Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

12 Oct. 2021 à 03:10
Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

La cheffe de McKinsey France vient en effet d’annoncer le doublement du congé parental second parent, autrement appelé congé paternité, qui est passé cet été en France de onze à vingt-huit jours. Plus vingt-huit jours calendaires donc pour les collaborateurs du cabinet en France, et ce, avec un maintien de rémunération. En juillet dernier, Bain & Company et Roland Berger avaient eux aussi décidé de prolonger le nouveau congé paternité en vigueur de quatre semaines (relire ici).

La managing partner a également annoncé d’autres initiatives en matière de congé maternité, cette fois : accompagnement de la jeune maman lors de son retour, coaching personnalisé, flexibilité du temps de travail, financement de la crèche d’entreprise, rémunération de jours enfant malade, couverture santé pour toute la famille.

À savoir maintenant si les consultants, nouveaux papas, vont saisir cette nouvelle opportunité, au total de deux mois, pour s’impliquer davantage dès la naissance. Le congé de paternité, créé en 2002 en France, n’était finalement pas rentré totalement dans les mœurs. Et le conseil en stratégie ne faisait pas exception. En cause, le gros manque à gagner que cela représentait (relire ici). À voir maintenant si le maintien de la rémunération proposée par McKinsey va pousser les consultants à y recourir plus largement. Côté cabinet, cette volonté d’améliorer le bien-être au travail, gage de performance, facilite aussi les recrutements des juniors qui privilégient de plus en plus l’équilibre travail-vie privée et diminue le turn-over des consultants, une des problématiques majeures du secteur aujourd’hui.

6
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (6)

Benjamin P Consultor
26 Oct 2021 à 07:05
Citation en provenance du commentaire précédent de Consultant
Je ne sais pas quelle est votre source pour Roland Berger mais c’est faux, le congé paternité est aligné sur le minimum légal à savoir 28 jours
Bonjour, notre source n'est autre que Roland Berger, par ici https://www.linkedin.com/posts/rolandberger_%C3%AAtre-parent-chez-roland-berger-cest-avoir-activity-6787359393508798467-wlhS/

citer

signaler

Consultant
24 Oct 2021 à 09:01
Je ne sais pas quelle est votre source pour Roland Berger mais c’est faux, le congé paternité est aligné sur le minimum légal à savoir 28 jours

citer

signaler

ConsultantB
13 Oct 2021 à 01:38
Bonne initiative, espérons que le BCG suive vite!

citer

signaler

mauvaisefoi
12 Oct 2021 à 08:27
Citation en provenance du commentaire précédent de WhereIsDady
En même temps avec le worklife balance de chez McKinsey, les enfants ne voient généralement leurs parents que le weekend (ceux non travaillés).

change de cabinet si c'est ton rythme actuel - il y a plein de cabinets avec un lifestyle correct (et zero week-end travaillé)

citer

signaler

WhereIsDady
12 Oct 2021 à 02:43
En même temps avec le worklife balance de chez McKinsey, les enfants ne voient généralement leurs parents que le weekend (ceux non travaillés).

citer

signaler

goudin J.
12 Oct 2021 à 11:54
Belle initiative ! Après Bain, Berger et McK à qui le tour ? Cela a l'air de devenir une pratique "de base", généralisée dans les cabinets de conseil, ceux qui ne l'appliqueront pas seront bientôt à la traine

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Expertises : le pour et le contre du tout-plateforme

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

  • La vie de stratège en BD — Épisode 2 : l'homme pressé

    À peine arrivé dans l’un des cabinets les plus réputés de la place, le partner caricaturé par notre dessinateur Léo est déjà démarché par un chasseur de têtes pour rejoindre un cabinet concurrent – une proposition qui ne se refuse pas. Même s’il arrive à certains consultants de cumuler trois, quatre ou cinq cabinets au cours de leur carrière, toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que fortuite !

  • Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

    Pour permettre à ses consultant(e)s de combiner développement professionnel et personnel, Kearney a mis en place un programme diversifié de missions solidaires entrant dans le cadre de sa politique de développement durable.

    Sur la base du volontariat, les consultants mettent ainsi pendant quelques mois leurs compétences au service d’organisations à impact social, souvent des associations, avant de reprendre leur activité au sein du cabinet de conseil en stratégie.

  • Covéa, SNCF, Total : ces DG catapultés partners

     

    Pour répondre à des objectifs de croissance ou d’expertise, les cabinets n’hésitent pas à faire entrer des profils seniors directement en tant que partners, quand bien même ils n’ont aucune expérience antérieure dans le conseil.

    Attention aux conditions d’adaptation requises : toutes les greffes ne prennent pas.

  • L.E.K., Bain : comment le CEO de Webhelp a fait ses classes dans la stratégie

     

    Il a fait de sa start-up, créée en 2000, l’une des rares licornes françaises.

    Olivier Duha, 51 ans, s’imaginait explorateur lorsqu’il était enfant, a été consultant chez L.E.K. Consulting puis Bain & Company, avant de devenir un entrepreneur à succès. Il est le CEO cofondateur de Webhelp.

Manuel de survie
congé paternité, congé parental
9716
Bain & Company McKinsey Roland Berger
Clarisse Magnin-Mallez
2021-11-04 21:35:47
6
Non