Plan de relance italien : le recours à McKinsey ne passe pas

La décision du nouveau gouvernement dirigé par Mario Draghi de faire appel au cabinet McKinsey pour l’aider avec le plan européen de relance agite la nouvelle coalition. Un contrat minimal de 25 000 euros, qui aurait dû être pro bono, mais pour lequel le gouvernement a souhaité couvrir au moins les frais des consultants, qui suscite une polémique maximale.

09 Mar. 2021 à 00:48
Plan de relance italien : le recours à McKinsey ne passe pas

Dans le détail, a annoncé le ministère des Finances ce week-end, le cabinet américain doit conseiller et aider le ministère des Finances dans la rédaction du plan italien pour les 209 milliards d’euros attribués par l’Europe – sur les 750 sur lesquels les dirigeants de l’Union s’étaient mis d’accord le 21 juillet 2020 – pour surmonter la crise. Le cabinet interviendra concrètement sur les projets d’allocations des fonds européens dans l’économie italienne établis jusqu’à présent, aider à leur amélioration d’ici la remise d’un plan officiel italien de relance à la Commission européenne en avril. Le rôle du cabinet consistera également à comparer ce plan avec ceux des autres pays européens.

La gouvernance de cette aide demeurera de la responsabilité du ministère ainsi que d’autres autorités, a poursuivi le ministère des Finances.

Mario Draghi, ex-patron de la Banque centrale européenne, a été nommé président du Conseil des ministres italien le 13 février et son gouvernement compte parmi ses ministres un ancien de McKinsey (relire notre article). Le nouveau chef du gouvernement a jusqu’à fin avril pour soumettre à la Commission européenne le plan de l’Italie.

Ce recours à McKinsey, dévoilé dès vendredi par la Radio Popolare puis samedi par le quotidien La Repubblica, provoque en tout cas un malaise au sein de la majorité au pouvoir et dans la classe politique au sens large. « Nous devons faire appel aux meilleurs du pays (…) et ne pas déléguer des tâches essentielles à des outsiders issus du secteur privé », a expliqué l’ancien ministre Giuseppe Provenzano du parti démocrate, cité par Bloomberg.

« Si le schéma a changé, cela doit être communiqué et expliqué au parlement », a ajouté pour sa part le sénateur Antonio Misiani du parti démocrate. Cet ancien ministre des Finances adjoint sous le précédent gouvernement de Giuseppe Conte faisait allusion à la promesse donnée par Mario Draghi que le ministre des Finances ainsi que les détenteurs de maroquins ministériels seraient responsables de ce plan. « Nous demandons de la transparence », a pour sa part évoqué Francesco Silvestri du mouvement Cinq Étoiles, la plus importante force au Parlement italien et au sein de la coalition.

Cette levée de boucliers politique intervient alors qu’en début d’année la précédente coalition gouvernementale de Giuseppe Conte se querellait ouvertement sur la future gestion de la manne européenne à venir. Une méfiance redoublée par le récent précédent français où le recours à McKinsey pour accompagner le gouvernement français dans la gestion de la pandémie a suscité des semaines de tollé dans l’opinion (relire notre article).

Crédit photo : vue de Rome, Unsplash, Caleb Miller

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

StephW
09 Mar 2021 à 23:05
Une autre critique est le possible conflit d’intérêts, McK pouvant privilégier le business de ses propres clients...

>
[ Reuters, https://www.reuters.com/article/us-italy-politics-mckinsey-idUSKBN2AY0N4 ]

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

    Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

Super Utilisateur
secteur public
mckinsey, covid, italie, secteur public
2993
McKinsey
2021-08-23 20:21:00
1