Oliver Wyman drague chez les « ingés »

 

Encore récemment lorsque Oliver Wyman (OW) voulait recruter un X en stage au terme de sa troisième année, il n’était pas rare que la convention de stage soit un tantinet bidouillée pour coller aux standards de la prestigieuse école d’ingénieurs. En effet, Polytechnique attend de ses élèves qu’ils consacrent cette période à la recherche, par exemple dans les services R&D d’une entreprise. Sans quoi, impossible d’obtenir le précieux sésame.

 

23 Mar. 2018 à 07:08
Oliver Wyman drague chez les « ingés »

 

Ce qui traduit un certain scepticisme des écoles d’ingénieurs de manière générale vis-à-vis du conseil. S’il est moins prononcé par exemple à Centrale Paris qui a développé des doubles diplômes et a des promos plus importantes, il demeure encore très prégnant dans des écoles comme les Ponts et les Mines, où un certain dédain pour les profils commerciaux – « les épiciers » – demeure.

C’est pour pallier ce déficit d’attractivité, de notoriété et attirer des talents qui sont de plus en plus vitaux – avec par exemple le recours grandissant aux data scientists – qu’Oliver Wyman a mis sur pied Start Here.

L’opération annuelle, imaginée à Paris et élargie à l’échelle du groupe, tenait sa huitième édition le 15 mars, au rez-de-chaussée des trois étages d’un bâtiment rue Euler que le cabinet occupe à deux pas de l’Étoile.

200 ingénieurs avaient fait parvenir leur candidature. Seuls 70 – essentiellement en deuxième et troisième année dans leur cursus – avaient été présélectionnés pour participer à cette journée d’entretiens, de tests quantitatifs et de business cases.

Excursion studieuse et récréative

Seize seront choisis. Ils partiront un week-end en juin auprès des équipes new-yorkaises d’Oliver Wyman. Sorte d’immersion expresse dans la maison-mère du cabinet, mais pas que… L’excursion se veut très largement récréative. Comme le montrent les clichés souvenirs des promos précédentes de Start Here.

On y voit les happy few en goguette dans les artères de la Grande Pomme. Une expérience made in America taillée sur mesure qui doit finir de convaincre les précieux profils de rejoindre les bureaux d’OW à Paris, Dubaï et New York.

Parce que réussir le Start Here équivaut à passer le premier tour des recrutements, et permet aux heureux élus de se présenter directement au second tour. Trente ingénieurs ont été intégrés définitivement parmi les CDI entry level depuis le lancement de Start Here, soit environ trois par an.

Opération promotion

Jeudi 15 mars, Emmanuel Ladoux, principal, et Simon Eymery, manager, sont donc en opération promotion pour OW : ses bureaux, son réseau international, la croissance de son chiffre d’affaires, ses missions à vocation sociale…

Des consultants se succèdent devant les élèves-ingénieurs pour expliquer le type de missions sur lesquelles le cabinet est amené à intervenir : un algorithme clés en main livré à un géant français de la distribution pour mesurer l’impact économique global d’une semaine de réduction de 30 % du prix de vente d’un soda ; le pivot d’un groupe hôtelier vers un modèle « low assets » qui le conduit à se séparer de tout son parc immobilier, stress test dans les banques grecques et européennes…

Et ils passent en revue le rythme de déplacement auquel ils ont vite été exposés : grosso modo les cinq continents du nord au sud et de long en large. Dans l’assistance, si les étudiants convoités écoutent d’abord benoîtement, des questions plus concrètes se posent rapidement.

Les liens d’Oliver Wyman avec Marsh & McLennan ? Ses autres filiales (Mercer, Guy Carpenter…) et les ponts avec l’activité de conseil de direction générale ? Les missions les plus intéressantes ? Les moins intéressantes ?

Parmi ceux qui ont répondu présents, l’effet recommandation ou cooptation a joué à plein. « Un ami de promo a mis un mot au sein de l’école, en plus d’affiches qui annonçaient cet événement. Enfin, un prof à Sciences Po et aussi associé d’Oliver Wyman, Nicolas Pette, nous a vanté la culture entrepreneuriale du cabinet », raconte Dan Hababou, 23 ans, étudiant à Télécom ParisTech et à Sciences Po dans un master commun aux deux écoles en innovation et transformation numérique.

« Je ne veux pas m’ennuyer »

Pourquoi le conseil ? « Je ne veux pas m’ennuyer. C’est la garantie de missions variées et courtes et un tremplin pour monter en compétences », dit-il. Pourquoi OW ? Dans le cas de Tounsi, 22 ans, une autre étudiante de Télécom ParisTech, c’est simplement une alumni consultante chez OW qui lui a vendu le cabinet, et l’a convaincue de participer à Start Here, même si elle a aussi envoyé sa candidature à la concurrence.

Au total, Paris compte 70 ingénieurs sur un total de 200 consultants, le reste étant des profils commerciaux. « Évidemment, les ingénieurs ont un penchant quantitatif un peu plus prononcé. Leurs compétences analytiques sont extrêmement utiles sur des projets de pricing ou d’intelligence artificielle par exemple, explique Olivia Mabille, en charge du Talent Manager chez OW à Paris. Ceci dit, on ne veut pas de chemins pré balisés pour nos consultants, quel que soit leur profil, l’objectif est de faire évoluer les compétences de chacun en fonction des missions et des envies ».

Louvoyer pour se faire une place dans les écoles d'ingénieurs

Pour pouvoir augmenter encore le nombre d’ingénieurs dans les rangs du conseil, un effort est également à fournir pour améliorer les relations entre les écoles et les cabinets. Ce qui oblige nombre d’entre eux à louvoyer pour entretenir un pont au sein des écoles, avec des moyens variables d’un cabinet à l’autre. Certains n’hésitent pas à contourner les services de recrutement en tissant des liens dans les bureaux des élèves ou avec des étudiants-relais de communication au sein de l’école. Là aussi, la course aux talents est lancée.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • McKinsey : perquisition judiciaire au bureau de Paris
    24/05/22

    Mardi 24 mai, une perquisition judiciaire était en cours au siège du cabinet à Paris. 

  • Cinquième cabinet pour la nouvelle associée énergie de Bain
    23/05/22

    Safia Limousin, 49 ans, vient d’arriver chez Bain & Company en tant qu’associée rattachée à la practice énergie et ressources naturelles. Auparavant chez Kearney depuis 2018, la senior partner était aussi leader monde power & utilities du cabinet et était la 2e femme, après Delphine Bourrilly, à intégrer le partnership en France.

  • Conflit ouvert aux prud’hommes entre Bain et un partner
    20/05/22

    C’est une information de Bloomberg du 18 mai 2022 : Stéphane Charvériat, un partner du BCG arrivé en septembre 2019 de Bain, poursuit aux prud’hommes son ancien employeur. Une audience s’est tenue le mardi 17 mai. Une décision doit intervenir le 11 juillet.

  • Les réserves de la HATVP sur un pantouflage au cabinet d’Olivier Véran
    18/05/22

    Dans une délibération du 3 mai, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis de compatibilité, avec des réserves visant à prévenir tout conflit d’intérêts, sur le recrutement par une entreprise de conseil d’un membre du cabinet du ministre sortant de la Santé Olivier Véran.

  • Le boss du BCG en opération séduction
    13/05/22

    Après la patronne de McKinsey France en décembre dernier, c’est au tour du chef du bureau parisien du Boston Consulting Group, Guillaume Charlin, de s’exprimer dans les colonnes du Figaro (édition du 9 mai).

  • Législatives : quatre anciens consultants en lice
    11/05/22

    Ils sont au moins quatre anciens du sérail du conseil en stratégie à se présenter ou se représenter aux élections législatives de juin prochain, dont trois en Île-de-France. Trois d’entre eux sont des piliers de la macronie et se présentent sous la bannière #Ensemble du triumvirat Macron-Philippe-Bayrou.

  • SKP s’implante en région : nouveau filon de recrutement ?
    10/05/22

    Le bureau français de Simon-Kucher & Partners a décidé de réaliser un bêta test en posant ses valises à Lyon et à Bordeaux. À l’heure de la relocalisation et du télétravail, ces antennes répondent à la fois à un système économique nécessairement plus décentralisé et à de nouvelles opportunités RH, dans un contexte général de recrutement extrêmement tendu.

  • Une associée retail pour Singulier
    10/05/22

    Consultante chez Singulier depuis sa création en 2017, Justine Przyswa, 35 ans, a été promue associée à Paris aux côtés des associés fondateurs, Rémi Pesseguier (ex-McKinsey) et Mathieu Férel, mais aussi de l’associé basé à Londres, Kitson Symes (lui aussi un ancien « Mac »).

  • Destination Toronto pour un associé parisien d’Oliver Wyman
    06/05/22

    Damien Renaudeau, partner parisien des services financiers d’Oliver Wyman depuis 2018, est parti renforcer les troupes du cabinet à Toronto, l’un des 70 bureaux du cabinet dont la maison mère est le groupe US Marsh McLennan. Le Canada et ses trois bureaux, Montréal, Calgary et Toronto (le plus gros), comptent une centaine de consultants.

Super Utilisateur
France
Olivia Mabille, ingénieurs, recrutements, start here, X, polytechniques, Centrale Paris, Mines, New york, dubaï, Emmanuel Ladoux, Simon Eymery
3427
Nicolas Pette
2021-10-31 18:48:23
0
Non