Consultants en stratégie et philanthropie peuvent-ils faire bon ménage ?

Le métier de consultant n’est pas le même selon que l’on conseille une entreprise, dont le but est de faire du profit, une ONG ou une structure philanthropique, qui cherchent plutôt l’impact dans des grands enjeux sociétaux comme la justice, la santé, l’éducation ou encore l’environnement.

Consultor
05 Jan. 2022 à 19:00
Consultants en stratégie et philanthropie peuvent-ils faire bon ménage ?
Adobe Stock, illustration.

Il peut cependant parfois arriver que les frontières entre ces deux mondes paraissent se confondre. Dans une chronique du Washington Post, le professeur de politique internationale à la Fletcher School of Law and Diplomacy de l’université Tufts, Daniel W. Drezner, se penche sur le cas des Open Society Foundations (OSF), qui ont annoncé au printemps 2021 vouloir changer de stratégie.

Finies les subventions à diverses causes, l’organisme à but non lucratif du milliardaire américain George Soros veut désormais se concentrer sur la lutte contre l’autoritarisme et les attaques à la démocratie. Ce qui implique la suppression de plusieurs programmes et l’absorption de certains par d’autres, plus globaux.

Cette décision a soulevé de nombreuses questions, notamment concernant le rôle joué par Bridgespan, le cabinet de conseil non-profit fondé par des anciens de Bain et sollicité par OSF dans le cadre de sa réorganisation.

Le changement de stratégie d’OSF serait-il réellement motivé par une volonté interne de mieux cibler un domaine d’action ? Ou est-il le résultat des recommandations du cabinet pour aller vers davantage de rationalisation ? 

à lire aussi

Pour le personnel d’OSF, peu de doutes. Ces derniers ne gardent pas un bon souvenir de la mission Bridgespan décrivant au New York Times « une rationalisation de type entreprise recommandée par Bridgespan ».

Des comparaisons avec les fondations Gates et Ford, également accompagnées par Bridgespan, auraient notamment été faites, soulignant des frais généraux plus élevés et des montants de subventions plus faibles chez OSF que chez ces deux autres structures.

Des comparaisons qui interrogent le professeur de politique internationale Daniel W. Drezner : « Cela pourrait avoir du sens dans un secteur à but lucratif où l’objectif est de faire plus de profits », explique-t-il, mais quid « face à des défis comme le recul de la démocratie et la montée de l’antilibéralisme ? » 

Michaël Ciccarone, manager au bureau de New York de Bridgespan (relire notre article), expliquait en 2020 à Consultor que la question est bien de savoir quel est l'objectif principal.

Le consultant d’un cabinet qui accompagne une organisation à but non lucratif doit adopter une méthodologie adaptée à la particularité de son client. Sa mission n’est pas de faire plus d’argent mais « d’avoir un impact et de mettre en œuvre une stratégie pour augmenter cet impact », assurait-il.

Confondre la recherche d’impact et la recherche d’efficacité et de rentabilité : c'est là que réside le danger. Et c’est ce danger que pointe Daniel W. Drezner dans le Washington Post : le recentrage des interventions d’OSF pourrait en réalité aboutir à une efficacité moindre dans l’atteinte de l’objectif principal, qui reste « la construction de démocraties dynamiques et inclusives dont les gouvernements sont responsables devant leurs citoyens »

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

L'après-conseil

  • Un tropisme BCG pour la prospective chez LREM

    Pierre Bouillon passe secrétaire général du travail programmatique du parti, endossant ainsi le rôle du jeune économiste David Amiel (29 ans), qui lui devient le lien entre l’Élysée et le QG de campagne du candidat Macron, selon des informations de La Lettre A.

  • Double promo d’ex-consultantes chez Axel Springer France

    Caroline Evans de Gantès, DG de SeLoger France depuis un an, complète son portefeuille. Elle est nommée en parallèle à la tête de Meilleurs Agents, spécialiste de l’estimation immobilière en ligne, mais aussi d’Aviv France, filiale du groupe allemand Axel Springer. Caroline Evans de Gantès vient par ailleurs de promouvoir une autre ancienne consultante, Constance Macret, en qualité de directrice revenus et croissance de Meilleurs Agents.

  • Monitor : Fabien Delon rejoint InsideBoard

    L’ex-partner de Monitor Deloitte qui avait annoncé son départ du cabinet début 2022 rejoint la plateforme SaaS de conduite du changement.

  • Axelle Lemaire quitte Roland Berger pour l’humanitaire

    Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique et de l’Innovation de 2014 à 2017, partner chez Roland Berger depuis 2018, élue associée monde il y a quelques mois, vient de prendre ses fonctions à la Croix-Rouge française, en charge de la stratégie, de la transformation et de l’innovation, et devient à ce titre membre du comex.

  • Millet Mountain Group retourne dans le giron familial

    Jean-Pierre Millet, 64 ans, au BCG durant six années, dirigeant et investisseur, descendant de la famille Millet, rachète l’entreprise familiale Millet Mountain Group (MMG).

  • Qui est derrière le Google de l’action Climat ?

    Vincent Pappolla, 30 ans, quatre ans de conseil en stratégie chez Monitor Deloitte puis chez GSG by KPMG, lance Notaclimat.com, un portail de l’action Climat des entreprises.

  • Les collants ultrarésistants : un après-conseil en béton

    Jeunes consultants issus du cabinet Vertone, Inès Saadallah, 25 ans, partie en juin dernier, et Axel Delannoy, 26 ans, consultant jusqu’au 17 décembre 2021, font le pari des collants durables, fabriqués en France

  • Ça roule pour l’ancienne Vertonienne

    L’ancienne manager de Vertone, Amélie Guicheney, 35 ans, se lance dans l’entrepreneuriat avec Gaya, et l’ambition de créer des vélos électriques français à la fois polyvalents, connectés et réparables, plus adaptés aux femmes et aux parents. Des vélos pour répondre aux demandes des urbains et des urbaines. 

  • Des avions aux macarons

    Mélanie Carron est la nouvelle CEO de la Maison Ladurée. Depuis 2017, l’ancienne consultante de Monitor Deloitte était directrice du marketing du groupe ADP, en charge de l’expérience client et de la stratégie d’hospitalité du groupe.

Benjamin Solano
L'après-conseil
bridgespan, philanthropie, charité, non profit
10173
Bain & Company
2022-01-04 23:42:44
0
Non