Info Consultor – Stratégie vaccinale made in McKinsey : une facture à 10 millions d’euros

Cinq paiements de décembre 2020 à mai 2021 pour un total de 9,56 millions d’euros : tel est le total des honoraires acquittés par le ministère de la Santé à McKinsey pour l’accompagnement fourni au ministère pour le déploiement de la vaccination covid-19 selon des documents obtenus par l’association Anticor et consultés par Consultor.

Benjamin Polle
28 Sep. 2021 à 12:00
Info Consultor – Stratégie vaccinale made in McKinsey : une facture à 10 millions d’euros
Crédit photo : Nice, FRANCE - March 22 2021: A Bid Sport Stadium used as a vaccination Covid - 19 Center.

 

Neuf mois après que l’information d’une mission de McKinsey pour accompagner le ministère de la Santé dans le déploiement de la vaccination covid a révélé au grand public le rôle important joué par les cabinets de conseil au sein de l’État, l’ampleur de cette mission se précise petit à petit.

Car si vingt-huit contrats passés entre le ministère de la Santé et sept cabinets (Accenture, CGI, Citwell, Deloitte, JLL, McKinsey et Roland Berger) entre le 12 mars 2020 et le 9 février 2021 pour un montant total de 11,35 millions d’euros étaient connus depuis qu’ils avaient été rendus publics par la députée Les Républicains de l’Orne Véronique Louwagie en février, de nouveaux documents actualisent ces chiffres.

Ainsi Véronique Louwagie faisait-elle état le 10 février 2021 de 5,4 millions d’euros TTC de missions de conseil en stratégie. « Le cabinet le plus sollicité est McKinsey pour un montant de quatre millions d’euros », indiquait-elle à l’Assemblée nationale.

La rapporteuse spéciale de la mission Santé de l’État au sein de la commission des Finances de l’Assemblée nationale qui s’était autosaisie du sujet comme l’y autorise la loi de finances, a alors connaissance de trois missions de McKinsey au ministère de la Santé.

Une première, facturée 3,2 millions d’euros, est notifiée au cabinet le 8 décembre 2020. Elle porte sur l’accompagnement de l’équipe interministérielle dans la définition d’une stratégie cible visant à doter l’ensemble du territoire français des doses de vaccins.

Une deuxième, facturée 169 000 euros, est notifiée au cabinet le 23 décembre. McKinsey doit notamment assurer la coordination entre Santé Publique France (SPF), l’agence sous tutelle du ministère de la Santé, notamment chargée du suivi épidémiologique, et le ministère de la Santé.

Une troisième, facturée 605 000 euros et notifiée à McKinsey le 14 janvier 2021, avait, elle, trait à la mise en place d’une « tour de contrôle » stratégique auprès de SPF.

Une facture à 10 millions d'euros

Quatre millions d’euros donc. Une facture qui s’est sensiblement alourdie depuis. Selon des documents communiqués par la direction générale de la Santé à Anticor, deux autres factures ont suivi sur l’accompagnement de McKinsey auprès du ministère. Une de 2,6 millions d’euros pour un bon de commande en date du 9 mars. Puis une facture de 2,9 millions d’euros pour un bon de commande en date du 18 mai.

Ce qui au total porte les honoraires de McKinsey à 9,56 millions d’euros. Ces missions devaient mobiliser une quinzaine de consultants dès décembre puis jusqu’à vingt-cinq d’ici la fin février, avançait Les Échos mi-janvier. Quand Politico estimait, de son côté, début février, que sept consultants et deux associés du cabinet étaient mobilisés sur le sujet.

Ces missions de McKinsey interviennent dans le cadre d’un vaste marché de transformation de l’action publique de l’État français entre 2018 et 2022 d’une valeur globale de 100 millions d’euros. Il avait été attribué à vingt cabinets principaux et soixante-trois sous-traitants spécialistes le 22 juin 2018 (relire notre article). Le lot 1 de ce marché portait sur la stratégie et les politiques publiques et était doté d’un budget de 20 millions d’euros. Ce lot avait été attribué au Boston Consulting Group (en binôme avec EY Advisory), à Roland Berger (avec Wavestone) et à McKinsey (avec Accenture).

Les 9,56 millions d’euros facturés par McKinsey représentent donc 61 % du budget du lot 1. Ils représentent par ailleurs 31 % des 30,2 millions d’euros qui avaient été facturés en février 2021 (relire notre article) par l’ensemble des cabinets de conseil à l’État dans le cadre de ce marché pluriannuel.

Un recours à McKinsey que des sources au sein du ministère citées par Politico en février estimaient nécessaire. Ces dernières évoquaient un personnel pour moitié en burn-out tant la charge de travail et la pression de la gestion de la pandémie étaient fortes.

Une facture définitive ? Pas de réponse encore claire à cette question. Le 17 mai 2021, Les Échos avait appris que la mission, qui avait déjà été prolongée au mois d’avril, était à nouveau prolongée. Sans qu’on en connaisse le terme exact à ce stade. Mi-août, on apprenait seulement que les cadres de la task force vaccinale du gouvernement « reconnaissaient l’apport du cabinet McKinsey pour aider à mettre en place les process nécessaires depuis le début » (relire notre article). Et le 17 septembre, le gouvernement affichait publiquement sa satisfaction : le seuil des 50 millions de primo-vaccinés était dépassé.

De son côté, Anticor poursuit ses recherches sur les documents reçus. Les interrogations de l’association portent sur la récurrence des bons de commande, leur montant et le lien jugé ténu entre un marché-cadre de transformation de l’action publique et des missions d’aide au déploiement de la stratégie vaccinale. L’association pourrait en ce sens adresser des demandes complémentaires à l’administration dans les semaines à venir.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

    Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

Super Utilisateur
secteur public
covid, ministère de la santé, ditp, mckinsey, marché public
9745
Boston Consulting Group McKinsey Roland Berger
2021-11-04 20:11:37
0
Non