Arnaud Montebourg contre les mandats américains de conseil en France

À la suite de l’annulation d’un super contrat d’armement de fourniture de sous-marins français à l’Australie, qui leur a préféré des sous-marins américains, Arnaud Montebourg, ancien député, ancien ministre, candidat à l’élection présidentielle de 2022, s’en est sévèrement pris au rôle joué par les consultants américains en France.

11 Oct. 2021 à 17:10
Arnaud Montebourg contre les mandats américains de conseil en France

Il juge en effet que la France doit prendre des mesures de représailles pour que les États-Unis « respectent » l’Hexagone. La première consisterait à « écarter de toute l’activité de toutes les grandes entreprises stratégiques et de l’État tous les grands cabinets du conseil américain, c’est-à-dire les banques d’affaires, les cabinets d’avocats et les Big Four. C’est McKinsey, White & Case et Goldman Sachs, en gros », défendait-il sur le plateau de Questions politiques dimanche 26 septembre 2021 (voir l’émission).

À l’appui de cette préconisation, il cite par exemple Olivier Marleix. Le député (LR) d’Eure-et-Loir Olivier Marleix, ancien président de la commission d’enquête parlementaire créée fin octobre 2017 sur « les décisions de l’État en matière de politique industrielle », avait saisi le parquet de Paris le jeudi 17 janvier 2019. Le député estimait que la procédure de contrôle des investissements étrangers en France avait été « contournée » par la présidence de la République à l’époque de la vente d’Alstom énergie à GE. Dossier sur lequel étaient intervenus Kearney puis Roland Berger (relire notre article).

Un exemple dont Arnaud Montebourg conclut que « ceux qui avaient profité de la destruction d’Alstom en honoraires sont ceux qui ont financé Monsieur Macron », faisant référence au rôle joué par plusieurs consultants dans l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République (relire notre article).

Arnaud Montebourg ajoute que « McKinsey a quasiment remplacé l’administration, l’intellect, le cerveau de l’administration française » et que des mesures de rétorsion seraient bienvenues dans la mesure où « ces cabinets ont acheté leur droit à connaître nos secrets ».

Une sortie qui intervient alors que deux des plus structurants marchés-cadres de conseil dans le secteur public (auprès des ministères, des opérateurs de l’État...) seront renouvelés d’ici la fin de l’année. Des appels d’offres doivent être prochainement publiés (relire notre article).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Vente en ligne : McKinsey dessine la stratégie de l’UGAP 

    Pour répondre à la concurrence des GAFA, la centrale d’achat qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, a fait appel au cabinet de conseil pour élaborer une stratégie de vente en ligne. 

  • Recherche : la carte consulting des universités françaises

    Le cabinet CMI a accompagné cinq des quinze universités labellisées fin novembre lors de la première vague de l’appel à projet ExcellenceS, rendue publique par l’État le 30 novembre 2021. Le cabinet est ainsi intervenu auprès des universités de Haute-Alsace, de Bourgogne-Franche-Comté, de Poitiers, de Pau et Gustave-Eiffel.

  • Achats de conseil de l'État : des bonnes pratiques à portée de main

    Michel Grévoul, le directeur du service des achats de l’État, et Edward Jossa, le président de l’UGAP, étaient entendus par la commission d’enquête du Sénat le 8 décembre 2021.

  • « Quand c’est complexe, 23 114 euros » : le prix du conseil à l'UGAP

    Trois ans après que l’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, les commandes à des centaines de fournisseurs, avait lancé son premier marché de conseil en stratégie d’une valeur de 12 millions d’euros, son directeur a détaillé au Sénat comment ils sont dépensés.

  • Au Sénat, l'explosion des dépenses de conseil en question

    Jeudi 2 décembre, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques démarrait ses travaux. Elle se donne pour objectif de faire la lumière sur un sujet devenu grand public après que plusieurs cabinets de conseil sont intervenus auprès du gouvernement dans le cadre de la gestion de la pandémie.

  • UK : la pandémie fait flamber les dépenses de conseil de l’État

    Bataille de chiffres, mais une tendance claire : le gouvernement britannique a fortement fait augmenter ses achats de missions de consulting pour l’aider à mettre en œuvre sa réponse à la pandémie de covid-19. Selon les chiffres agrégés par le spécialiste de la dépense publique britannique Tussell, et cités le 24 octobre 2021 par le Financial Times, 2,5 milliards de livres sterling auraient été allouées par le gouvernement central britannique et ses agences sur l’exercice 2020-2021, deux fois plus que les 1,2 milliard comptabilisés par Tussell sur l’exercice antérieur, en 2019-2020.

  • Ministère de la culture : Roland Berger planche sur les bibliothèques

    Le cabinet Roland Berger vient d’être missionné par le ministère de la Culture pour une vaste étude sur les achats de livres imprimés non scolaires par les gestionnaires publics de bibliothèques (plus de 16 000 bibliothèques publiques en France).

  • Secteur public : l’UGAP double la mise sur le conseil en stratégie

    L’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise les commandes de centaines de fournisseurs auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, a lancé le 22 octobre 2021 le renouvellement d’un premier marché de conseil en stratégie qu’elle avait attribué une première fois le 6 mars 2019.

  • Secteur public : les objectifs de la commission d’enquête du Sénat

    Les cabinets de conseil privés pèsent-ils trop sur les décisions politiques publiques françaises ? Telle est la question centrale lâchée par le groupe communiste (CRCE) du Sénat qui vient de lancer une commission d’enquête, dont Éliane Assassi, sa présidente, sénatrice PCF de Seine-Saint-Denis, est la rapporteuse.

Super Utilisateur
secteur public
cabinets américains, administration, Etat
9717
McKinsey Roland Berger
2021-11-04 21:34:06
0
Non