Conseil en stratégie : PowerPoint go home ?

Les critiques s’accumulent contre le logiciel de présentation le plus utilisé dans le monde. Où est la relève ?

Présentation des principaux rivaux du Powerpoint dans la boîte à outils du consultant en stratégie, Keynote et Prezi.



Lisa Melia
18 Fév. 2013 à 01:02
Conseil en stratégie : PowerPoint go home ?

Penser en PPT

« Quand nous aurons compris cette slide, nous aurons gagné la guerre », ironise le général américain McCrystal, à propos de la présentation très confuse expliquant la stratégie américaine en Afghanistan. Cette anecdote, racontée dans The New Yorker et rapportée par Franck Frommer dans son ouvrage « La Pensée PowerPoint », illustre la thèse principale de l’auteur : le fameux logiciel de Microsoft, qui s’est imposé comme le leader en matière de présentation visuelle, « nous rend stupides ». Comment ? Entre autres à cause du format sous forme de titres customizable et de bullet point, synonymes pour Franck Frommer d’un appauvrissement de la pensée et d’un nivellement par le bas.

À tel point qu’il est devenu critique pour les consultants en stratégie de réfléchir à d’autres outils pour présenter devant des clients. « S’il ne s’inscrit pas dans une charte graphique précise, PowerPoint peut perdre très vite en impact, affirme Sylvie Jaulin, directrice en charge du développement professionnel chez Kea & Partners. La tentation est forte de laisser les consultants réaliser eux-mêmes leurs PPT, alors que leur valeur ajoutée ne se trouve pas là. Nous avons donc commencé à réfléchir aux solutions pour remplacer PowerPoint. »

Le constat est sévère, mais il est partagé par de plus en plus de professionnels. « Certains clients sont lassés des slides », confirme Sylvie Jaulin. Les présentations PPT annihilent l’échange et la discussion et simplifient la pensée. Selon Franck Frommer, la « powerpointisation » des esprits prouve que le logiciel a dépassé le statut de simple outil et façonne la méthodologie de travail. Y compris celle des consultants, grands adeptes des présentations visuelles, puisqu’ils doivent illustrer de manière rapide, concise et explicite le fruit de leur travail à chacun de leur client. Sans compter que « tout le monde, y compris les clients, utilise PowerPoint », regrette Sylvie Jaulin. D’où l’importance de se distinguer.

Où est la relève ?

De quelles alternatives dispose-t-on alors pour présenter un rapport, une étude ou une proposition devant des clients ? La stratégie la plus simple reste encore la méthode old school : un tableau, un marqueur et vous. Plutôt que de plonger vos interlocuteurs dans le noir et une douce torpeur, une présentation à l’ancienne peut se révéler salvatrice et provoquer plus facilement réaction et échange d’idée. « Fais, et tu retiens », disait, en substance, Confucius. S’il participe plus activement, le client a plus de chance de se souvenir des éléments clefs de la présentation du consultant qu’il a sollicité.

Une solution qui connaît toutefois des limites. Or, les concurrents de PowerPoint se bousculent au portillon. Le principal vient d’Apple : le fameux Keynote, qui ne désigne plus uniquement le logiciel, mais la méthode de présentation propre à Steve Jobs. Grand show à l’américaine, la Keynote est devenue aujourd’hui un exercice populaire et attrayant. Alors que de plus en plus de cabinets s’équipent en Mac, le logiciel gagne logiquement en renommée. D’un point de vue purement visuel, Keynote offre davantage d’options et de nuances que PPT. La prise en main facile et intuitive, qui constitue la marque de fabrique d’Apple, lui permet de gagner les faveurs d’un nombre grandissant d’utilisateurs. Mais s’ils divergent sur la forme, PowerPoint et Keynote conservent un mode de fonctionnement relativement équivalent.


La Keynote de Steve Jobs lors de la présentation du premier iPhone :

Celui qui semble tirer son épingle du jeu auprès des cabinets s’appelle Prezi, utilisé de plus en plus par les consultants en stratégie. Au lieu de fonctionner sous forme de slide qui se succèdent les unes aux autres, Prezi propose un espace qui se veut infini, au sein duquel l’intervenant peut agencer ses idées et les points clefs de sa présentation et naviguer presque librement d’un point à l’autre. Gratuit et en ligne, il joue sur le tableau de la fluidité et du dynamisme qui manque à PPT. L’entreprise revendique plus d’un million d’utilisateurs mensuels et plus de 250 millions de présentations créées en 2012. Globalement, les clients des cabinets de consultants en stratégie semblent apprécier ce nouveau format.


Étude de cas sous prezi pour Tiffany & Company : 

 

Mais le logiciel n’est pas, lui non plus, exempt de critiques. Les présentations sont plus longues à concevoir, car l’utilisateur doit se familiariser avec l’environnement de travail. Tous les contenus apparaissent sur un seul plan, ce qui oblige à ruser et à user du zoom, parfois à l’excès. « Prezi est plus complexe à utiliser et il faut en posséder une excellente maîtrise pour produire une présentation qui aura un véritable impact », soutient Sylvie Jaulin. Les présentations trop mouvantes finissent par détourner l’attention et perturber l’écoute.

Si PowerPoint fait donc l’objet de nombreuses critiques, la succession n’est pas encore assurée. Les alternatives existent, mais elles tombent dans les mêmes écueils que le logiciel de Microsoft. Pour Christopher Witt, auteur américain de « Real leaders don’t do PowerPoint », l’essentiel est donc de remettre PPT et les autres à leur juste place : au rang de boite à outils qui ne remplace pas la présentation dans son ensemble, mais qui participe à illustrer et à clarifier le propos de l’auteur. Plutôt que d’abandonner PowerPoint ou l’un de ses concurrents, la solution pourrait donc se trouver dans une autre façon de concevoir ses présentations.


Par Lisa Melia pour Consultor, portail du conseil en stratégie-28/11/2012

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Le consulting à la recherche des représentants du personnel perdus

    Tickets restaurants, intéressement, télétravail… Dans les cabinets de conseil en stratégie, comme dans n’importe quelle entreprise, les représentants du personnel sont obligatoires et interviennent sur divers sujets. Pourtant, ils y sont souvent totalement méconnus, évoluant dans des cultures d’entreprises peu portées à la revendication.

  • Handicaps : l’inclusion selon Kea

    Le handicap dans l’entreprise, sujet tabou. Le secteur du conseil en stratégie n’échappe pas à la règle et n’est, pour le moins, pas des plus exemplaires en matière de travail des personnes en situation de handicap. Quelques expériences fonctionnent pourtant.

     

  • Dans le secret des sources des consultants

    Les consultants multiplient les canaux d’information : appels téléphoniques dans leur réseau ou au-delà, appels au débotté (alias cold call), appels masqués (alias blind calls), déjeuners ou cafés informels… Enquête. 

  • Consultant recherche infos à tout prix

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

Manuel de survie
powerpoint, presentation, prezi, keynote, conseil en stratégie, microsoft, apple, sylvie jaulin, kea partners, ppt
3746
0