UPSA tente de trouver un remède avec McKinsey

La nouvelle PDG des laboratoires français UPSA, Isabelle Van Rycke, 47 ans, une « transfuge » de Sanofi recrutée en mai dernier, a présenté la nouvelle feuille de route stratégique à horizon 2026 aux salariés – elle sera dévoilée à la direction à la fin du mois.

21 Sep. 2021 à 10:09
UPSA tente de trouver un remède avec McKinsey

Pour élaborer ce plan jugé « audacieux », la CEO a fait appel au cabinet McKinsey, très présent sur le secteur de la pharma/santé en France – il a renforcé en juin dernier le partnership de cette practice (ici).

Les nouveaux axes de la stratégie du labo agenais : renforcement de son produit vitrine, le paracétamol (et les marques Efferalgan, Dafalgan…), développement commercial, conquête de nouveaux marchés, diversification avec la production de compléments alimentaires. Une annonce qui a semblé ravir les quelque 1 500 collaborateurs (et en premier lieu les forces syndicales) du labo français créé en 1935 par un médecin Camille Bru, inventeur du premier médicament effervescent contre les troubles gastriques. En 2017, UPSA avait renoué avec la croissance avec une progression de 8 % de son chiffre d’affaires (près de 386 M€) par rapport à l’année 2016 (+ 11 % à l’international).

Aujourd’hui, UPSA – 293 millions de boîtes vendues – a réalisé 387 M€ de chiffre d’affaires en 2020, dont 55 % à l’international. En pleine période covid, alors que le secteur pharma est en pleine croissance, et après une année 2020 en mi-teinte (notamment avec la mévente des antigrippaux), l’année 2021 s’annonce plutôt morose pour UPSA. Il prévoit d’ores et déjà une année record de baisse des ventes des produits phares avec moins de 280 000 millions de boîtes en prévision. Le labo a atteint jusqu’à 340 millions de boîtes vendues annuellement. En mars dernier, l’actionnaire japonais Taisho (depuis deux ans) avait remercié le précédent PDG, François Duplaix, et « volé » Isabelle Van Ricke à son concurrent Sanofi, le numéro 1 français.

Cette nouvelle stratégie, mise en musique par McKinsey, donne un nouvel élan au labo qui vit une période troublée économiquement, mais également socialement. « C’est un sacré chantier, mais elle (ndlr, Isabelle Van Rycke) donne une nouvelle impulsion dans une atmosphère autrement plus apaisée », se réjouissent les représentants du personnel de cette entreprise qui a fait face l’année dernière à une tentative de suicide d’une salariée en mars et à un suicide d’un délégué CGT en octobre. « On a perdu dix-huit mois. La crise sanitaire est passée par là. Elle a pu nous être bénéfique par certains aspects lors du confinement, mais, au final, elle nous a fait prendre du retard », note un cadre à cette occasion.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

pharmacie - santé

pharmacie - santé
UPSA, pharma
9699
McKinsey
2021-11-09 20:00:12
0
Non