Renault : la nouvelle vie de consultant du patron de la F1

Cyril Abiteboul, qui avait quitté ses fonctions de patron des activités sportives de Renault en début d’année, a rejoint à la rentrée de septembre 2021 Circle en tant que senior advisor – un rôle taillé sur mesure dans lequel il devra vendre et conduire des missions, avec la possibilité de devenir partner à terme si la sauce prend bien.

Un marqueur pour le cabinet qui entend multiplier les arrivées de gros bonnets avec l’ambition de passer rapidement de son statut actuel de boutique à challenger crédible des historiques du conseil en stratégie.

Benjamin Polle
14 Sep. 2021 à 15:41
Renault : la nouvelle vie de consultant du patron de la F1

 

 Le 11 janvier 2021, la nouvelle fit l’effet d’une petite bombe dans la Formule1 : Cyril Abiteboul, 43 ans, figure du retour de Renault en tant qu’équipe de F1 à part entière depuis 2015, quittait ses fonctions, remplacé par un ancien du BCG (relire notre article).

Neuf mois plus tard, le voilà qui rentre en tant que senior advisor chez Circle, la boîte de conseil en stratégie lancée entre Paris et Bruxelles en 2019 et qui veut se faire un trou dans le marché de la strat’ en y cassant les codes.

Une nouvelle corde à l’arc de Cyril Abiteboul qui n’a pas chômé depuis son départ de Renault. En mai, premier rebond, non loin de Renault d’ailleurs : il devient consultant auprès des activités sportives de Mecachrome, la société d’ingénierie, partenaire de longue date de Renault F1, qui fournit actuellement la F1, la F2 et la F3.

Dans le même temps, il mutait en venture partner du fonds de capital-risque HCVC, pour accompagner le fonds sur les thématiques liées aux nouvelles technologies dans l’automobile.

Le conseil en strat’ en plus à présent ! Une arrivée chez Circle arrangée de manière très opportuniste. Cyril Abiteboul avait vu les passages d’Augustin van Rijckevorsel, le CEO de Circle, sur la chaîne dédiée à l’économie et à la finance, B Smart, où il coanime une émission dédiée à la stratégie d’entreprise. Augustin van Rijckevorsel avait, de son côté, noté le départ surprise de Cyril Abiteboul. Quelques messages LinkedIn et quelques déjeuners plus tard, l’affaire est dans le sac !

Un sceptique du conseil devient consultant

Pourtant, faire de Cyril Abiteboul un consultant en stratégie n’allait pas de soi tant l’ancien patron de la F1 chez Renault n’a que peu d’estime pour la profession en général à l’aune des missions qu’il a pu observer chez Renault (gros acheteur de conseil, relire nos articles ici et ).

« J’y étais exposé, quoique les consultants que j’ai vus à l’œuvre ne se sont pas hasardés à inférer dans l’activité opérationnelle F1. Mon impression est qu’ils ont tendance à être déconnectés. Déconnectés des réalités, déconnectés des faisceaux de contraintes qui s’appliquent à un groupe de la taille de Renault. Ils peuvent aussi représenter un risque de déstabilisation des équipes internes dans une industrie automobile extrêmement ébranlée et dans un groupe dont la gouvernance a changé régulièrement. Quand vous ajoutez à ces facteurs d’instabilité des consultants en stratégie aux mandats ambigus, vous aboutissez à des missions qui ne sont jamais des aides, et n’aboutissent qu’à stresser les équipes et à créer de la défiance en cherchant à confirmer l’avis du top management », étaye-t-il.

Autant de travers dont il voudrait s’affranchir dans ses propres mandats de consultant. « Il peut y avoir quelque chose de très noble dans le fait de conseiller. Je continue de penser qu’un mandat clair et bienveillant peut-être utile pour tout le monde. J’ai eu plein de discussion depuis six mois que j’aurais beaucoup aimé avoir ces six dernières années et qui m’auraient peut-être aidé à agir différemment en tant que patron d’équipe de F1 sous pression sportive, médiatique et financière », dit-il encore.

C’est aussi la raison pour laquelle il a choisi Circle – estimant que la boutique qui fait d’une certaine rupture de ban une marque de fabrique correspond bien à ce qu’il a vécu dans la reconstitution d’une écurie de F1 avec la marque Renault. Si d’autres touches ont sans doute eu lieu avec d’autres cabinets, il ne souhaite pas en faire mention.

Un pur produit Renault

« J’aime les underdogs », lâche-t-il. Renault et Cyril Abiteboul, ce sont en effet quelques épisodes mémorables qui ont lui vissé au corps la résistance à la pression et le sens de la débrouillardise.

Il est là quand le pilote Nelson Piquet junior affirme que des cadres de Renault F1 Team lui ont demandé de se saborder volontairement à Singapour en 2008, pour favoriser son coéquipier Fernando Alonso, victorieux de la course, provoquant un tollé.

Il est là au retour d’Alpine, marque créée en 1955 dont le dernier modèle avait été arrêté dans les années 1990. Elle est relancée en 2012. Elle devient même la marque de F1 du groupe Renault pour la saison 2021, après que Luca de Meo, le CEO italien de Renault, a décidé de la positionner en porte-étendard du haut de gamme made in Renault. Une réorganisation qui échoit à Cyril Abiteboul, juste avant qu’il ne quitte le groupe.

Déjà, six ans en arrière, en 2015, après le rachat de Lotus par Renault, c’était déjà lui le chef d’orchestre du retour de Renault comme écurie à part entière. « Période que j’ai beaucoup appréciée que ce soit dans l’élaboration d’une feuille de route stratégique à cinq ans que dans sa déclinaison opérationnelle à 360 degrés », raconte-t-il a posteriori. L’écurie passe de la 9e place des constructeurs en 2016, à la 6e en 2017, à la 4e en 2018 puis se stabilise au 5e rang.

Il manage 250 personnes en 2015 et… 1 200 lorsqu’il part en 2021. Des fonctions dans lesquelles il a la main sur 350 millions d’euros de budget : un périmètre qui inclut le suivi des compétitions, la conception et l’exploitation des voitures, la R&D, la fabrication… Il y répond en direct au comex du groupe et notamment à Carlos Ghosn.

Un Carlos Ghosn dont il assiste à l’arrestation comme l’ensemble des collaborateurs du groupe avec une certaine sidération. Et de manière plus directe pour lui, le départ soudain du CEO a pour conséquence une succession de directeurs marketing à qu’il a dû réexpliquer à jet continu le pourquoi du comment de Renault et de la F1 – au point d’y consacrer une partie quasi majoritaire de son temps.

Quelques années de conseil en strat’ et plus si affinités

Autant d’obstacles affrontés et de périmètres larges de haut niveau assumés qui ont convaincu Circle de miser sur la carte Cyril Abiteboul. Pour le cabinet, il pourrait faire un bon profil senior pour développer le cabinet en France – un profil qui représente aussi un investissement significatif pour le cabinet, sans qu’aucun chiffre n’ait été rendu public.

« Circle ne veut pas rester une boutique et nous ne cachons pas nos ambitions. On veut rivaliser avec les plus gros de la place et pour y arriver nous entendons aller chercher des profils très seniors. Cyril Abiteboul a de vraies aptitudes stratégiques tout en ayant mis les mains dans le cambouis en faisant émerger une équipe de Formule 1 à partir de rien, avec des feed-back hebdomadaires au comex du groupe Renault, avec la gestion de grosses enveloppes de sponsoring », pousse Augustin van Rijckevorsel, le CEO de Circle.

Chez Circle, évidemment l’auto pourrait être un dada de prédilection de Cyril Abiteboul – à commencer par le mandat Mecachrome qu’il servait avec une société personnelle (Circa) créée pour l’occasion et qui pourrait passer dans le giron de Circle. Mais il entend aussi avoir la même démarche que quand il gérait Renault F1 en cumulant des partenaires issus de secteurs très divers : médias, tech, énergies, logistiques… « Ce ne sont pas des étiquettes sur une voiture, mais des associations de marques fouillées. Ce que j’ai fait avec la F1 chez Renault, Circle veut le faire avec ses clients dans le conseil en stratégie », avance-t-il.

Le Parisien de 43 ans, père de deux filles qui est heureux d’entrer dans une phase professionnelle moins chargée en déplacements en avion, se laisse quelques années pour tester l’expérience conseil en strat’. Pour voir, et plus si affinités. Tout en étant d’ailleurs très conscient qu’il pourrait au bout d’un moment vouloir revenir aux industries, anticipant déjà une forme de frustration quant à la posture du consultant.

En attendant, Circle poursuit sa croissance avec l'ambition d'atteindre le cap des 50 consultants à moyen terme.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

6
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (6)

Jacques
15 Sep 2021 à 17:13
Très belle montée du cabinet, à suivre ...!

citer

signaler

CirclenotSquare
15 Sep 2021 à 17:10
Bcp d’auto promotion dans ces petits cabinets en Strategie ;-)

citer

signaler

Anne Onyme
15 Sep 2021 à 12:18
Beau coup de pub en tous cas, qui fait parler du cabinet.
Toutefois, je regrette que l'article ne détaille pas plus ce qui l'a séduit pour rejoindre le cabinet. Ça laisse paraître que c'est pour dépanner, en attente de mieux

citer

signaler

Gus, CEO Circle
15 Sep 2021 à 09:36
@Dingue
1) Il est vraiment opérationnel, il n'est jamais trop tard pour rejoindre Circle ;)
2) La mayonnaise n'est bonne qu'avec les frites en tant que bon belge ça devrait aller :)
3) Notre Community Manager est certainement un fan mais n'est pas l'inconnu enthousiaste, content de savoir que le fan club a un membre de plus.

Gus,CEO Circle

citer

signaler

Dingue !
14 Sep 2021 à 20:28
Ah ouai ! Il faut reconnaître que le coup est énorme et perso je me serai battu pour bosser avec un partner comme ça. 3 questions subsistent :
1) va-t’il vraiment être opérationnel et consultant actif ou juste être un apporteur d’affaire qui joue de son portefeuille ?
2) la mayonnaise va-t-elle prendre et va-t-il rester ?
3) à chaque fois qu’un article sur Circle est posté on a le droit au commentaire enthousiaste d’un anonyme tellement fervent que je me demande si le CM (CEO ?) n’est pas un fan de Consultor ;)

citer

signaler

SmartMove
14 Sep 2021 à 17:22
Bon coup pour Circle, le cabinet semble sur la bonne voie, a suivre.

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

  • Belle promo de partners pour Oliver Wyman
    08/11/22

    Oliver Wyman annonce la promotion de 78 partners et directeurs exécutifs pour 2023, dont cinq au bureau de Paris, un record historique pour ce cabinet, filiale de Marsh McLennan.

  • Nouveau départ intra-muros pour EY-Parthenon
    08/11/22

    La team parisienne d’EY-Parthenon a décidé de prendre un nouvel envol. Cinq ans après la création du bureau français, les équipes de la branche strat’ d’EY, jusque-là basées au sein du QG du Big Four à la Défense, ont investi de tout nouveaux locaux, au 46 rue Saint-Lazare, entre La Trinité et Notre-Dame de Lorette.

Super Utilisateur
France
Renault, automobile, senior advisor
9742
Boston Consulting Group Circle
2021-11-22 20:23:17
6
Non