 mai. 2020 à 15:05
Le conseil (en strat’) dans le viseur du ministère du Travail

« Au regard du caractère massif de l’usage de l’activité partielle […], le risque de fraude apparaît particulièrement élevé et est susceptible de prendre des formes diverses », est-il notifié dans un document révélé par le site d’actualités juridiques actuEL-RH. « D’une manière générale, tous les secteurs où le télétravail est possible et qui ne sont pas administrativement fermés », indique le ministère du Travail, et en particulier, d’après un expert, « les activités de conseil aux entreprises, qui se prêtent pourtant facilement au télétravail avec des cadres nombreux ». Le conseil en strat’ est donc, par là même, directement pointé du doigt, suspecté d’avoir eu accès au chômage partiel tout en continuant à faire travailler ses collaborateurs en télétravail.

Pour répondre à ce qui serait une suspicion totalement infondée, le Syntec Conseil en management, via son président, Matthieu Courtecuisse, a lancé une charte de 100 signataires affirmant que la plupart des cabinets qui ont eu recours à ce dispositif l’ont fait en toute responsabilité, dans un souci unique de préserver l’emploi. « La baisse d’activité dans le conseil en général et, en particulier dans le conseil en stratégie, est une réalité pour 90 % des cabinets. Elle a chuté de 40 % pour les missions et de 80 à 90 % pour les propositions commerciales. Ce n’est pas parce que l’on peut travailler de chez soi, dans le cadre du télétravail, que l’on a des choses à faire. On ne va pas inventer du faux travail. Toutes nos entreprises ont déposé un dossier et ont reçu l’agrément. Nous n’apprécions pas le soupçon et la confusion entre le télétravail et l’activité réelle. Comment les contrôles vont-ils être faits et sur quoi vont-ils se baser ? Nous posons la question. Mais nous condamnons aussi fermement ceux qui ont pu frauder et se sont mis dans l’illégalité », a-t-il tenu à déclarer à Consultor. Reste à voir effectivement, si, et comment, les contrôles vont être réalisés… et si le secteur du conseil en stratégie a abusé de ce recours providentiel…

Matthieu Courtecuisse - Crédit : profil LinkedIn


6
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (6)

ClapClapClap
20 mai 2020 à 11:48
Citation en provenance du commentaire précédent de Testi
Assez étonné par les commentaires ci-dessous qui abondent dans le sens du ministère... Témoignage : de notre côté effort colossal pour 1) réduire au maximum le recours au chômage partiel et 2) garantir que tout chômage partiel payé par l'Etat est bien 100% chômé, justifié et justifiable...
Manifestement tous les cabinets n'ont pas les mêmes pratiques... une fois encore.

citer

signaler

Testi
18 mai 2020 à 13:43
Assez étonné par les commentaires ci-dessous qui abondent dans le sens du ministère... Témoignage : de notre côté effort colossal pour 1) réduire au maximum le recours au chômage partiel et 2) garantir que tout chômage partiel payé par l'Etat est bien 100% chômé, justifié et justifiable...
Manifestement tous les cabinets n'ont pas les mêmes pratiques... une fois encore.

citer

signaler

Radial
17 mai 2020 à 09:33
Avec une trésorerie pleine à craquer, des dispositifs d'optimisation fiscale à n'en plus finir et des carnets de commande remplis à horizon 2-3 ans, je vois mal comment ils vont justifier le recours au chômage partiel. Surtout, arguer de la nécessité de maintenir les salariés dans l'emploi quand on passe le plus clair de son temps à les pousser à la sortie et à faire de la gpec, est d'un cynisme assez incroyable.

citer

signaler

Arnaud Nyme
16 mai 2020 à 19:51
Il est impossible de faire bien son travail avec quelques jours staffés par semaine, notamment quand le client bosse lui toute la semaine. Même si on est en chômage partiel on bosse quand même en off. Ne serai-ce que de lire ses mails.

citer

signaler

Facto
16 mai 2020 à 05:24
On va se "marrer"

citer

signaler

ClapClapClap
15 mai 2020 à 14:49
Nombreux sont les cabinets (stratégie, management, IT) qui ont utilisé le chômage partiel pour maximiser leurs profits en faisant payer par le contribuable l'augmentation du bench. Chapeau bas. Cela va en éclabousser plus d'un lors des contrôles... et ce sera bien mérité.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Bain rattrapé par le bourbier sud-africain
    17/01/22

    En 2018, Bain avait cherché par tous les moyens à faire taire la vive polémique concernant une mission de conseil de deux ans et de neuf millions d’euros que le cabinet avait obtenue en 2015 pour la South African Revenue Service (SARS), l’agence de perception des revenus de l’État sud-africain. 

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Monde
chômage partiel, Matthieu Courtecuisse, Syntec conseil, fraude
2675
6