République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey

La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

Consultor.fr
14 Jan. 2022 à 13:00
République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
Wikimedia.

Parmi eux, Jan Lipavský, passé un temps chez McKinsey, a pris ses fonctions de nouveau chef de la diplomatie tchèque. À 36 ans, il est l’un des plus jeunes à occuper ce poste dans l’histoire de ce pays. Né à Prague en 1985, Jan Lipavský a fait ses études en République tchèque, au Prague Security Studies Institute, et à l’Université de Kent, en Angleterre. Diplômé en relations internationales, il est entré en politique en 2015, lorsqu’il a rejoint le Parti pirate tchèque. Ses sujets de prédilection sont alors déjà la sécurité et la politique internationale.

Deux ans plus tard, il est nommé vice-président de la commission des Affaires étrangères et de la commission de la Défense à la Chambre des députés. Un poste qu’il a occupé jusqu’en 2021, avant de devenir le nouveau ministre des Affaires étrangères du pays.

Mais avant d’entrer en politique, Jan Lipavský a fait carrière dans le privé. Et son premier poste, c’est chez McKinsey qu’il l’a eu : pendant un an, de 2005 à 2006, il est en effet visual assistant au sein du cabinet. Il s’est ensuite essayé au marketing chez Euro RSCG avant de se spécialiser dans le domaine des technologies de l’information en milieu bancaire pour Zoot, Total Solutions et MoroSystems.

Sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères de République tchèque a fait couler beaucoup d’encre en Europe de l’Est. Il faut dire que c’est la première fois qu’un pays membre de l’Union européenne fait entrer des membres du Parti pirate au sein d’une coalition gouvernementale. Mais c’est surtout parce que le président tchèque, Miloš Zeman, s’est montré fermement opposé à son entrée au gouvernement. Il lui reproche notamment ses positions sur Israël, la Russie ou encore le groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) et sa volonté de mener une politique plus à l’Ouest.

Apparu en Suède en 2006, le Parti pirate s’est depuis décliné un peu partout en Europe. Leurs membres sont appelés des « pirates ». Ils défendent des idées de liberté et de transparence. L’antenne tchèque, formée en 2009, déclare sur son site être « en faveur d’un centre libéral » et avoir pour « objectif principal une société libre, éduquée et informée ».

Une nomination qui fait écho à celle d’un autre ancien du cabinet en juillet 2019 : Kyriákos Mitsotákis en tant que Premier ministre de la Grèce qui, lui aussi, avait fait un bref passage par McKinsey en début de carrière (relire notre article). 

Si les anciens du conseil en stratégie sont nombreux à se frotter à la politique au moment de quitter le conseil (les exemples les plus fameux étant Mitt Romney, candidat à la présidence des États-Unis ou plus récemment le candidat démocrate Pete Buttigieg), leur accès au pouvoir est plus rare, à l’exception notable de Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, ancien du Boston Consulting Group.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

  • Afrique du Sud : McKinsey poursuivi, Bain interdit
    07/10/22

    Les deux cabinets de conseil sont mis en cause (parmi de nombreuses autres entreprises, telles que Bell Pottinger, KPMG, HSBC, SAP) pour des missions effectuées dans le cadre de la « capture de l’État », ainsi qu’ont été nommées les affaires de corruption qui ont gangrené les années au pouvoir de Jacob Zuma (2009-2018).

  • L’ambition nord-américaine de PMP
    27/09/22

     « PMP Strategy accélère sa croissance en Amérique du Nord avec un nouveau bureau à Toronto », vient d’annoncer le cabinet. 

  • Big Four + conseil = je t’aime, moi non plus (le retour)
    22/09/22

    Après qu’EY a annoncé son plan de scission de ses activités d’audit et de conseil, le modèle pluridisciplinaire des géants de l’audit est remis en question. Dans l’immédiat, le marché se prépare à l’arrivée d’un nouveau concurrent.

  • Au Canada, EY Parthenon met la main sur une boutique spécialiste de l’ESG
    16/09/22

    La marque de conseil en stratégie d’EY intègre AFARA, une boutique d’une quinzaine de consultants répartis entre Toronto et Calgary.

  • EY : la scission du conseil et de l’audit entre dans le vif du sujet
    15/09/22

    Quelques jours après l’officialisation à l’échelle mondiale d’un plan de scission des activités d’audit et de conseil, les quelque 350 partners français doivent à présent s’accorder sur les détails de la séparation et ses impacts sur les activités de conseil et de conseil en stratégie : ce qui ne sera pas une mince affaire.

  • Oliver Wyman : un T2 à près de 700 millions de dollars
    15/09/22

    695 millions de dollars. Tel est le niveau d’activité enregistré par Oliver Wyman dans le monde au T2 2022 a fait savoir le cabinet dans les résultats trimestriels publiés par sa maison-mère Marsh McLennan.

  • Guerre des talents : aux US, les MBB sortent le chéquier
    31/08/22

    Dans un marché des talents ultraconcurrentiel, et malgré le retournement de la conjoncture macro-économique, McKinsey, le Boston Consulting Group et Bain (MBB) mettent en œuvre de colossales augmentations de salaire aux États-Unis pour attirer les meilleurs talents.

  • Enquête : ce que 114 000 documents internes disent du « McKinsey way »
    30/08/22

    McKinsey s’était engagé à publier tous les documents internes en lien avec ses missions de conseil réalisées durant quinze ans sur les médicaments antidouleurs (opioïdes) qui ont causé 500 000 morts par overdose en vingt ans aux États-Unis. 114 921 documents internes ont été mis en ligne le 30 juin 2022. Ils dévoilent l’envers du business du scandale sanitaire.

Monde
République Tchèque, Jan Lipavský, Miloš Zeman, parti pirate, pirates
10210
McKinsey
2022-06-02 13:47:27
0
Non