McKinsey : l'annexe "pot-de-vin" qui fait tache

En 2006, Boeing, qui s'apprête à commercialiser le Dreamliner 787, se tourne vers McKinsey pour répondre à une épineuse question : est-ce que la co-entreprise minière que l'avionneur américain envisage en Inde pour y extraire du titane est sûre ? Et permettra-t-elle de pallier une pénurie du minerai qui risque de mettre en péril la mise sur le marché son avion ultra léger ?

Les données de l'équation ne s'arrêtent pas là : la co-entreprise envisagée lierait Boeing au groupe Bothli Trade A.G., qui se dit en capacité de livrer 5 500 tonnes de titane à Boeing chaque année. Ce groupe est détenu par plusieurs hommes d'affaires peu connus, indiens, sri-lankais et hongrois. Seul le dirigeant et principal bailleur de fonds de Bothli Trade A.G. est plus familier du titane : il s'agit du milliardaire russe Dmytro Vasylovych Firtash, qui a fait fortune dans le courtage de gaz russe en Ukraine et possède des usines de transformation de titane en Ukraine.

Dans une annexe à la présentation remise en 2006 par McKinsey à Boeing, dont le New York Times a obtenu une copie, le cabinet de conseil indique qu'à sa connaissance la stratégie de Bothli Trade A.G. passera par « le respect des process bureaucratiques classiques en Inde, dont le paiement de pots-de-vin », tout particulièrement auprès de « huit officiels indiens » nommés dans la présentation de McKinsey.

Une annexe très gênante au dire même de McKinsey qui, dans un communiqué publié à la suite de l'article du New York Times, dément fermement toute recommandation de corruption et indique qu' « il ne peut exister aucune excuse pour faire apparaître ce type de langage dans quelque présentation que ce soit. Ce texte était de la part de ses auteurs une manière maladroite de décrire ce qu'ils ont perçu à tort comme des conditions générales de marché et n'aurait jamais dû être écrit ».

Une annexe d'autant plus gênante qu'elle est entre temps devenue une pièce d'un dossier que la justice américaine a monté contre Dmytro Vasylovych Firtash. L'oligarque russe a été arrêté à Vienne en Autriche en mars 2014. La justice américaine l'accuse d'avoir versé des pots-de-vin à des officiels indiens en vue de l'obtention de permis miniers.

En août 2014, lorsque deux juges américains adressent une demande d'extradition vers les États-Unis de Dmytro Vasylovych Firtash, ils y joignent un document détaillant les pratiques de corruption auxquelles Bothli Trade A.G. et son propriétaire Dmytro Vasylovych Firtash se livreraient en Inde. Un document, apparaîtra-t-il plus tard aux États-Unis, qui n'est autre que l'annexe établie par McKinsey. 

Une annexe dont les avocats de Dmytro Vasylovych Firtash disent qu'elle a été utilisée faussement comme une preuve à des fins politiques alors qu'il est une appréciation du cabinet de conseil. Interrogé par le New York Times, Dmytro Vasylovych Firtash a indiqué ne jamais avoir travaillé avec McKinsey et n'avoir aucun lien avec le document révélé par le quotidien américain. La co-entreprise entre Boeing et le groupe Bothli Trade A.G. n'a jamais été créée.

 Crédit : tataquax Prise le 16 février 2014 CC BY-SA 2.0

03 Jan. 2019 à 06:01
McKinsey : l'annexe "pot-de-vin" qui fait tache

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

  • Nouveau patron mondial pour EY-Parthenon
    23/11/21

    Jeff Wray, responsable stratégie de la région Amériques basé à New-York, vient d’être nommé global leader d’EY-Parthenon. Ancien consultant de Kearney (1999-2004), puis dix ans au BCG, où il a été promu managing director, Jeff Wray est arrivé chez EY-Parthenon en 2014. À ses côtés, John van Rossen, chez EY depuis 2006, partner londonien en charge des transactions et du private equity pour la région Europe de l'Ouest et Maghreb, est lui nommé co-responsable mondial, en charge de l'exécution de la stratégie d'EY NextWave lancée par EY en 2020 – l’engagement du géant de l’audit en faveur d’une croissance durable.

Monde
boeing, mckinsey, inde, russie, ukraine, corruption, ny times
2201
0