Canada : il faut sauver le soldat Québec

Le cabinet McKinsey a effectué une copieuse mission état des lieux et de préconisations pour le ministère de l’Économie et de l’Innovation canadien. Le sujet : la situation du Québec qui souffre de son retard (économique et social) face à la province limitrophe, l’Ontario, la deuxième en termes de surface après le Québec, mais la plus peuplée (38,3 % de la population canadienne).

19 Sep. 2022 à 05:55
Canada : il faut sauver le soldat Québec
Quebec City, Canada - May 30, 2017: Tatouage Biron Fils flags sign for restaurant in upper old town street. Adobe Stock.

Chiffres à l’appui, le cabinet McKinsey dresse un inventaire plutôt accablant sur la province francophone (notamment un niveau de vie en baisse, une création d’entreprises en berne, des retards de productivité) et propose des solutions drastiques pour que le Québec reprendre des couleurs face à sa concurrente de voisine.

« McKinsey juge qu’il faudrait lancer plusieurs chantiers pour rattraper l’Ontario : boom des exportations, dopage des investissements, hausse des heures de travail des employés, réforme de l’aide à la recherche, augmentation du nombre de diplômés universitaires, ciblage des secteurs d’avenir et redressement des industries en retard, comme la construction et l’agroalimentaire. Pour orchestrer le rattrapage, McKinsey suggère de créer un “bureau de transformation” économique, formé de membres du bureau du Premier ministre, du ministère de l’Économie et d’autres ministères concernés », amende Francis Vailles.

à lire aussi

L’enquêteur de La Presse a épluché par le menu le rapport McKinsey et les stratégies proposées d’amélioration. « Il est question, par exemple, du taux d’emploi des immigrants, des immigrants qui s’installent en région, de la part des femmes en génie, de la part des emplois à plus de 100 000 $, du taux d’absentéisme pour maladie, du capital de risque par habitant, de la recherche en proportion du PIB et du carcan réglementaire du gouvernement et des municipalités. »

Un rapport dense de 281 pages issu de six mois de travail, pour lequel le cabinet aurait reçu du gouvernement canadien la somme de 4,9 millions de dollars (NDLR, 4,8 millions d’euros), selon Francis Vailles, le journaliste de La Presse qui a eu accès au rapport.

« C’est l’équivalent de 20 consultants travaillant six mois à temps plein à raison de 250 $ l’heure (NDLR, 246 €), selon un petit calcul rapide. HumIl (NDLR, le rapport) est fouillé, avec des exemples de gestes concrets faits dans d’autres pays, mais pas nécessairement renversants sur certains des constats de notre économie », commente le journaliste. 

Un journaliste donc plutôt critique tant sur les montants que sur le fond. « Ce que j’en pense ? Que le Québec a fort à faire pour doper sa productivité, tel que proposé, et ainsi rattraper l’Ontario. Sur quinze ans, ce sera pratiquement mission impossible, surtout dans le contexte de pénurie de main-d’œuvre, de vieillissement de la population et de politique d’immigration bancale. Mais bon, toute avancée qui permettrait de réduire l’écart est bienvenue… »

Le cabinet McKinsey est pour le moins bien implanté au Canada, avec pas moins de cinq bureaux : deux à Toronto, un Montréal, un à Vancouver et un dernier à Calgary… depuis cinq ans, les cabinets français s’y implantent (ici).

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

Benjamin Polle
secteur public
mckinsey, secteur public, canada, quebec
10867
McKinsey
2022-09-14 10:58:55
0
Non