Oliver Wyman au chevet des réfugiés

 

Qu’est-ce que le secteur privé peut faire pour favoriser l’intégration des réfugiés en Europe ? Leur donner des opportunités d’emplois, défend le cabinet de conseil Oliver Wyman dont l’initiative d’embauche de réfugiés est ouverte depuis deux ans. Si elle a effectivement conduit au salariat de plusieurs personnes réfugiées en Europe dans différents bureaux d’Oliver Wyman, l’initiative a été beaucoup plus réduite que prévu et se heurte à des difficultés inattendues.

 

11 Déc. 2017 à 07:42
Oliver Wyman au chevet des réfugiés

 

Juin 2016. Le président Obama appelle le secteur privé à s’engager davantage en faveur de la crise des migrants. Avec 65 millions de personnes déplacées cette année-là, les tensions migratoires atteignent un plus haut historique, selon les données compilées par l’Agence des Nations unies pour les migrants. Une cinquantaine de compagnies privées répondent à cet appel (Airbnb, Google, Facebook, Goldman Sachs, Coursera…). Accenture, McKinsey et Oliver Wyman comptent parmi elles.

Un objectif initial ambitieux

« En 2015, Scott [McDonald, le CEO d’Oliver Wyman] avait fait part de son émotion à propos de la crise des migrants », se souvient Lyndsay Anderson, en charge des ressources humaines au bureau de Dubaï, qui a mis sur pied une approche au recrutement de réfugiés qualifiés au sein du cabinet.

L’objectif est clair et semble atteignable : rendre possible le plus grand nombre d’embauches dans les rangs du cabinet. Mais en septembre 2017, deux ans après avoir lancé son initiative, le même Scott McDonald faisait état d’une dizaine d’embauches, deux dans des fonctions de consultants et sept dans des fonctions support.

Pourquoi si peu ? Les obstacles sont multiples. D’abord, le chemin est semé d’embûches d’un point de vue administratif, à commencer par l’obtention de visas ou de permis de travail. Puis, les organisations humanitaires avec lesquelles Oliver Wyman s’est mis en lien, pour trouver de possibles recrues, ne sont pas vraiment à la recherche de compétences professionnelles lorsqu’elles s’occupent de réfugiés. Elles sont déjà suffisamment dépassées par des missions de premiers secours, de logement ou de soin. Quand bien même par exemple un tiers des migrants qui arrivent aux États-Unis ont un diplôme supérieur.

La porte reste ouverte

Viennent aussi les difficultés à valoriser des acquis académiques ou professionnels dans des zones géographiques où le cabinet n’a absolument pas l’habitude de recruter. « On a rapidement réalisé que ce ne serait pas si simple que cela. C’est un défi d’alimenter la filière de recrutement de réfugiés », résume Lyndsay Anderson.

Pas d’objectifs quantitatifs de recrutements pour l’avenir, mais la porte reste ouverte assure le cabinet qui travaille par exemple avec Transitions, une ONG britannique spécialisée dans l’intégration professionnelle des personnes bénéficiant du statut de réfugiés au Royaume-Uni.

En France, Oliver Wyman développe un autre mode d’action pour aider l’embauche de réfugiés. Le cabinet travaille pro bono pour France Terre d’Asile qui intervient dans les centres d’accueil des demandeurs d’asile (CADA).

Projet pilote avec France Terre d'Asile

« Nous avons proposé un projet pilote à France Terre d’Asile, qui consiste à faire du mentorat professionnel auprès de réfugiés en France, dont le statut a été accordé par l’Office français de protection des réfugiés et qui sont en recherche d’opportunités professionnelles qualifiées », raconte Pierre Boy de la Tour, Principal à Paris.

Il est en charge du pro bono pour Oliver Wyman à Paris, c’est-à-dire les activités philanthropiques du cabinet. Des équipes dédiées s’y consacrent à tour de rôle sur des durées de trois mois et à raison de quatre projets par an pour le bureau de Paris.

Chaque équipe compte un partner, épaulé d’un associate ou d’un engagement manager, à temps très partiel, et un consultant junior à temps complet. Dans le cadre de ce projet pilote, qui n’était pas une mission pro bono à part entière, cinq réfugiés en recherche d’emploi ont ainsi pu être suivis par les consultants d’Oliver Wyman avec l’objectif de les aider à adapter leurs compétences au marché du travail en France.

Ainsi de ce professeur d’anglais en Syrie qui souhaitait retrouver un poste équivalent dans l’Hexagone. « Il n’avait pas le statut pour pouvoir prétendre à un poste d’enseignant. Nous l’avons donc réorienté vers des fonctions de traducteur et d’interprète », dit Pierre Boy de la Tour.

Élargir à des niveaux de qualification moins élevés

Mais là aussi le filon s’est vite tari, faute de compétences suffisamment qualifiées pour lesquelles des conseils en orientation de la part de consultants auraient pu être utiles. Le gros des profils que France Terre d’Asile cherchait à caser se destinait à des positions moins qualifiées. Ce sont ces profils qu’Oliver Wyman veut désormais atteindre dans une version étendue de son initiative, en mettant à profit son réseau de grandes entreprises clientes dont les besoins en recrutement ne trouvent pas toujours preneurs.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

  • PMP : trois partners promus
    04/01/23

    Fin décembre, PMP Strategy a fait croître son partnership en promouvant trois associés au sein de trois practices : Laure Lemaignen (Institutions financières), Jonathan Zelmanovitch (PE) et Lionel Chapelet (Transport et mobilité).

  • Itw du président de PwC : « La scission audit-conseil, qu'apporte-t-elle ? »
    19/12/22

    Alors qu’EY annonce qu’il fera atterrir la colossale séparation de ses activités de conseil et d’audit au premier semestre 2023, les trois autres Big Four (PwC, Deloitte, KPMG) n’en démordent pas : la séparation, très peu pour eux. Patrice Morot, le président France de PwC, et Christophe Desgranges, partner en charge du conseil en stratégie, le réaffirment dans une interview à Consultor.

  • C’est l’heure de la transmission pour Vertone
    16/12/22

    25 ans après sa création, c’est une nouvelle étape à la fois symbolique et de fond que vit Vertone. Son DG-président, Benoît Tesson, co-fondateur avec Pascal Boulnois du cabinet, passe la main de la présidence à Stéphane Martineau, Vertonien depuis 17 ans.

Super Utilisateur
France
mckinsey, probono, réfugiés, mécénat, allemagne, oliver wyman, Lutz Diwell
3414
Pierre Boy de la Tour
2021-11-01 17:26:50
0
Non