Accord migratoire UE-Turquie : la mission secrète de McKinsey

En pleine crise migratoire, qui avait vu en 2015 près d'un million de personnes arrivées dans l'Union européenne via la mer Méditerranée et les Balkans, depuis l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud, McKinsey a joué un rôle prépondérant dans la mise en œuvre de l'accord migratoire conclu entre l'Union européenne et la Turquie, censé endiguer l'afflux de personnes migrantes, rapportent plusieurs médias (Der Spiegel et Balkan Insight notamment).

25 Jui. 2020 à 05:20
Accord migratoire UE-Turquie : la mission secrète de McKinsey

L'accord entre l'UE et la Turquie date du 18 mars 2016. Il prévoit qu'Ankara exercera des contrôles plus stricts à ses frontières et s'engagera à ce que la Turquie accueille tous les migrants illégaux venus de son territoire et arrêtés en Grèce. En retour, Bruxelles s'engage à financer à hauteur de 6 milliards d'euros l'accueil et l'accompagnement des réfugiés sur le sol turc, et à accueillir pour chaque Syrien renvoyé vers la Turquie au départ des îles grecques, un autre Syrien dans la limite de 72 000 personnes.

Sauf que le schéma patine. C'est dans ce contexte que le rapprochement entre McKinsey et l'Union européenne démarre en septembre 2016. Il prend d'abord la forme d'une mission pro bono sur la manière de faire fonctionner le pacte UE-Turquie.

Cette mission est signée en octobre 2016 par Maarten Verwey, haut fonctionnaire européen, alors directeur général du Structural Reform Support Service (SRSS), service européen mis sur pied pour accompagner les États dans leurs réformes administratives structurelles. Il est aussi le coordinateur de l'accord entre l'UE et la Turquie.

Durant douze semaines, McKinsey, notamment Solveigh Hieronimus, partner à Munich et co-lead du Center for Government de McKinsey qui se consacre aux interventions du cabinet pour le compte des États, travaille avec le SRSS, l'Easo, le bureau européen de soutien à l'asile et l'agence européenne de contrôle aux frontières extérieures de l'UE, Frontex, ainsi qu'avec les autorités grecques.

Les comptes-rendus de réunion du management de l'Easo montrent qu'il est demandé à McKinsey d'analyser la situation dans les îles grecques de la mer Égée, et de proposer un plan d'action aboutissant à la régularisation du surplus de personnes en situation irrégulière.

Rapidement, McKinsey identifie des goulots d'engorgement dans les procédures d'encadrement de l'asile et pousse une série de mesures, à commencer par une augmentation drastique des capacités de traitement des demandes d'asile par les services grecs et par l'Easo.

En décembre 2016, le plan d'action signé par McKinsey est prêt. C'est justement à cette période, le 8 décembre 2016, que Maarten Verwey présente le plan de mise en œuvre de l'accord UE-Turquie, qui est signé par les chefs d'État le 15 décembre, sans qu'aucun lien public soit établi avec la mission de McKinsey.

Pourtant, entre les préconisations de McKinsey et le plan officiel, les similitudes sont nombreuses : augmentation des capacités de détention des personnes demandeuses du droit d'asile sur les îles grecques, augmentation des effectifs de l'Easo et des services grecs de l'asile, augmentation du nombre d'interprètes dans les effectifs de Frontex, réduction du nombre d'appels possibles dans une demande de droit d'asile...

Le travail de McKinsey ne s'arrête pas là. Le 20 janvier 2017, une mission de 992 000 euros est attribuée au cabinet pour la mise en œuvre de ses préconisations, hors de toutes les procédures de contractualisation avec des fournisseurs extérieurs fixés par l'UE. Une attribution qui, un an plus tard, sera jugée totalement irrégulière par l'ECA, l'auditeur de l'UE.

La mission de McKinsey se poursuit jusqu'en mai, date à laquelle McKinsey remet à l'Easo un rapport dont plusieurs extraits cumulant 1 500 pages seront finalement publiés, après le refus initial de l'Easo.

Document au ton mélioratif sur les résultats obtenus par le cabinet : réduction à onze jours des durées d'instruction des demandes d'asile, réduction du nombre de demandeurs d'asile, quarante visites de terrain dans les îles grecques, les autres missions de McKinsey sur des sujets migratoires et d'autres cabinets aussi. Depuis, l'accord entre l'UE et la Turquie a été à plusieurs reprises suspendu ou mis en cause.

Ce n'est pas la première fois que McKinsey est mis en cause pour ses interventions sur la gestion de l'immigration auprès de gouvernements. Aux États-Unis, McKinsey a effectué une mission de deux ans au sein de l'agence fédérale chargée d'arrêter et de renvoyer vers leur pays d'origine les personnes migrant illégalement sur le territoire (relire notre article). En Allemagne, McKinsey est également intervenu auprès du BAMF (Office fédéral pour les migrants et réfugiés). McKinsey n'est pas le seul cabinet à intervenir sur ce sujet : aux États-Unis plusieurs autres cabinets ont été mandatés et en Australie le Boston Consulting Group a été sollicité par le gouvernement.

Crédit photo :

Cagliari Italy 06 10 2016 the ship Rio Segura arrives at the port of Cagliari with 1250 migrants recovered from the Mediterranean Sea

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Monde

  • Haro sur le copier-coller des consultants dans le Golfe
    07/12/22

    Dans les colonnes du Tagesspiegel, le chercheur Dawud Ansari tacle la recette unique déployée selon lui par les cabinets de conseil en stratégie occidentaux pour se mettre les dirigeants des pays dans la poche, avec force honoraires à la clé, au détriment de leur développement économique effectif.

  • Cylad se pose à Munich
    02/12/22

    Dix ans après Hambourg, le cabinet Cylad Consulting ouvre un 2e bureau en Allemagne à Munich, et le 8e dans le monde.

  • Ce Bainie qui parle à l’oreille du Pape
    28/11/22

    Deuxième « mission papale » pour le consultant italien Pier Francesco Pinelli, 59 ans, chez Bain & Company de 1996 à 2003, associé depuis 2013 de la société italienne de développement digital Netplan.

  • Québec : McKinsey sous la menace d’une nouvelle enquête parlementaire
    14/11/22

    Les États-Unis, la France et maintenant le Canada ? McKinsey ne cesse de concentrer l’attention d’élus aux quatre coins de la planète. Après que des sénateurs français et des parlementaires américains lui ont consacré des enquêtes, au tour des oppositions québécoises d’en appeler une de leurs vœux.

  • Supply chain : McKinsey annonce une acquisition
    07/11/22

    Le cabinet avale un expert des solutions logicielles pour les supply chains basé à Chicago.

  • Le BCG, petit prince du fonds souverain saoudien
    01/11/22

    C’est une information de Bloomberg : depuis plusieurs mois, le BCG tiendrait une place de choix à la stratégie du fonds souverain saoudien, le colossal véhicule financier chargé de diversifier l’économie du royaume pétrolier.

  • Objectif aéro/défense pour Oliver Wyman
    20/10/22

    Le cabinet Oliver Wyman annonce la finalisation prochaine de l’acquisition – d’ici la fin de l’année – d’Avascent, société de conseil centrée sur le private equity et la stratégie dans les secteurs de l’aéronautique et de la défense.

  • L’interview du chat noir de McKinsey au New York Times
    19/10/22

    Depuis 2018, Mike Forsythe multiplie les enquêtes gênantes pour la réputation du cabinet de conseil avec son confrère Walt Bogdanich. Enquêtes dont ils ont fait un livre récemment paru, When McKinsey Comes To Town. À cette occasion, il répond aux questions de Consultor.

  • McKinsey : l’enquête qui met à nu un siècle de contradictions
    07/10/22

    Depuis quatre ans, Walt Bogdanich et Michael Forsythe, deux journalistes du New York Times, multiplient les enquêtes sur McKinsey. Ils publient le 4 octobre When McKinsey Comes To Town, un livre extrêmement fouillé – aux tons de réquisitoires diront certains – sur tous les égarements et contradictions de la firme.

Super Utilisateur
Monde
migration, union européenne, turquie mckinsey
2720
McKinsey
0