BCG attaque son client GameStop pour 30 millions de dollars d’impayés

Le 22 mars, le cabinet de conseil a déposé une plainte devant le tribunal fédéral du Delaware pour des honoraires non payés par son client, le distributeur américain de jeux vidéo GameStop, qu’il conseille depuis 2019 dans le cadre de son rétablissement, alors qu’il rencontrait des difficultés. Montant de la facture : 30 millions de dollars.

Consultor.fr
01 Avr. 2022 à 18:10
BCG attaque son client GameStop pour 30 millions de dollars d’impayés
September 22, 2019 : GameStop store in Buffalo, New York, USA.

« En 2019, GameStop était sous assistance respiratoire […] avec des pertes nettes de près de 800 millions de dollars en 2018 », rappelle le Boston Consulting Group dans sa plainte déposée devant le tribunal fédéral du Delaware, le 22 mars 2022.

C’est à ce moment-là que le cabinet a commencé à conseiller le distributeur de jeux vidéo – maison mère de Micromania en France – afin de l’aider à se rétablir. Missionné par GameStop, le cabinet devait évaluer les opérations de la société et développer des solutions pour l’accompagner dans sa transformation vers un avenir plus pérenne. Il en est ressorti un plan de restructuration de l’entreprise qui devait permettre de générer un bénéfice supplémentaire de 200 millions de dollars par an.

Cette plainte témoigne du risque lié au success fees encore plus quand elles ne sont pas plafonnées. 
La plainte du BCG, détaille ainsi la mécanique prévue pour la rémunération. Le contrat conclu avec GameStop prévoit ainsi une rémunération soit au forfait fixe, soit variable calculée sur l'amélioration d’indicateurs financiers.
La rémunération variable du BCG n'est pas plafonnée sur la grande majorité du périmètre de travail. Elle est de plus basée sur la meilleure estimation possible de l'impact attendu de chaque initiative au moment où la décision de lancer une telle initiative a été prise c’est à dire sur des projections et non sur des résultats constatés.

à lire aussi

08/03/22
07032022successfees

Le paiement d’une part des honoraires en success fees, autrement dit commissions de succès, est loin d’avoir été généralisé dans le secteur du conseil en stratégie – même si certains cabinets en font leur cheval de bataille. Pour d’autres, son application nuirait à l’objectivité des recos, ou est tout simplement inapplicable quand les conséquences des missions s’étalent sur des années.

« Le BCG a passé des milliers d’heures à travailler sur ce projet et il a dépassé les attentes, en identifiant et en créant des plans pour accéder à bien plus d’opportunités d’amélioration des bénéfices que ce qui avait été estimé au départ », assure le cabinet dans son dépôt de plainte. Il revendique notamment la refonte du programme de fidélité de GameStop, qui a augmenté les demandes d’adhésion de plus de 40 % et dégagé 73 millions de dollars de bénéfices.

Mais à la fin, GameStop n’a pas payé l’intégralité de ce que le BCG attendait. Ce dernier estime le montant des frais impayés à 30 millions de dollars. Sauf que côté client, on ne l’entend pas de cette oreille. L'entreprise entend « lutter contre ce procès », car « il n’est pas dans l’intérêt de nos actionnaires de payer l’argent demandé par le BCG », rapporte Bloomberg, qui a révélé l’affaire.

Dans un communiqué, la direction de GameStop s’est dite déconcertée par le fait que « les consultants très onéreux du BCG prétendent avoir fourni des centaines de millions de dollars de valeur à leur client alors qu’à cette période, le cours de l’action, les ventes et la dette de l’entreprise étaient à des niveaux périlleux ». Pour elle, le travail des consultants du BCG n’a apparemment eu qu’un faible impact sur les résultats de l’entreprise, et elle est « fière » de ne plus recourir aux services du cabinet de conseil. La guerre est déclarée.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

distribution

  • 10 minutes livraison comprise : le quick commerce (déjà) forcé de se réinventer
    28/09/22

    Deux ans après son démarrage tous azimuts dans le contexte des confinements Covid, fini la love affair du quick commerce avec les consommateurs. Consolidations et faillites sont passées par là, et ce n’est pas fini. Pointe à présent la menace réglementaire. Les consultants en stratégie sont mobilisés côté FMCG et distribution.

  • Un ex-McKinsey prend la tête de Starbucks
    12/09/22

    Laxman Narasimhan, consultant McKinsey de 1993 à 2012, vient d’être nommé directeur général de la chaîne américaine de cafés. Il prendra ses fonctions le 1er octobre prochain, et quittera son poste de CEO du groupe britannique Reckitt (anciennement Reckitt Benckiser).

  • En Inde, Bain souffle à l’oreille de Metro
    30/05/22

    Le grossiste allemand dispose de 31 magasins cash and carry dans le pays, où il a commencé à s’implanter en 2003. Mais son futur pourrait bientôt changer… L’entreprise a mandaté le cabinet Bain pour définir les différents choix stratégiques qui s’offrent à elle. Et de prochaines alliances pourraient voir le jour.

  • Une Bainie trouve chaussure à son pied
    16/05/22

    Dans la tendance des marques plus éthiques, c’est au tour d’une ancienne consultante de Bain, Camille Cour, 35 ans, de se lancer dans l’entrepreneuriat responsable. Alors senior manager de Bain & Company Londres, spécialisée retail, la consultante quitte le cabinet début 2021 pour créer sa marque de chaussures pour femmes, Socque.

  • Smart data, de Cylad à l'entrepreneuriat
    14/04/22

    Alberto Buron, associé de Cylad jusqu’à peu, qui partageait avec Paul Archer la tête de la practice smart data du bureau parisien, a quitté le cabinet après quelque neuf années dans ce cabinet orienté opérations et réduction des coûts.

  • New York : une pointure française rejoint McKinsey 
    07/01/22

    Elle s’appelle Joëlle Grunberg, est diplômée de l’ESSEC (1993) et vient d’intégrer l’équipe global retail and consumer goods practice de McKinsey à New York.

  • La nouvelle stratégie de Cdiscount face à l’intouchable Amazon
    08/12/21

    C’est l’un des grands vainqueurs des confinements à répétition : l’e-commerce. En France, dans le sillage d’Amazon, Cdiscount – dont la stratégie est emmenée depuis peu par un ancien consultant – a vu un certain nombre de ses indicateurs s’envoler. 

  • Intermarché et Netto se dotent d’une direction de la transformation
    25/11/21

    Lise Djaad, 37 ans, encore tout récemment consultante en stratégie, entre autres chez Oliver Wyman et chez L.E.K. Consulting, vient de rejoindre Intermarché et Netto – les deux marques alimentaires du groupe Les Mousquetaires –, en qualité de directrice de la transformation commerciale, une direction nouvellement créée.

  • Cdiscount : Jérémy Borot arrive à la stratégie
    25/10/21

     

    L’ex-associate partner de McKinsey Paris, Jérémy Borot, douze ans chez McK, annonce son arrivée chez Cdiscount, en tant que chef de la stratégie, du développement BtoC, de la data et de l’innovation. Avec un post pour le moins original sur LinkedIn pour attirer de nouveaux clients : « Je suis ravi de vous annoncer que j’ai rejoint aujourd’hui le comex de Cdiscount pour participer à porter des cartons... les vôtres ! Si vous avez commandé aujourd’hui sur Bordeaux, j’ai rendez-vous à 7 heures demain à la plateforme logistique pour partir vous livrer en personne ! Je dois aussi passer une journée à faire des cartons dans l’impressionnant centre logistique à Cestas et une autre au centre d’appels. Avec un peu de chance, je préparerai votre commande et vous répondrai au téléphone ! »

     

Benjamin Solano
distribution
jeux video, gaming, gamestop, micromania, retail, mission, success fees, mission, rémunération, variable, conflit
10509
Boston Consulting Group
2022-04-01 14:13:42
0
Non