La réaction d'OC&C France à la sécession du Benelux

 

Suite au départ des équipes Benelux du réseau OC&C, 59 consultants dont 6 partners partis rejoindre E&Y, nous avons interviewé Guy-Noël Chatelin sur la réaction de l' équipe française.

Consultor : Que s’est-il passé ? Comment expliquez-vous que vos collègues du Benelux aient choisi de rejoindre EY ?

 

14 Oct. 2016 à 19:10
La réaction d'OC&C France à la sécession du Benelux

 

Guy-Noël Chatelin : OC&C est une partnership indépendante, où chaque bureau est une entité juridique à part entière. Le bureau hollandais a choisi de se vendre, c’est sa décision. Je pense que l’un des déclencheurs est peut-être l’avancée rapide du processus d’intégration dans lequel nous sommes engagés. Nous nous dirigeons vers un modèle de « one firm » et plutôt que de faire partie d’une société indépendante, ils ont préféré rejoindre un grand groupe.

Bien sûr, nous aurions préféré qu’ils demeurent dans le nouveau OC&C, mais leur départ n’est pas un problème majeur pour le réseau. Le marché hollandais est un petit marché dans le conseil, et les Pays-Bas ne constituent que très rarement une priorité pour nos clients. De fait, les différents bureaux ne réalisaient que très peu de cross business avec Rotterdam. Ce départ n’est pas très gênant pour notre activité ou notre avenir. Au contraire, cela a conforté les quatorze autres bureaux dans l’idée de continuer le processus d’intégration déjà bien enclenché.

Consultor : Comment la nouvelle du départ des équipes des Pays-Bas a-t-elle été accueillie par les équipes à Paris ?

Guy-Noël Chatelin : Nous avons communiqué de manière très transparente sur le sujet dès que l’on a pu le faire. Forcément, les consultants ont posé beaucoup de questions, la nouvelle n’était pas très réjouissante. Mais les réactions ont été très saines, très réfléchies. Les consultants savent que nous sommes dans un processus d’intégration. Ils sont également bien plus attentifs au développement du cabinet aux États-Unis ou en Chine et en Asie qu’à la situation des Pays-Bas. D’ailleurs, il faut bien le dire, se rendre à Rotterdam ne les motivait que rarement (sourire).

Consultor : Une question que l’on ne peut pas s’empêcher de se poser : le départ des équipes de Rotterdam n’est pas le premier, qui sera le prochain ? La France ?

Guy-Noël Chatelin : Les bureaux britannique, français et allemand sont les bureaux historiques du réseau. Cela fait vingt-cinq ans que nous travaillons ensemble et sommes par conséquent très soudés. Ce qui s’est passé aux Pays-Bas n’arrivera pas dans nos bureaux les plus importants, et d’autant plus que nous avançons sur le processus d’intégration sur le modèle du « one firm » qui mettra un terme définitif à ce risque. Les bureaux anglais, allemand, français, US et chinois devraient fonctionner comme une business unit unique au 1er mai 2017, les autres bureaux devraient suivre dans les douze mois.

À l’issue de ce processus, en devenant une entreprise unique, et pas seulement un réseau de pays indépendants, nous allons nous donner les moyens de notre développement international, et notamment des moyens financiers. Quand vous demandez à quatorze bureaux de « mettre au pot », vous pouvez solliciter une contribution plus importante en tant que « one firm ». Nous avons ouvert des antennes en Turquie et en Pologne récemment. Avec une entreprise unique, nous pourrons ouvrir encore d’autres bureaux plus facilement.

Ce qu’il est donc important de retenir, c’est que pour nos clients, le départ du bureau de Rotterdam ne change rien – mis à part la présence physique d’un bureau aux Pays-Bas. Sur Le fond de notre travail, de ce qui fait notre spécificité par rapport à la concurrence reste identique. Nous sommes un cabinet indépendant, nous le restons et travaillons à consolider cette position. Nous sommes une structure mondiale qui sert les plus beaux clients de façon indépendante, nous ne sommes pas une filiale ou une branche d’un grand groupe de conseil et n’aspirons pas à le devenir. OC&C restera dans les années à venir une marque forte et une alternative aux grands groupes de conseil.

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Bain rattrapé par le bourbier sud-africain
    17/01/22

    En 2018, Bain avait cherché par tous les moyens à faire taire la vive polémique concernant une mission de conseil de deux ans et de neuf millions d’euros que le cabinet avait obtenue en 2015 pour la South African Revenue Service (SARS), l’agence de perception des revenus de l’État sud-africain. 

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Super Utilisateur
Monde
oc&c, benelux, france, Guy-Noël Chatelin, one firm
1613
Guy-Noel Chatelin
2021-10-31 15:06:07
0
Non