Les achats de la CEO de Virgin Australia à son ancien cabinet, Bain, suscitent la polémique

Jayne Hrdlicka, ancienne partner de Bain & Co en Australie, CEO de Virgin Australia depuis novembre 2020, est sous les feux des critiques dans la presse économique australienne pour le niveau de ses achats récurrents de missions de conseil à son ancien cabinet.

05 Avr. 2021 à 05:04
Les achats de la CEO de Virgin Australia à son ancien cabinet, Bain, suscitent la polémique

En cause, les achats que Jayne Hrdlicka a notamment effectués en 2019 et 2020 lorsqu’elle était à la tête de a2 Milk, le producteur de produits laitiers néo-zélandais – des fonctions qu’elle a occupées de juin 2018 à juin 2020.

En octobre 2020, l’Australian Financial Review (AFR) estimait que Jayne Hrdlicka a fait progresser les dépenses de conseil globalement de 9 millions de dollars néo-zélandais (5,3 millions d’euros) au cours de l’exercice fiscal 2018, avant son arrivée, à 27,6 millions de dollars au cours de l’exercice 2019 (16,4 millions d’euros), puis à 29,1 millions de dollars (17,3 millions d’euros) pour l’exercice 2020 – dont une partie majoritaire auprès de Bain.

Le sujet a rebondi à l’occasion d’une interview donnée par Jayne Hrdlicka le 12 mars 2021, alors qu’elle est entre-temps devenue CEO de Virgin Australia. Elle y indique que les chiffres allégués sur ses dépenses de conseil chez a2 Milk sont faux.

Une affirmation démentie par l’actuel président d’a2 Milk : dans un courrier adressé à Jayne Hrdlicka et rendu public, il confirme que l’ancienne CEO d’a2 Milk a dépensé 33 millions de dollars (19,6 millions d’euros) en conseil au cours de ses deux années en fonction, dont 80 % sont allés à Bain & Co.

Un attachement très prononcé à son ancien cabinet qui ne se dément pas. Toujours selon l’AFR du 25 mars, depuis son arrivée à la tête de la compagnie aérienne, une douzaine de consultants de Bain & Co, emmenés par David Emerson, un associé de Dallas et patron de la practice aérienne du cabinet, ont été missionnés.

Un poste de CEO que Jayne Hrdlicka a d’ailleurs obtenu du fait du rôle de conseil qu’elle a joué auprès de Bain Capital, la société de capital-investissement dont le fondateur de Bain & Co, Bill Bain, avait confié la création à Mitt Romney, l’ancien candidat républicain à la présidentielle américaine (relire nos articles ici et ).

Bain Capital a annoncé en septembre 2020 se rendre acquéreur de Virgin Australia.

Bain and Co a aussi travaillé pour la fédération australienne de tennis où Jayne Hrdlicka siège comme présidente.


0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

transports - tourisme

transports - tourisme
Bain & Company, Jayne Hrdlicka, Bill Bain, Mitt Romney, David Emerson
3026
Bain & Company
2021-08-24 21:43:52
0