Ada Di Marzo, directrice générale de Bain à Paris : « Le fruit d’un travail de dix ans »

 

En janvier, Ada Di Marzo a été choisie pour succéder à Domenico Azzarello à la direction générale du bureau parisien de Bain & Company. Sa trentaine d'associés représente environ 5 % de l’activité mondiale de la firme.

Domenico Azzarello prend, lui, les fonctions de directeur de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), dont Paris est le troisième plus important bureau. Domenico Azzarello devient l’un des trois directeurs régionaux que compte la gouvernance globale de la firme. Interview croisée à l’occasion de ce passage de relais.

20 Fév. 2019 à 12:02
Ada Di Marzo, directrice générale de Bain à Paris : « Le fruit d’un travail de dix ans »

 

Mettons les pieds dans le plat : Ada Di Marzo, vous êtes la première femme à prendre la tête en France d’une des marques américaines les plus renommées. Dans un secteur connu pour être peu paritaire, quel est le message que Bain souhaite faire passer ?

Ada Di Marzo (A. D. M.) : Ma cooptation est le fruit d’un track record et d’une décennie de travail chez Bain à Paris. C’est vrai, le conseil en stratégie est traditionnellement peu paritaire. Dans cet environnement, Bain a pourtant tendance à mieux faire que ses pairs. Au niveau managers et au-dessus, Bain compte 34 % de femmes.

Pourtant, les récits de femmes qui auraient pu poursuivre leur carrière dans le conseil en stratégie et y renoncent quand elles deviennent mères sont innombrables. Votre élection n’envoie-t-elle pas tout de même un signal ?

A. D. M. : Il ne faut pas individualiser. Le sujet ne concerne pas que les mères. Tous les consultants peuvent devenir parents. Le plus important pour pouvoir favoriser la progression de chacun est de faire en sorte que les parcours de consultant en stratégie offrent de la souplesse avec des phases différentes. Entre des périodes chez les clients, des projets internes, des voyages et des périodes au bureau… les leviers à actionner sont nombreux. Je suis la mère de deux enfants de 7 et 11 ans et j’ai pu bénéficier de ces aménagements pour mener ma vie personnelle et ma carrière de front.

Comment la personne élue managing partner est-elle choisie chez Bain ? Plusieurs candidats font-ils campagne ?

Domenico Azzarello (D. A.) : Il n' y a ni candidat ni campagne. Le partner en charge des ressources humaines au niveau mondial fait passer une série d’entretiens aux partners du bureau, pour identifier les sujets importants, le profil qui serait adapté pour y répondre et les candidats qui correspondraient au mieux. Le profil d’Ada est ressorti.

Pour combien de temps devient-on managing partner ?

D. A. : Normalement pour cinq à sept ans. Il y a eu des exceptions.

Pourquoi ne pas avoir poursuivi pour deux années supplémentaires votre mandat actuel que vous avez débuté en 2014 ?

D. A. : Dans mon cas, le poste de directeur régional EMEA m’a été proposé et c’est la raison pour laquelle le processus de cooptation d’une nouvelle direction générale à Paris a été lancé.

Combien y a-t-il de directions régionales dans la gouvernance de Bain et comment sont-elles attribuées ?

D. A. : Il y a trois régions chez Bain : Amériques, Asie-Pacifique et EMEA. Le managing partner global (Manny Maceda, NDLR) fait passer des entretiens à une centaine de partners pour les postes de direction régionale. La proposition m’a été faite. J’ai accepté.

À Paris, une Italienne pour succéder à un Italien : est-ce un hasard ou une véritable Squadra Azzurra chez Bain France ?

D. A. : Cela nous fait rire, mais c’est une pure coïncidence. Même s’il est vrai que nous sommes trois Italiens dans le partnership parisien (avec Paolo Bordogna, partner du pôle services financiers, NDLR).

Ada Di Marzo, quels seront vos principaux objectifs en tant que directrice générale ?

A. D. M. : Nous sortons d’une période de croissance à deux chiffres sur tous nos secteurs d’intervention. Notre capacité à réellement mettre en œuvre la transformation de nos clients est centrale. Ma mission première sera de poursuivre cette dynamique, et de consolider la position top of mind de Bain dans un marché en forte consolidation où seul un très petit nombre d’acteurs ont une réelle envergure internationale.

Mais le conseil en stratégie change et doit attirer des data scientists ou des designers. Comment voyez-vous ces évolutions et comment entendez-vous les aborder à la tête du bureau de Paris ?

D. A. : Sur les 80 à 90 recrutements que nous effectuons chaque année à Paris, la proportion des profils experts en data (souvent des data scientists ou des profils d’ingénieurs autodidactes, NDLR) est montée à 20 % ces dernières années. Elle va encore augmenter à 25 %.

A. D. M. : Nous allons intégrer de plus en plus ces compétences dans le rendu de nos missions et changer notre manière de travailler ensemble.

Concrètement, devenir directrice générale du bureau de Paris, que cela change-t-il ?

A. D. M. : Pour partie, rien du tout. Je vais continuer à suivre mes clients. Dans les faits, je vais me charger de piloter le plan de croissance de Bain à Paris pour les années qui viennent et mener la réflexion sur la manière avec laquelle les solutions que nous apportons à nos clients pourraient évoluer.

D. A. : S’y ajoute un volet très opérationnel : gérer un bureau de 300 personnes.

Domenico Azzarello, en 2015, vous expliquiez à Consultor que Bain à Paris c’était une trentaine de clients prédominants et cinq à six practices majeures. Cette photographie est-elle toujours d’actualité ?

D. A. : Elle l’est, quoique le nombre de clients est plutôt de l’ordre de la quarantaine aujourd’hui. Ce qui est surtout notable c'est le changement de la superficie des relations que nous entretenons avec eux. Nous souhaitons pouvoir accompagner nos clients dans des programmes de transformation de longue durée. De cette façon nous couvrons à date la moitié du CAC 40 avec des DG et des PDG qui recommandent Bain.

Est-ce là le bilan des années Azzarello pour Bain Paris ?

D. A. : Restructurer le portefeuille de clients a été l'une des premières décisions que j'ai prises. Pour la mettre en œuvre, nous avons été amenés à dire à certains clients que nous mettrions nos forces sur les sujets sur lesquels nous avons la plus grande valeur ajoutée. Ce ne fut pas une idée simple à faire passer dans un premier temps. Tout le monde en voit la pertinence aujourd’hui.

Une vie de voyages s’ouvre désormais à vous ?

D. A. : En effet. L’EMEA chez Bain, ce sont une vingtaine de bureaux répartis entre la France, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Moyen-Orient dont la tête de pont est Dubaï, puis l’Afrique avec l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya. Je vais me déplacer deux à trois jours par semaine entre ces différents bureaux pour échanger avec les équipes de consultants qui y travaillent et avec leurs clients.

En Afrique du Sud, vous héritez d’un dossier particulièrement épineux puisque Bain y a été mis publiquement en cause pour une mission conduite dans le pays. Comment allez-vous gérer ce sujet ?

D. A. : En coopérant avec les autorités, comme nous l’avons fait jusqu’à aujourd’hui.

Chapeauterez-vous des ouvertures ?

D. A. : Il y aura des ouvertures de nouveaux bureaux au Maghreb, en Afrique de l'Est et de l'Ouest.

Propos recueillis par Benjamin Polle pour Consultor.fr

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

  • La vie de stratège en BD — Épisode 2 : l'homme pressé

    À peine arrivé dans l’un des cabinets les plus réputés de la place, le partner caricaturé par notre dessinateur Léo est déjà démarché par un chasseur de têtes pour rejoindre un cabinet concurrent – une proposition qui ne se refuse pas. Même s’il arrive à certains consultants de cumuler trois, quatre ou cinq cabinets au cours de leur carrière, toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que fortuite !

  • Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

    Pour permettre à ses consultant(e)s de combiner développement professionnel et personnel, Kearney a mis en place un programme diversifié de missions solidaires entrant dans le cadre de sa politique de développement durable.

    Sur la base du volontariat, les consultants mettent ainsi pendant quelques mois leurs compétences au service d’organisations à impact social, souvent des associations, avant de reprendre leur activité au sein du cabinet de conseil en stratégie.

  • Covéa, SNCF, Total : ces DG catapultés partners

     

    Pour répondre à des objectifs de croissance ou d’expertise, les cabinets n’hésitent pas à faire entrer des profils seniors directement en tant que partners, quand bien même ils n’ont aucune expérience antérieure dans le conseil.

    Attention aux conditions d’adaptation requises : toutes les greffes ne prennent pas.

  • L.E.K., Bain : comment le CEO de Webhelp a fait ses classes dans la stratégie

     

    Il a fait de sa start-up, créée en 2000, l’une des rares licornes françaises.

    Olivier Duha, 51 ans, s’imaginait explorateur lorsqu’il était enfant, a été consultant chez L.E.K. Consulting puis Bain & Company, avant de devenir un entrepreneur à succès. Il est le CEO cofondateur de Webhelp.

Manuel de survie
Ada Di Marzo, Domenico Azzarello, Bain, Gregoire Baudry, Jean-Charles Redon, Céline Choain, RH, femme, mère, managing partner, partner, entretien, interview, paris
9204
Bain & Company
Ada Di Marzo Domenico Azzarello
2021-10-30 16:28:46
0
Non