Le développement durable, parent pauvre du conseil en stratégie ?

 

À l’heure où le gouvernement planche sur une éventuelle réforme de l’objet social des sociétés, quelle place occupe aujourd’hui le développement durable dans la stratégie des entreprises françaises et dans les missions des cabinets de conseil en stratégie ? État des lieux.

 

26 Fév. 2018 à 07:03
Le développement durable, parent pauvre du conseil en stratégie ?

 

Alors que le président Emmanuel Macron a délivré dans son discours à Davos fin janvier un véritable plaidoyer pour une croissance plus inclusive, où en sont les entreprises françaises sur le terrain du développement durable ?

Fini le green washing ?

« En l’espace de cinq ans, dans les grandes entreprises et les grosses PME, on est clairement passé dans ce domaine de l’amélioration des process existants à la reconfiguration des modèles économiques, avec des changements qui peuvent être radicaux, explique Fabrice Bonnifet, directeur Développement durable & Qualité-Sécurité Environnement (QSE) du Groupe Bouygues. Les entreprises ont pris conscience, en particulier les conseils d’administration, de la nécessité d’adopter des modèles tournés vers la frugalité et le partage et des modes de développement plus respectueux des écosystèmes et des inégalités. Je pense que la transition va prendre un peu de temps, que nous allons devoir cohabiter encore quelque temps avec les deux modèles, l’ancien et le nouveau, mais qu’il n’y aura pas de retour en arrière. »

« Il y a encore une dizaine d’années, le développement durable n’était pas perçu comme un élément fondamental de la stratégie de l’entreprise, c’était surtout un sujet de communication et de marketing, voire de réglementation et de reporting, la dimension économique était peu prise en compte et il était donc assez difficile de vendre du conseil en stratégie dans ce domaine, relève Emmanuel Julien, ancien directeur industriel d’Air Liquide, directeur général d’ENEA Consulting depuis 2012, cabinet spécialisé dans la transition énergétique. Cela a complètement changé à partir du moment où le développement durable a été perçu comme une opportunité – ou un risque – économique. »

Un engagement à dimension variable

La portée réelle de cet engagement demeure néanmoins très variable. « 35 à 40 % des entreprises ne s’y intéressent que pour être en conformité avec la réglementation, pour ne pas se laisser distancer par leurs concurrents, et pour donner le change, au marché et aux clients, explique Didier Livio, associé responsable de Deloitte Développement Durable depuis le rachat en 2015 du cabinet qu’il avait fondé, Synergence, par Deloitte. Mais pour une autre catégorie – de plus en plus importante – d’entreprises, le développement durable constitue aujourd’hui une brique importante de leur stratégie globale. Et on observe depuis trois ou quatre ans l’émergence d’une troisième catégorie d’entreprises – encore très minoritaire – dont toute la stratégie est repensée via le prisme du développement durable, ce qui suppose souvent une modification radicale de leur modèle économique sur des temps de transformation longs. »

Si certains secteurs connaissent depuis plusieurs années une forte pression réglementaire (le bâtiment, les transports) ou sociale plus récemment (l’agroalimentaire, le retail), une nouvelle demande de conseil émane aujourd’hui des institutionnels, banques et fonds d’investissement qui – à l’instar des géants du secteur, BlackRock et le fonds souverain norvégien – souhaitent faire du développement durable un élément clé de leur stratégie d’investissement.

« Les nouvelles réglementations sur l’empreinte carbone des portefeuilles conduisent tous les fonds à le prendre en compte, souligne Didier Livio. Dernièrement, des fonds de private equity ont recruté des directeurs du développement durable. »

Une offre protéiforme

Face à cette demande, comment s’articule l’offre de conseil en stratégie sur le marché français ? « Il y a de plus en plus de monde sur ce terrain et on y trouve toutes les typologies d’acteurs du conseil », relève Emmanuel Julien, chez ENEA.

À commencer par les grands cabinets de conseil généralistes, et notamment les Big Four, dont les équipes de reporting extra-financier ou de conseil en finance responsable ont développé des offres de conseil en stratégie.

On y trouve aussi « des cabinets à l’origine plutôt positionnés sur le volet technique et scientifique et qui ont migré vers la stratégie, poursuit Emmanuel Julien. « Quelques petits cabinets spécialisés, qui ne cessent de grossir » – et parmi lesquels on trouve des pionniers tels qu’Utopies ou Des Enjeux et des Hommes –, des consultants en solo ou en équipe très réduite, « qui sont souvent d’anciens directeurs de la RSE », et parfois également « de grands cabinets de conseil en stratégie ».

Une offre protéiforme, donc, et un domaine où les grands cabinets de conseil en stratégie brillent… par leur discrétion.

 Encadré développement durable 06 03 2018

« Les grands cabinets de conseil en stratégie ont complètement raté le virage »

Selon le président du Collège des directeurs du développement durable – qui regroupe une centaine de directeurs dédiés à ce sujet dans de grands groupes privés (mais aussi Benoît Gajdos, associé en charge du développement durable chez Kea & Partners) –, Fabrice Bonnifet, « les grands cabinets de conseil en stratégie ont complètement raté le virage et sont disruptés par des cabinets bien plus petits, mais beaucoup plus compétents sur les enjeux à long terme. Aujourd’hui, une stratégie d’entreprise qui ne prend pas en compte le développement durable, c’est une imposture », ajoute-t-il.

« Les grands cabinets de conseil en stratégie ont intégré au sein de leurs équipes des compétences en matière de développement durable, mais je pense qu’ils n’ont pas assez pris en compte son côté éminemment stratégique », reprend Didier Livio, associé responsable de Deloitte Développement Durable qui, avec son équipe « de 140 personnes » a réalisé « 15 millions de chiffre d’affaires » en 2017.

La transition durable n’est toutefois pas absente des grilles d’analyse des consultants des autres cabinets. Ainsi, « l’accompagnement de la transformation responsable de nos clients est une de nos priorités en termes d’innovation et de développement, affirme David-Emmanuel Vivot, associé chez Kea & Partner. Une de nos convictions profondes est que l’heure de l’entreprise responsable a sonné et que cette dimension doit être intimement imbriquée dans la stratégie globale, et c’est pourquoi elle doit être assimilée par l’ensemble de nos consultants et non pas confiée à une équipe dédiée. »

Le développement durable, oui, mais pour les entreprises qui se portent bien

Reste que l’exercice, qui implique « d’envisager des horizons à moyen ou long terme », n’est pas toujours facile à opérer dans « les entreprises soumises à une très forte pression du court terme », poursuit l’associé de Kea.

Et c’est pourquoi « on constate que les entreprises qui investissent le plus dans le développement durable sont celles qui ont un bon équilibre économique parce qu’elles ont davantage de marge de manœuvre pour se préoccuper du long terme ».

Ainsi, « ce sont souvent les leaders de leur secteur, tels que L’Oréal, Schneider, Danone, Saint-Gobain ou Michelin, qui investissent massivement dans la RSE et qui ne voient plus ce sujet comme une contrainte, mais comme une opportunité de création de valeur stratégique ».

Et ce, via des politiques généralement portées par des dirigeants très convaincus. Car c’est là que réside une autre des grandes difficultés de l’exercice, pointe David-Emmanuel Vivot : « Comment, dans le cadre de l’exercice stratégique classique, passer du périmètre de l’entreprise à celui de son écosystème et de ses parties prenantes, voire de la planète ? »

Autrement dit, comment amener les comités de direction à reconsidérer les priorités entre ce qui est bon pour l’entreprise et ce qui est bon pour son écosystème et ses partenaires ?

Pas du désintérêt, mais de la sémantique ?

Enfin, si le sujet n’apparaît pas en tête des préoccupations des cabinets de conseil en stratégie, c’est aussi parce qu’il souffre d’un handicap de nature sémantique : « Je pense que les cabinets de conseil en stratégie y travaillent, mais sans nécessairement l’appeler “développement durable” en raison de la connotation parfois négative que l’on peut y associer – suspicions liées aux effets d’annonce, volet certification – ou de la relation avec l’écologie au sens politique du terme, tout le monde s’est un peu éloigné de ce vocabulaire, estime Thomas Croisier, responsable de Monitor Deloitte à Paris.

Vient ensuite « la difficulté pour les entreprises de se donner les moyens à moyen et long terme », une problématique plus générale qui dépasse la seule question du développement durable. Est-ce que les lignes sont en train de bouger ?

« Oui, je trouve que ça bouge, observe-t-il. Nous assistons à un retour de la recherche du sens à long terme qui fait contrepoids à la culture du court-termisme, du “tout maintenant”. Et cela ne provient pas uniquement de quelques directions “inspirées” qui tracent la voie. Il y a aussi un phénomène beaucoup plus bottom up avec les nouvelles générations, y compris les juniors de nos propres équipes. Ce sont des générations qui aspirent à cela, qui se posent la question de l’impact que leur travail peut avoir sur l’écosystème dans lequel ils évoluent et sur les écosystèmes des clients pour lesquels ils travaillent. »

Des générations qui se retrouvent probablement dans la réflexion que le gouvernement vient de confier au groupe de travail sur la réforme de l’objet social des sociétés : redéfinir les missions fondamentales de l’entreprise dans la société et leur articulation avec l’intérêt général.

Miren Lartigue pour Consultor.fr

 

2
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (2)

Consultor.fr
06 Mar 2018 à 13:15
Citation en provenance du commentaire précédent de Fabienne Proust
Bonjour,

Concernant ce qui est indiqué dans l'encadré bleu au sujet de la RSE, peut-être qu'en 1990-1995 le sigle RSE était pour Responsabilité Sociale et Environnementale, mais il me semble qu'aujourd'hui il est pour Responsabilité Sociale (ou Sociétale) des Entreprises (Organisations pour RSO).

Cordialement

Bonjour. Merci de nous avoir signalé cette coquille. Nous avons mis à jour l'encadré. Cordialement,

citer

signaler

Fabienne Proust
05 Mar 2018 à 16:01
Bonjour,

Concernant ce qui est indiqué dans l'encadré bleu au sujet de la RSE, peut-être qu'en 1990-1995 le sigle RSE était pour Responsabilité Sociale et Environnementale, mais il me semble qu'aujourd'hui il est pour Responsabilité Sociale (ou Sociétale) des Entreprises (Organisations pour RSO).

Cordialement

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

  • Belle promo de partners pour Oliver Wyman
    08/11/22

    Oliver Wyman annonce la promotion de 78 partners et directeurs exécutifs pour 2023, dont cinq au bureau de Paris, un record historique pour ce cabinet, filiale de Marsh McLennan.

  • Nouveau départ intra-muros pour EY-Parthenon
    08/11/22

    La team parisienne d’EY-Parthenon a décidé de prendre un nouvel envol. Cinq ans après la création du bureau français, les équipes de la branche strat’ d’EY, jusque-là basées au sein du QG du Big Four à la Défense, ont investi de tout nouveaux locaux, au 46 rue Saint-Lazare, entre La Trinité et Notre-Dame de Lorette.

Super Utilisateur
France
Auriverde, Thomas Gault, grenelle de l'environnement, Laurent Dumarest, conseil en développement durable, strategy consulting, green, Fabrice Bonnifet, Emmanuel Julien, Collège des directeurs du développement durable (C3D), ENEA Consulting, Didier Livio, Benoît Gajdo, David-Emmanuel Vivot, rse, développement durable
3421
Benoît Gajdos David-Emmanuel Vivot
2021-11-09 11:12:29
2
Non