Hervé Baculard, président de Consult’in et associé fondateur de Kea & Partners « Je ne vois pas ce qu’il y a de rationnel dans le rachat d’un cabinet de conseil »

 

Alors qu'Hervé Baculard entame sa dernière année à la présidence de Consult'in France, l'association professionnelle du conseil en stratégie et management, il nous livre son analyse du marché, avec ses perspectives de croissance, les acquisitions d'acteurs du conseil par les Big Four.

 

31 Aoû. 2015 à 11:27
Hervé Baculard, président de Consult’in et associé fondateur de Kea & Partners « Je ne vois pas ce qu’il y a de rationnel dans le rachat d’un cabinet de conseil »

 

Longtemps atone, comment se porte aujourd'hui le marché ?

En 2014, la croissance était de 2,9 %, on part pour 2015 sur 5 %. La rentabilité a arrêté de se dégrader. Et si aucune crise macro-économique n'intervient, nous devrions garder ce rythme de 5 % annuel de croissance sur les deux ou trois prochaines années. Côté prix, leur évolution connaît un effet diabolo. Le poids des prestations dont le TJM est supérieur à 1 700 € augmente de 1 % par an (28 % du marché), tout comme celui du TJM inférieur à 1 000 €. En revanche, le poids des TJM qui se situent entre les deux baisse de 2 % par an (48 % du marché). Et les variations sont énormes au sein de chaque segment. On ne peut cependant que se féliciter de la résistance admirable des sociétés face à la crise, qui n'a finalement pas fait de victime.

Des cabinets cependant ont été vendus.

Ceux qui vendent n'ont souvent pas le choix. Booz, Monitor... Ces cabinets vendent, car ils sont en bout de course en matière de stratégie. En revanche, je ne vois pas ce qu'il y a de rationnel dans le rachat d'un cabinet de conseil. Colombus Consulting, SIA Partners, Weave... ces cabinets créés dans les années deux mille, et qui ont émergé pendant la période de crise, me semblent, eux, avoir une stratégie. Aucun n'a d'ailleurs la même.

Quel regard portez-vous sur le retour des Big Four dans le conseil ?

Ces acquisitions ne changent pas la donne. Ce sont juste les acteurs qui changent de main. Les Big Four sont des entreprises puissantes, notamment par la taille de leurs effectifs. Elles ont donc une vraie puissance de feu, comme celle détenue à un moment par les SSII. Mais leur arrivée n'a pas fait grossir le marché, ce qui est dommage. Leur présence peut même avoir un effet déflationniste – surtout sur le bas du TJM –, car ces cabinets veulent croître plus fortement que le marché. On ne peut donc qu'être déçu de ces acquisitions.

Comment les différents acteurs du secteur se répartissent-ils aujourd'hui le marché ?

Les auditeurs représentent 11 % du marché. La France est d'ailleurs un des pays où la part de marché des Big Four est la plus faible. Des cabinets spécialisés comme Altedia ou Alma Consulting Group pèsent pour 5 %. Les SSII se partagent 31 % du marché et les pure players 52 %. C'est une spécificité du marché français : le poids des pure players y est significatif. Si la valeur fonctionnelle du conseil continue à baisser, la valeur transformationnelle pour les dirigeants – comment mettre en œuvre la stratégie et le changement – est toujours aussi forte. Et cela vaut de l'or. C'est pourquoi je pense que le conseil en direction générale a encore de très beaux jours devant lui.

Gaëlle Ginibrière pour consultor.fr 

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • RSE : croissance externe pour Kea & Partners
    05/10/22

    Ce n’est pas un, mais deux cabinets pure player 100% ESG dans lesquels Kea & Partners a pris des parts majoritaires de capital à quelques semaines d’intervalle.

  • OC&C renforce son pôle consumer goods
    04/10/22

    Jean-Baptiste Brachet vient d’être promu associé au sein de la practice consumer goods/retail du bureau parisien d’OC&C Strategy Consultants, un cabinet qu’il a rejoint à mi-2020, en qualité d’Associate partner.

  • Friand de profils data, le BCG chaperonne la nouvelle Albert School
    26/09/22

    Le cabinet finance trois bourses et prendra en charge plusieurs sessions d’enseignement de cette nouvelle business school post-bac centrée sur la data à laquelle Xavier Niel ou Bernard Arnault apportent leur soutien. Le parrain de la première promo est l’ancien secrétaire d’État au numérique, Cédric O – dont l’ex-conseiller à Bercy compte parmi les trois fondateurs de l’école. 

  • Bain : un deuxième patron de Nova Consulting arrive comme partner
    16/09/22

    Nicolas Harlé rejoint la practice services financiers de Bain à Paris. Où il retrouve Joël Benzimra, arrivé chez Bain en juillet. Tous deux ont codirigé Nova Consulting en 2020 et 2021.

  • Un pas de côté pour écrire
    15/09/22

    Alexis Bonon, 31 ans, senior manager chez Circle depuis un an, au BCG entre 2015 et 2020, a pris plusieurs mois de congé sans solde afin d’écrire un nouveau roman. Son sujet, le dérèglement climatique, est d’actualité.

  • Retournement : un associé d’EY-Parthenon rejoint AlixPartners
    14/09/22

    Olivier Sibenaler, associé d’EY-Parthenon, responsable du pôle Transformation opérationnelle et Restructuring pour l’Europe de l’Ouest, rejoint AlixPartners Paris.

  • Dans une conjoncture incertaine, le conseil en stratégie tout feu tout flamme
    08/09/22

    L’économie se tend et des signes de ralentissement de la croissance apparaissent. Dans le conseil en strat', la croissance reste soutenue et les vannes du recrutement grandes ouvertes. Certains mettent en garde contre un consulting freeze dans les six mois.

  • McKinsey Paris : aller simple pour l’associé du bureau canadien
    06/09/22

    L’équipe de McKinsey Paris accueille un nouvel associé issu du bureau de Toronto. Matthieu Dussud, ingénieur de formation, expert en énergie/construction/industrie, et possédant une expérience très internationale, intègre ainsi le pôle industrie et technologie. Et revient au bercail près de quinze ans après son dernier poste en France.

  • L’associé de Monitor Deloitte quitte le navire
    30/08/22

    Thomas Croisier, l’associé expert santé et sciences de la vie de Monitor Deloitte, annonce quitter le cabinet pour une nouvelle destination encore tenue secrète.

Super Utilisateur
France
Hervé Baculard, Consult'in, Kea&Partners, Big four, TJM conseil, Strategy &, auditeurs, syntec, kea, audit
3332
Hervé Baculard
2021-11-09 11:15:57
0
Non