Priorité à la carrière de son épouse : démission tonitruante à la tête de Zalando

L’Allemand Rubin Ritter, 37 ans, senior associate de McKinsey&Company jusqu’en 2010, l’un des trois patrons de Zalando depuis son départ du cabinet, prend une décision des plus rares, des plus avant-gardistes, voire des plus féministes.

22 Déc. 2020 à 05:12
Priorité à la carrière de son épouse : démission tonitruante à la tête de Zalando

Il annonce sa démission de son poste dès 2021 pour, dit-il, « donner une nouvelle direction à sa vie » afin de faciliter l’accomplissement pro de son épouse, une juge.

Rubin Ritter était pourtant sous contrat jusqu’en 2023 dans l’une des plus grandes sociétés européennes de vente en ligne : près de 5 milliards de CA en 2018, 1,85 milliard pour le seul troisième trimestre 2020, en hausse de 22 % sur un an, 3 000 marques de chaussures et de vêtements, 14 000 employés dans 17 pays européens.

Rubin Ritter a justifié son choix dans un communiqué de presse de Zalando : « Ma décision est le résultat de plusieurs mois de réflexion approfondie. Après plus de onze années incroyables où Zalando a été ma priorité, je sens qu'il est temps de donner à ma vie une nouvelle direction. Je veux consacrer plus de temps à ma famille grandissante. Ma femme et moi avons convenu que pour les années à venir, ses ambitions professionnelles devraient être prioritaires. Et concernant mon propre avenir, j'ai hâte de me donner le temps d'explorer de nouveaux intérêts au-delà de Zalando. »

Diplômé de l’école supérieure de management WHU-Otto Beisheim à Vallendar en Allemagne, doublé d’un MBA de l’université d’Austin au Texas en 2007, Rubin Ritter avait débuté sa carrière dans le conseil chez McKinsey, où il a été promu jusqu’au grade de senior associate au cours de ses trois années de consultant au sein du cabinet.

Cette décision de quitter ces hautes fonctions peut paraître plus que surprenante pour celui qui endossait la responsabilité de la stratégie et de la communication dans un directoire très largement masculin, et dans un pays, où comme en France d’ailleurs, la proportion de postes de direction occupés par des femmes est faible (12,8 % des CA des trente plus grandes sociétés cotées) et les écarts de salaires entre hommes et femmes s’élèvent à 20 %.

La présidente du conseil de surveillance de Zalando, Cristina Stenbeck, a soutenu officiellement cette décision rarissime : « Si le conseil de surveillance regrette clairement la décision de Rubin, nous avons le plus grand respect pour la motivation personnelle et nous apprécions grandement sa transparence et son ouverture à donner au conseil et à la société suffisamment de temps pour sécuriser les prochaines étapes de cette transition managériale. » L’entreprise annonce aussi à cette occasion vouloir continuer à travailler en étroite collaboration avec l’ex-stratège.

Crédit photo : LinkedIn

3
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (3)

JP
05 Jan 2021 à 11:25
La classe!

citer

signaler

Lepreachan
23 Déc 2020 à 06:29
Effectivement, un fin stratège...

citer

signaler

M.Martial
22 Déc 2020 à 21:33
Superbe exemple que l’on espère bientôt être si fréquent qu’il ne sera plus l’objet d’article. Merci pour le partage !

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Bain rattrapé par le bourbier sud-africain
    17/01/22

    En 2018, Bain avait cherché par tous les moyens à faire taire la vive polémique concernant une mission de conseil de deux ans et de neuf millions d’euros que le cabinet avait obtenue en 2015 pour la South African Revenue Service (SARS), l’agence de perception des revenus de l’État sud-africain. 

  • République tchèque : le passage éclair du nouveau MAE chez McKinsey
    14/01/22

    La nouvelle coalition gouvernementale formée le 17 décembre 2021 en République tchèque a fait entrer trois membres du Parti pirate au gouvernement. Une première pour un pays de l’Union européenne.

  • Climat : le BCG joue la carte de la séquestration de ses émissions
    09/01/22

    Objectif net-zero d’ici 2030. C’est ce qu’espère atteindre le Boston Consulting Group (BCG) en s’associant à Climeworks dans le cadre d’un partenariat d’une durée de dix ans. Cette start-up suisse a mis au point une technologie capable de capter le CO2 dans l’air ambiant et l’enfouir dans le sol, le faisant ainsi disparaître de l’atmosphère.

  • En Belgique, le Waterloo d’un partner de McKinsey atterrit en justice
    05/01/22

    En 2020, le cabinet a remboursé sept millions d’euros d’honoraires à une entreprise publique qu’il conseillait depuis quinze ans. Le partner incriminé, qui avait dû quitter ses fonctions de consultant, est désormais inculpé par la justice.

  • Bridgespan, le cabinet des milliardaires en quête de philanthropie
    04/01/22

    Aujourd’hui, certaines fortunes choisissent de demander conseil à un tiers pour distribuer leurs dons à différentes causes. Et pour se faire, le cabinet à but non lucratif Bridgespan, fondé par des anciens de Bain, est devenu LA référence.

  • Covid-19 : aux États-Unis, le bilan mitigé de l’aide des consultants
    21/12/21

    Depuis le début de la pandémie, au moins 25 États, ainsi que des villes et des agences fédérales américaines se sont appuyés sur des cabinets de conseil pour soutenir un système de santé débordé.

  • Kearney met la main sur un spécialiste nordique des achats
    12/12/21

    Kearney a annoncé mettre la main sur Prokura, un cabinet de conseil spécialisé dans les achats. 

  • UK : douche écossaise pour les consultants de Monitor Deloitte
    29/11/21

    Dans un email écrit en juillet 2021 et révélé par le site efinancial, Alexander Curry, associé de Monitor Deloitte en Grande-Bretagne, met particulièrement la pression sur les jeunes recrues du cabinet.  

  • US : la SEC met à l’amende le fonds interne de McKinsey
    23/11/21

    Le McKinsey Investment Office, le fonds d’investissement interne à McKinsey, dont l’existence avait été révélée dans les colonnes du Financial Times en 2016, vient d’être mis à l’amende par le gendarme de la bourse américain. Ce dernier juge que le cabinet de conseil n’a pas mis en place des mesures de contrôle appropriées pour prévenir tout usage inapproprié par les partners du cabinet du fait d’informations non publiques auxquelles ils auraient accès dans le cadre de leurs fonctions de conseil. McKinsey est mis en demeure de mettre un terme à ces pratiques et doit s’acquitter d’une amende de 18 millions de dollars.

Super Utilisateur
Monde
Rubin Ritter, McKinsey, Cristina Stenbeck, feminisme, zalando, allemagne
2895
McKinsey
3