Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa

Par deux fois, en 2011 et 2018, un binôme de consultants a été choisi pour faire un état de la mise en œuvre de l’accord politique de 1998. Récit de l’intérieur de cette mission à fort enjeu diplomatique.

Benjamin Polle
28 Avr. 2022 à 05:00
Nouvelle-Calédonie : quand Beauvau délègue le bilan des accords de Nouméa
Wikimedia. Le centre culturel Tjibaou est un établissement public destiné à promouvoir la culture kanak, situé entre les baies de Tina et de Magenta, sur une presqu'île en périphérie de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie.

En 1998, les accords de Nouméa furent le point d’orgue d’une entente politique entre pro et anti-indépendance de la Nouvelle-Calédonie qui, dans les années 1980, s’étaient affrontés par la violence. Les accords mirent fin au statut de territoire d’outre-mer et reconnaissent une citoyenneté néo-calédonienne.

Ces accords « [définissent] pour vingt années l’organisation politique de la Nouvelle-Calédonie », et les conditions de l’émancipation de l’archipel du Pacifique colonisé par la France au milieu du XIXe siècle. Le texte en 41 points prévoit un processus de transfert progressif de compétences avant la tenue de référendums d’autodétermination.

Dix ans plus tard, à Paris et Nouméa, l’heure est plutôt au suivi de l’application de l’accord qui fait l’objet à échéances régulières d’un comité des signataires. En 2011, les accords de Nouméa ont 13 ans. Le ministère de l’Intérieur et le gouvernement néo-calédonien souhaitent faire un bilan de ces accords et de leur mise en œuvre. Pour ce faire, Paris et Nouméa en appellent à l’avis extérieur d’une tierce partie. Ils passent un appel d’offres en ce sens.

Pour y répondre, CMI, le cabinet de conseil qui s’est fait une petite notoriété sur les évaluations de politique publique, s’associe à Olivier Sudrie, économiste spécialiste des Outre-mer, responsable du cabinet d’études DME.

Le binôme remporte le marché. C’est le début d’une mission plutôt atypique et longue puisqu’elle s’étalera sur sept mois, ponctués de trois déplacements sur place. Et qui, chose assez rare, sera répétée une seconde fois en 2018.

La commande ? « Il y avait 41 mesures dans les accords de Nouméa. Par un exercice d’évaluation de politique publique assez classique, nous devions établir l’effectivité de la mise en application de chacune d’elle. Par exemple en ce qui concerne l’apprentissage de la langue kanak, nous avons constaté l’ouverture d’une licence langues, littératures et civilisations étrangères qui vise à renforcer les compétences langagières orales et écrites en langues kanak, de même qu’un journal télévisé et des dessins animés en langues kanak », se souvient le chef de file de la mission chez CMI, Philippe Bassot, qui est responsable de l’activité de stratégie publique du cabinet.

Pour mener ce travail de recensement à bon port, il fallut d’abord éplucher tout ce qui pouvait l’être : rapports de l’institut statistique néo-calédonien, documents de l’administration, etc. À ce travail documentaire se sont ajoutées trois vagues d’entretiens – 50 au total – avec une diversité d’interlocuteurs : l’administration française, le gouvernement calédonien, le sénat coutumier, les partenaires sociaux…

Dans un contexte politique si particulier, les premiers déplacements interviennent « en toute humilité », se rappelle encore Philippe Bassot. « Nous venions de Paris, nous étions loin du contexte, de la culture et de l’histoire néo-calédoniennes dont Olivier Sudrie est un spécialiste et dont il nous avait brossé le portrait. Nous étions surtout là pour écouter », dit-il.

Après trois denses vagues – de 15 jours à chaque fois – d’entretiens sur place, le cabinet doit conclure. Sur la montée en puissance de cadres néo-calédoniens à même d’assumer des responsabilités régaliennes (police, justice, etc.), sur les connexions internationales aériennes de l’archipel… sur tous les aspects de l’accord, le cabinet devait répondre aux questions suivantes : « Est-ce que les parties en présence ont fait ce qu’elles avaient dit qu’elles feraient ? Cela a-t-il eu un impact sur la capacité de la Nouvelle-Calédonie à piloter ses instances sans l’aide de la Métropole ? », reformule aujourd’hui Philippe Bassot.

Pour ébaucher une réponse, le cabinet formalise un barème en quatre niveaux d’application des 41 points de l’accord de Nouméa : atteint, en évolution rapide, en évolution lente, pas démarré. Dans ce cadre, CMI et Olivier Sudrie rendent une copie plutôt positive en ce qui concerne l’application de l’accord (13 points sont dits atteints, 16 en évolution rapide).

La mission s’achève par des ateliers de synthèse où consultants et parties prenantes font le bilan de l’émancipation institutionnelle de l’île, du rééquilibrage économique entre les différentes régions de l’archipel et la valorisation de l’identité kanak – établissant au passage les obstacles pour avancer encore.

Et tout aurait pu en rester là. Mais, sept ans plus tard, le binôme est à nouveau mandaté pour refaire un état des lieux sur le même sujet, pour faire un constat à nouveau optimiste sur la bonne application des accords de Nouméa.

Prévus par ces accords, les référendums d’autodétermination ont été tenus en 2018, 2020 et… tout récemment, en décembre 2021. Tous ont vu une majorité s’opposer à l’indépendance calédonienne.

Et à présent ? Philippe Bassot se veut confiant : « La très grande majorité est attachée à la Nouvelle-Calédonie et a envie de vivre ensemble. C’est sur ce bien vivre ensemble que toute l’attention doit être portée à présent. »

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Pour Roland Berger, la manne de la formation professionnelle

    En deux ans, en 2018 et 2019, le cabinet s’est vu confier par le ministère du Travail six missions en lien avec la réforme de la formation professionnelle et la transformation de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), pour un total d’honoraires de 4,6 millions d’euros.

  • Le BCG, arbitre des politiques d’intégration de l’État

    Le cabinet a été mandaté pour le ministère de l’Intérieur de 2019 à 2021 pour évaluer les politiques d’intégration de l’État.

  • Roland Berger et le BCG bien en cour au ministère de la Culture

    Les deux cabinets ont réalisé cinq missions en 2019 et 2020 pour le ministère de la Culture. Leurs honoraires ont atteint 831 000 euros sur cette période.

  • Dix ans de missions gratuites pour l’État

    Le Sénat, dans son rapport sur l’influence des cabinets de conseil privé sur les politiques publiques, a recensé l’ensemble des missions effectuées à titre gracieux par des cabinets de conseil auprès de divers ministères. Consultor recense celles qui ont été effectuées par des cabinets de conseil en stratégie.

  • McKinsey : trois ans pour faire fonctionner les APL

    Deux ans durant, de fin 2018 à fin 2020, McKinsey a été mandaté à trois reprises par le ministère de la Cohésion des territoires pour faire atterrir la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL). Elle était voulue par l’exécutif après qu’il avait annoncé tout au début du quinquennat Macron vouloir la faire baisser de 5 euros par mois.

  • Secteur public : l’impact des consultants dans le viseur

    Si les cabinets sont majoritairement bien notés par les administrations acheteuses pour leurs missions dans le service public, les modalités mêmes de cette évaluation sont remises en cause par l’exécutif qui appelle à les muscler. Les consultants, eux, plaident pour une juste prise en compte du caractère volatil de prestations intellectuelles nécessairement évolutives.

  • Cabinets de conseil vend anciens hauts fonctionnaires, parfait état de marche

    C’est un des petits biscuits du rapport du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil : la manière avec laquelle les cabinets peuvent faire de la présence d’anciens hauts fonctionnaires un argument de vente de missions dans le secteur public.

  • État : le Sénat siffle la fin du tout consulting

    Estimant que les dépenses de conseil de l’État et ses opérateurs ont doublé ces cinq dernières années, le Sénat a préconisé 19 mesures d’amélioration en faveur de l’efficacité de ces achats et de leur transparence, dans un rapport rendu public le 17 mars 2022. Roland Berger, McKinsey et BCG comptent parmi les 20 cabinets les plus actifs. Une proposition de loi transpartisane sera déposée dans les prochains mois pour que le Parlement puisse se prononcer sur ces recommandations.

  • McKinsey contribue à lancer France Rénov’

    C’est une des informations qui émerge du livre Les Infiltrés, sur le rôle des consultants auprès de l’État, rendu public le 15 février 2022 : une mission d’un million d’euros de McKinsey auprès de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Benjamin Solano
secteur public
cmi, secteur public, ministere interieur, oceanie, nouvelle caledonie
10590
CMI
Philippe Bassot
2022-04-27 19:37:33
0
Non