Sébastien Declercq, responsable du bureau parisien d’A.T. Kearney

 

 

Un discret ambitieux

À 45 ans, Sébastien Declercq se définit comme un « bébé A.T. Kearney ». Depuis son arrivée en 1997 après un MBA à UCLA, il est resté fidèle au cabinet en se spécialisant au fil des années dans la banque/assurance, notamment sur les problématiques de transformation ou impliquant des impacts lourds dans la durée. 

Élu partner en 2006, il dirige depuis bientôt quatre ans le bureau parisien.

 

Gaëlle Ginibrière
22 Sep. 2014 à 23:09
Sébastien Declercq, responsable du bureau parisien d’A.T. Kearney

 

Autant dire qu’en dix-sept ans, il a tout vécu : le leadership du cabinet dans les années quatre-vingt-dix ; la fuite des cerveaux suscitée par la gouvernance de l’actionnaire EDS (qui avait racheté A.T. Kearney en 1995) dans les années deux mille ; le MBO de 2006 qui a impulsé un rebond de croissance. « Les consultants qui sont partis avant le buy out, à un moment où ils étaient en lutte avec EDS, qui les éloignait du cœur de métier, pensent qu’à travers ces épisodes A.T Kearney a perdu son âme… Le temps a passé et nous sommes revenus à un modèle extrêmement pur et noble », assure-t-il. Totalement indépendant de tout actionnaire, A.T. Kearney se dit à l’abri de toute perspective de consolidation. « Le cabinet n’a pas de dettes, nous ne courons donc pas le risque de nous voir imposer quoi que ce soit par les banques. Et si une offre de rachat se présentait, il faudrait que 80 % des partners la votent », assène Sébastien Declercq.

« Service, confiance, don »... pour lui, les valeurs fondatrices du cabinet sont toujours d’actualité. « Nous ne sommes pas les plus gros, ni les plus connus. Nous sommes bien dans ce métier en étant nous-mêmes. Nous sommes soucieux de la qualité de nos recommandations et veillons à dire la réalité aux clients – ce qui implique une réelle confiance – et non ce qu’ils veulent entendre. Notre engagement est authentique, ce qui nous permet de créer de belles success-stories et de laisser une empreinte durable chez le client. » Sébastien Declercq cherche très clairement à incarner l’image de discrétion dont se prévaut le cabinet. À la figure du patron, il déclare préférer celle du primus inter pares, d’animateur qui capitalise et met en musique l’action de tout une équipe. « Nous choisissons des consultants qui nous ressemblent, avec une promesse : aider chacun à développer son plein potentiel. Tout en provenant des mêmes écoles que nos concurrents, nos consultants sont moins formatés, car être un nerd ne suffit pas. Ils sont à l’écoute, savent véritablement travailler en équipe et ne sont pas arrogants ». Et de citer telle collaboratrice championne de golf ou telle autre qui enchaîne les marathons – des femmes de préférence, alors que le cabinet vient justement d’être épinglé par Consultor pour leur absence parmi les partners du bureau parisien.

Une modestie affichée qui n’entrave pas l’ambition. Alors que le chiffre d’affaires mondial s’approche du milliard de dollars, l’objectif est de le doubler d’ici 2020. « Si le marché du conseil en stratégie a connu jusqu’en 2006-2007 une croissance à deux chiffres, ce n’est plus le cas. La question est aujourd’hui de savoir quels cabinets sauront le mieux répondre aux besoins du client ». De dimension mondiale, tout en fonctionnant sans frottement... la description pourrait être celle d’A.T. Kearney. « Avec ses 59 bureaux présents dans 40 pays et son organisation en une seule firme, le cabinet correspond à ce profil », confirme Sébastien Declercq. Sa vision de l’avenir ? Un marché polarisé autour d’un côté des global four du conseil en stratégie – parmi lesquels il compte ATK –, de l’autre, des big four de l’audit qui se lancent dans le conseil et un troisième segment composé d’acteurs locaux low cost ou de spin-off spécialisés. « Notre enjeu est de saisir les opportunités. Il y a de super coups à jouer et nous sommes à l’affût. Nous nous sommes renforcés en banque/assurance, nous avons progressé en pharmacie/santé en bénéficiant de l’évolution du marché et de la place laissée par Monitor », note le partner. En France, le cabinet est bien placé sur les biens de consommation, le retail, la banque, le private equity ou encore les transports/infrastructures. Des domaines dans lesquels il vise le top 3, sans complexe vis-à-vis de sa petite taille – 125 consultants en France, 3 000 dans le monde – au regard de celles des grands leaders. Parmi les secteurs où il souhaite se développer : l’énergie et l’aérospatiale, deux domaines d’expertise du cabinet au niveau mondial. « Les clés de la réussite reposent sur notre attachement à quelques fondamentaux du métier. Nous perdons peu de clients et notre challenge est d’en gagner de nouveaux chaque année. »

Gaëlle Ginibrière pour Consultor

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Bain : salve de nouveaux associés, une Française
    13/01/22

    Pour ce début d’année, Bain et Company (63 bureaux dans 38 pays) annonce la promotion de 78 partners dans le monde, dont une à Paris, Audrey Hadida.

  • Publicis Sapient Strategy Consulting : quatrième partner à Paris
    13/01/22

    L’activité de conseil en stratégie de Publicis Sapient vient de promouvoir Mathieu Larroumet au poste de managing director. Une nomination qui vient renforcer son équipe de direction parisienne après l’arrivée de Célia Friedman en fin d’année 2021.

  • PE : un Français roi du monde au BCG
    06/01/22

    Benjamin Entraygues, au BCG Paris depuis 5 ans – il a passé précédemment 17 ans chez Roland Berger –, co-patron du PE du BCG Paris, vient d’être promu responsable monde de sa practice PIPE (Principal Investors & Private Equity).

  • Ça va déménager chez Advancy
    31/12/21

    Le cabinet Advancy va déménager en avril prochain, et ce, pour la troisième fois en sept ans.

  • Quand le conseil en stratégie évalue son impact
    27/12/21

    C’est une première dans le secteur du conseil en stratégie. CO conseil, cabinet non-profit de conseil en stratégie dédié à l'intérêt général et société à mission, fondé par Kea & Partners, Algoé, Colombus et Weave (devenu Onepoint), qui a été rejoint par Mawenzi en mai dernier, vient de faire réaliser une étude de son impact auprès de ses bénéficiaires

  • Comment CVA aide un « LinkedIn-Meetic » de l’insertion à sortir de terre
    27/12/21

    Don, mentorat, contact, aide financière : CVA multiplie les initiatives pour aider la toute jeune plateforme « Un Début de Réseau ». Gratuite pour ses usagers, la plateforme a vocation à mettre en relation des professionnels installés avec des jeunes non-diplômés en recherche de contacts pour doper leur entrée dans la vie active.

  • La patronne de McKinsey France se défend face aux critiques
    20/12/21

    Clarisse Magnin-Mallez, la boss du géant US en France depuis août dernier, a décidé de faire preuve de transparence en s’exprimant dans les colonnes du Figaro du 5 décembre.

  • L.E.K. : les priorités du nouveau patron à Paris
    10/12/21

    17 novembre. C’est la date à laquelle Maxime Julian, un ESCP de 35 ans, pur produit maison où il a gravi à vitesse rapide tous les échelons, est devenu le nouveau patron du bureau de Paris de L.E.K. Il fait part de ses priorités à Consultor.

  • Publicis Sapient : une première managing director en France
    10/12/21

    Celia Friedman, tout juste 40 ans, et près de 14 ans de maison Oliver Wyman (relire ici), arrive chez Publicis Sapient, au sein de l’une des dernières équipes de conseil en stratégie créées à Paris.

France
declercq, dirigeant, managing partner, atk, portrait, Sébastien Declercq, AT Kearney, A.T. Kearney, partner
3295
Sébastien Declercq
2021-11-09 19:50:04
0
Non