Chez Bain, facturation record et acquisitions

Acquisitions et rebond record des revenus après la crise : plus de deux ans après avoir pris ses fonctions de managing partner chez Bain and Company, Manny Maceda s’est livré au Wall Street Journal.

15 Déc. 2020 à 05:35
Chez Bain, facturation record et acquisitions

Il y explique avoir œuvré en faveur d’acquisitions contre l’avis initial de certains associés qui redoutaient que des achats diluent la culture de Bain. Ils les ont finalement approuvés et neuf prises de participation ont eu lieu depuis. Leur succès jusqu’à ce jour invite à en faire davantage : ce que souhaite faire Manny Maceda, indique-t-il dans une interview parue le 5 décembre dans le Wall Street Journal.

Manny Maceda explique par ailleurs que les derniers mois n’ont pas été de tout repos. Il a souffert d’une insomnie d’un mois au démarrage de la pandémie qui a obligé le cabinet et ses clients a fermé ses bureaux. Il craignait alors que le virus n’ait un impact négatif sur le volume d’activité du cabinet. Au point de se tourner vers John Donahoe, ancien président du cabinet récemment nommé CEO de Nike (dont nous parlions ici), et l’un des mentors de Manny Maceda.

John Donahoe a fini par le rassurer sur la valeur renforcée des conseils de cabinets tels que Bain dans des moments de retournement et de crise. Et le rebond après le premier confinement est retentissant, octobre ayant été selon Manny Maceda le mois au plus haut historique de revenu mensuel jamais enregistré. Et ce même si 85 % des 12 000 collaborateurs du cabinet dans 37 pays restent en télétravail.

Manny Maceda indique également songer à la création d’un rôle de directeur mondial des opérations, qui n’existe pas aujourd’hui. Il aurait pour objectif de lui libérer du temps, notamment pour qu'il puisse encore davantage se consacrer aux relations avec les clients.

Il a, enfin, agi pour la refondation de la déclaration de mission de la firme, analogue à la raison d’être des entreprises créées en France. Cette déclaration plaide pour la création de valeur générale des clients, et non plus sur la seule valeur économique.

Parmi les autres conseillers informels du patron de Bain figurent Kent Thiry, un ancien Bainie qui a quitté le cabinet pour diriger DaVita, un opérateur de dialyses ; Sol Trujillo, le président de Trujillo Group, société de private equty ; ou Julie Coffman, une autre associée chez Bain.

Manny Maceda, à 57 ans, père de quatre enfants, est un quasi pur produit maison. Il a fait toutes ses classes au sein du cabinet, de stagiaire d’été à managing partner. Philippin de naissance, sa famille a quitté le pays pour que son père puisse passer un doctorat de droit. Il est de retour à Manille quand il avait cinq mois au moment où son père décide de s’engager en politique alors que sa mère était active dans la production cinématographique. Il a aujourd’hui pour projet personnel de retracer l’histoire de ses parents.

Gamin, Manny Maceda observa Neil Armstrong marcher sur la Lune, ce qui le convainquit qu’il serait astronaute – ce sera finalement ingénieur. Premier emploi chez DuPont en 1983 avant d’aller passer un MBA à la Sloan School of Management du MIT. Il intègre ensuite Bain pour ne plus jamais quitter la firme. Il y a occupé deux postes de patron mondial de practice.


Crédit photo : Manny Maceda

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

Super Utilisateur
Monde
manny maceda, bain, mentor, acquisitions, John Donahoe, Kent Thiry
2887
Bain & Company
0