Décryptage de la gouvernance mondiale de Bain

 

Comment sont dirigés les cabinets de conseil ? Quelles sont les instances de direction ? Comment sont choisis les partners ? Quelle est la place des Français ? Consultor s'est intéressé au fonctionnement des grands cabinets. Premier focus : Bain & Company.

Chez Bain & Company, c’est une femme, Orit Gadiesh, qui préside le Board of Directors, qui ne compte actuellement aucun associé français.

 

16 mai. 2016 à 20:05
Décryptage de la gouvernance mondiale de Bain

 

Plusieurs sièges sont en revanche occupées par des associés parisiens au sein du Comité des nominations et, dans la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique (EMEA) en tant que practice leaders. Le bureau parisien compte aussi un ancien représentant du board et un managing director pour la zone EMEA.    

 

Tous les ans se tient, pendant trois jours, la Bain World Cup Tournament, une coupe du monde de football entre Bainies en mode team-building. Une tradition bien ancrée dans le cabinet américain depuis 1987 qui a permis une victoire récente du bureau français en 2013 à Amsterdam. Les Français ont aussi gagné quelques places pour faire partie des instances dirigeantes, même si les capitaines d'équipe sont souvent anglo-saxons.

Première étape : devenir partner. Comme dans la plupart des cabinets, les partners sont sélectionnés parmi les principals, au niveau local. Ils sont évalués et choisis par un premier local promotion committee. À Paris, Domenico Azzarello, patron du bureau, prend ensuite la décision de présenter un candidat au Global Compensation & Promotion Committee. Le comité est présidé actuellement par un Américain, Gerard du Toit, partner à Boston. Ses membres sont chargés au niveau mondial de la validation des rémunérations et de la promotion de tous les partners. « En gage d'impartialité, l'avancement de carrière d'un collaborateur est toujours étudié par un partner du comité venant d'une autre région », souligne Domenico Azzarello. Mais le choix d'un partner relève ensuite du Global Nominating Committee, qui fait passer les entretiens aux candidats.

Un Français à la tête du Comité clé des nominations

Il est présidé actuellement par le Français Marc-André Kamel, du bureau de Paris et qui dirige aussi le pôle distribution et luxe pour la région EMEA. Le Global Nominating Committee a un rôle clé : « Il veille sur la gouvernance de la firme », indique Domenico Azzarello. Avec notamment une attention particulière portée « à l'équilibre de la représentation des différentes régions. Le poids d'une région par rapport à une autre n’apparaît jamais comme un sujet qui fâche », assure le dirigeant du bureau de Paris.

Le Global Nominating Committee nomme aussi, avec l'accord des autres partners, les membres du Global Board of Directors, les Global Managing Directors et les membres du Global Compensation & Promotion Committee. Entre le Board, le Compensation Committee et le Nominating Committee, les partners passent souvent de l'un à l'autre.

Une fois devenu partner (et actionnaires de l'entreprise), le pouvoir ne serait plus un objectif en soi. « Les partners acceptent de prendre des responsabilités de management pour une période donnée, pour être au service du partnership. Ils se focalisent avant tout sur le principe de ''servant leadership'' », insiste Domenico Azzarello. Ce dernier dit d'ailleurs de lui-même avec précaution : « Je suis délégué par les partners pour prendre les décisions ».  

En France, une vingtaine de partners forment le PartnerGroup avec à sa tête son managing director, Domenico Azzarello, qui est également un des leaders de la practice stratégie client, marketing et organisation. « Le but principal est de servir nos clients, pas de rechercher un quelconque pouvoir», ajoute-t-il…

Des Français, leaders de practices pour la région EMEA

Reste que les grandes décisions stratégiques sont du ressort du Global Board of Directors qui s'assure aussi de l'avancement des plans sur les indicateurs clés de performance. « Le Board est composé d'une quinzaine de partners, élus par l’ensemble du partnership sur proposition du Comité des nominations. » Il est présidé par l'Israélo-Américaine Orit Gadiesh, une des très rares femmes à la tête d'un board. Deuxième grande instance : le Global Operating Committee, responsable des affaires courantes pour les 53 bureaux répartis dans 34 pays. Le Global Operating Committee est composé de profils surtout anglo-saxons. Il est dirigé par Bob Bechek, worldwide managing director, et par trois autres managing directors : Dave Johnson pour la région Amérique, Dale Cottrell pour la région Asie-Pacifique (APAC), qui remplace à cette fonction Paul Meehan, devenu responsable de la région EMEA en 2013. Le Français Olivier Marchal, actuel président du bureau de Paris, fut le précédent managing director de la région EMEA, de 2008 à 2013.

Au niveau régional, le partnership permet une interaction entre tous les pays. « Au sein du groupe de direction EMEA, on se connaît très bien, on travaille ensemble, on s'assure que l'on mobilise le meilleur de l'expertise régionale pour les clients, le mode de fonctionnement est très intégré », assure Domenico Azzarello, DG France. Le travail des équipes se coordonne également avec les responsables des différentespractices, comme Laurent-Pierre Baculard, ancien membre du Board of Directors, et aujourd’hui responsable de la  practice digitale pour la région EMEA et un des leaders-monde de la practice technologies média, télécom. Pour la zone EMEA, on compte enfin la présence d'autres Français leaders comme Arnaud Leroi qui dirige le pôle de compétences fusions et acquisitions ou encore François Montaville à la tête de la practice amélioration de la performance. Une équipe de joueurs français bien placés donc pour la division Europe-Moyen-Orient-Afrique, mais pas encore dans le top management.

Thibaud Vadjoux pour Consultor.fr

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Le consulting à la recherche des représentants du personnel perdus

    Tickets restaurants, intéressement, télétravail… Dans les cabinets de conseil en stratégie, comme dans n’importe quelle entreprise, les représentants du personnel sont obligatoires et interviennent sur divers sujets. Pourtant, ils y sont souvent totalement méconnus, évoluant dans des cultures d’entreprises peu portées à la revendication.

  • Handicaps : l’inclusion selon Kea

    Le handicap dans l’entreprise, sujet tabou. Le secteur du conseil en stratégie n’échappe pas à la règle et n’est, pour le moins, pas des plus exemplaires en matière de travail des personnes en situation de handicap. Quelques expériences fonctionnent pourtant.

     

  • Dans le secret des sources des consultants

    Les consultants multiplient les canaux d’information : appels téléphoniques dans leur réseau ou au-delà, appels au débotté (alias cold call), appels masqués (alias blind calls), déjeuners ou cafés informels… Enquête. 

  • Consultant recherche infos à tout prix

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

Super Utilisateur
Manuel de survie
gouvernance, organisation, mondiale, board, bain, bain and co, Board of Directors, comité, compensation, nomination, Arnaud Leroi, François Montaville, Domenico Azzarello, Olivier Marchal, partners
3752
Arnaud Leroi Domenico Azzarello François Montaville Laurent-Pierre Baculard Marc-André Kamel
2021-10-30 21:15:48
0
Non