Le conseil en stratégie et les systèmes d’information : la fin du désamour ?

 

« Nous observons un vrai changement de regard sur les systèmes d’information. Les problématiques liées aux SI deviennent essentielles et se retrouvent de plus en plus souvent sur la table des directeurs généraux », assure Matteo Pacca, directeur associé de McKinsey & Company et responsable du pôle de compétences business technology (BTO) en France. La révolution digitale a changé la donne de ces practices IT et du type d’intervention. Délaissé, voire méprisé à ses débuts, le conseil en stratégie des systèmes d’information semble aujourd’hui prendre de l’ampleur au sein des cabinets de conseil en stratégie.

 

17 Déc. 2014 à 10:21
Le conseil en stratégie et les systèmes d’information : la fin du désamour ?

 

De nouveaux enjeux liés à la révolution digitale

« La notion de SI recouvre l’idée que la technologie est un outil permettant d’aider à fournir un service donné, explique Stéphane Potier, partner de Roland Berger en charge des SI. Le digital est le constat que la technologie est elle-même devenue le service, comme chez Amazon où c’est la plateforme Web qui fournit le service sans intervention humaine. Le digital est donc très lié aux nouvelles technologies », poursuit-il. Avec le numérique, le conseil en stratégie des systèmes d’information prend des proportions nouvelles. Il touche un champ beaucoup plus large nécessitant d’assembler plusieurs compétences au sein des cabinets de conseil en stratégie.

Preuve de cet engouement, Roland Berger réfléchit à renforcer en 2015 son centre de compétence vers le « digital service excellence », mêlant technologies IT et services digitaux. Pour Stéphane Potier,« cette nouvelle orientation permettra d’associer le digital qui devient un élément clé de la proposition de valeur et la capacité à concevoir et opérer des plateformes opérationnelles de tels services ».

McKinsey a également beaucoup élargi son offre ces cinq dernières années. Au-delà du pôle business technology, lancé il y a une vingtaine d’années, le cabinet dispose désormais d’un digital lab où sont recrutés des profils techniques pour concevoir des interfaces utilisateurs. « Disposer d’experts au sein des équipes de consultants est désormais indispensable. La technologie irrigue toute l’entreprise et devient un enjeu stratégique pour les directions générales », confirme Matteo Pacca,directeur associé de McKinsey.

Une practice comme une autre

Les cabinets de conseil en stratégie semblent rencontrer quelques difficultés à recruter des profils passionnés à la fois par le conseil et les technologies. Pourtant, chez McKinsey, la stratégie des systèmes d’information serait une practice comme une autre. « Cette activité n’est rien d’autre qu’une déclinaison des expertises et savoir-faire qui sont notre cœur de métier, explique Matteo Pacca. Nos consultants spécialisés en SI suivent des missions doubles de conseil en management et en technologies », ajoute-t-il. Pourquoi alors ces profils spécialisés sont-ils si difficiles à embaucher ? Le directeur associé de McKinsey assure que ce n’est pas parce que la practice est mal cotée : « Au contraire, ce sont des missions enrichissantes. Nous accompagnons des directions générales afin de maximiser la contribution de leurs outils technologiques à leurs ambitions de développement global. Les enjeux ne sont pas techniques, mais réellement stratégiques et ne se limitent pas à l’informatique ». Michel Jaubert, partner d’A.T. Kearney, confirme que la practice n’est pas mal vue et que grâce à la révolution numérique tout le monde s’intéresse aux systèmes d’information. Le cabinet a mis en place des brainstormings réunissant consultants juniors et seniors. Ensemble, ils échangent autour de thématiques mêlant un secteur d’activité et les nouvelles technologies. Ces rencontres sont l’occasion pour les ressources humaines et les partners de repérer les consultants montrant de l’intérêt pour les systèmes d’information.

Plus mesuré, Stéphane Potier juge que tout dépend du type de mission : « Certains projets à forte valeur ajoutée intellectuelle sont passionnants. D’autres, plus techniques de réduction des coûts peuvent n’intéresser qu’une frange plus limitée de consultants ». Il assure cependant que les équipes de Roland Berger ne sont pas hermétiques aux SI. Environ 5 % des 250 consultants du cabinet contribue activement à cette practice. Et plus d’effectifs peuvent être mobilisés quand un programme important contient un module SI. « Je n’ai jamais eu de problème pour staffer mes projets », affirme le partner de Roland Berger.

Du conseil en stratégie avant tout

Quand on évoque Accenture, IBM et les autres entreprises spécialisées dans les systèmes d’information, les cabinets de conseil en stratégie sont unanimes : la proposition de valeur n’est pas la même ! « Nous n’exerçons pas le même métier. Leur rôle est de mettre en œuvre des solutions. Ils ne font du conseil en stratégie qu’à la marge », réagit Michel Jaubert.

Autre argument, l’indépendance des cabinets de conseil en stratégie. À tort ou à raison, un doute persiste chez les dirigeants quant à la neutralité des acteurs type IBM. « Leur activité de conseil ne leur sert-elle pas à faire de la prospection ? met en cause Stéphane Potier. Ils sont très bons en technique, mais nous sommes mieux armés pour conseiller la direction générale de très gros groupes sur des problématiques compliquées. »

Léa Billon pour Consultor

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Assemblée nationale : à gauche, la séparation de l’audit et du conseil dans le viseur
    02/12/22

    La Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (Nupes) cherchaient à inscrire la mesure dans la loi de finances. 49.3 oblige, elle n’a même pas pu être discutée. Une mesure, parmi d’autres de lutte contre l’évasion fiscale, que le groupe parlementaire voudrait à nouveau pousser au cours de la mandature. Charlotte Leduc, députée LFI/Nupes, qui est à l’origine de cette proposition, répond à Consultor.

  • Pour ses 15 ans, Cylad décolle
    29/11/22

    Le cabinet Cylad Consulting, né à Toulouse avec une forte connotation aéro/défense, vient de fêter ses 15 ans d’existence.

  • BCG : un ancien du Budget à Bercy élu partner
    24/11/22

    Arrivé en 2014 au Boston Consulting Group, après une première vie à la Direction du Budget à Bercy, Maël Robin est élu partner et managing director du BCG à Paris. Son domaine de spécialisation porte sur les services financiers.

  • CVA, l’âge de la maturité
    23/11/22

    Il y a quelques jours, quelque 400 invités étaient réunis à la Fondation Louis Vuitton pour fêter les 35 ans de Corporate Value Associates. À la fondation Louis Vuitton, comme en 2017, avec une expo Mitchell-Monet symbolique pour le fondateur du cabinet Paul-André Rabate.

  • Après l’épisode Zemmour, départ de l’ancien patron de Roland Berger
    22/11/22

    Alors qu’Olivier de Panafieu, l’ancien managing partner de Roland Berger en France, avait été suspendu après avoir accueilli un dîner de soutien à Éric Zemmour à son domicile, son départ du cabinet était en question. Il a finalement quitté ses fonctions en septembre.

  • McKinsey : élection de six hommes et une femme
    21/11/22

    Ils ne sont pas moins de sept, âgés de 33 et 49 ans, à être promus associés chez McKinsey Paris en cette mi-novembre : Hassen Ahmed, Timothée Fraisse, Jérémie Ghandour, Jérôme Loufrani, Cindy Popp (Tang), Arnaud Tournesac, Yannig Gourmelon.

  • BCG : trois nouveaux partners, dont un ex du cab’ de Nathalie Kosciusko-Morizet
    16/11/22

    Sanae Aouni et François-Régis Turc sont cooptés dans l’équipe BCG on Transformation. Leïla Hamidou est, elle, élue dans la practice marketing, sales et pricing.

  • Le Figaro sous le charme de McKinsey
    15/11/22

    Le quotidien dresse un éloge – un peu comique tant il est à sens unique – de Clarisse Magnin-Mallez, la patronne de McKinsey en France, et donne quitus au cabinet – en dépit des faits.

  • McKinsey : départ d’une associée santé-assurance
    10/11/22

    Stéphanie Lotz, associée de McKinsey Paris axée sur l’expérience client, particulièrement des secteurs santé et assurance, a quitté le cabinet, même si ce n’est pas encore officiel. Et pour l’instant, son nouveau point de chute reste inconnu. Maj 22/11/2022 : Stéphanie Lotz a rejoint le bureau de McKinsey à Stuttgart. 

Super Utilisateur
France
étude sectorielle, système d’information, DSI, Stéphane Potier, Michel Jaubert, BTO, Matteo Pacca, McKinsey and Company, Roland Berger Strategy Consultants
3306
Matteo Pacca
2021-11-01 15:58:48
0
Non