Les directions achats, bientôt incontournables ?

 

Pour Sylvie Noël, chief procurement officer chez Covéa et présidente de l’Association des directeurs et responsables achats (Adra) qui regroupe 160 directrices et directeurs achats de diverses organisations françaises (BPCE, Agirc-Arrco, Vivarte, Pierre et Vacances…), la tendance est claire.

L’informalité qui règne encore largement sur les achats de missions de conseil en stratégie – souvent décidés par relations interpersonnelles d’un directeur avec un partner dans un cabinet X ou Y – ira en diminuant au fur et à mesure des avancées de la législation.

 

Benjamin Polle
27 Déc. 2019 à 05:07
Les directions achats, bientôt incontournables ?

 

Mini bio

Directrice achats de Covéa depuis 2012, à la tête d’une équipe de 38 personnes
Senior purchasing officer de 2010 à 2012
Chief procurement officer de 2004 à 2005
Directrice commerciale de Capgemini de 1997 à 2004

 

Quel est le rôle de l’Adra en ce qui concerne les achats de missions de conseil en stratégie ?

Sylvie Noël (S. N.) : L’Adra a été créée par quatre directrices et directeurs des achats et fête son dix-septième anniversaire. La logique est de nous fédérer et de promouvoir notre profession. En ce qui concerne les achats de missions de conseil en stratégie, ils constituent une part minoritaire, voire infime, des achats que nos membres supervisent. Ces achats sont souvent plus fréquents dans les services que dans l’industrie, où ils restent souvent la chasse gardée des directions générales.

Justement, c’est l’un des paradoxes de ces achats : ils échappent aux services achats. Pourquoi vos membres n’ont-ils qu’un droit de regard encore très restreint sur les missions de conseil en stratégie ?

S. N. : En effet, nous sommes encore régulièrement contournés. Ce qui n’est pas agréable. D’autant moins que les achats ont eu tendance à se professionnaliser et que nous estimons notre rôle utile pour des achats de prestations intellectuelles qui ne sont jamais évidents à effectuer.

Pourquoi les cabinets de conseil en stratégie ne font-ils pas plus appel à vous ?

S. N. : Parce que la pratique n’est pas ancrée. Le point de départ d’une mission de conseil en stratégie est un peu toujours le même : un déjeuner entre une direction d’entreprise et un cabinet. Des idées sont lancées autour de la table et donnent lieu à un ping-pong intellectuel. Les consultants font ensuite parvenir à l’entreprise une proposition qui est itérée quelques fois et, voilà, la mission commence.

Mais souvent, les besoins des entreprises n’étaient pas clairement définis et les résultats de la mission peuvent être décevants. Évidemment, les consultants ont l’art et la manière, d’autant plus subtilement qu’ils sont meilleurs, de faire passer une Peugeot pour une Rolls Royce. En réalité, peut-être que le besoin réel de conseil en stratégie de la direction était une Clio. Notre job est de vérifier l’existence d’un véritable besoin, de la qualité et l’exhaustivité des livrables.

À quelle fréquence arrivez-vous à exercer ce job dans des conditions que vous jugez satisfaisantes ?

S. N. : Chez Covéa, nous classons les 17 000 achats annuels de conseil, d’IT ou de médias du groupe dans trois catégories : ceux où le process d’achat est respecté, ceux où une régularisation intervient en cours de route, ceux qui restent sous le radar et qui ont été faits a posteriori.

Quelle est la part de chaque catégorie sur le total ?

S. N. : Ce sont des chiffres que nous ne communiquons pas. En l’état, nous n’avons pas les moyens d’agir sur la troisième catégorie et commençons à sensibiliser les acheteurs de la deuxième catégorie sur les vertus des achats normés.

Est-ce entendu ?

S. N. : L’évolution de la réglementation va de moins en moins laisser le choix aux donneurs d’ordres. Ces achats doivent déjà obéir à plusieurs critères : celui des formalités administratives, à savoir les documents légaux que les cabinets de conseil en stratégie doivent nous fournir avant la conclusion de chaque mission comme n’importe quelle autre entreprise depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la vigilance en 2012 ; ou celui du taux de dépendance que nous, acheteurs, représentons vis-à-vis d’eux, qui ne doit pas dépasser 20 à 30 % du total de leur chiffre d’affaires.

Et pourtant, l’informalité des achats de conseil en stratégie perdure…

S. N. : Cela ne durera qu’un temps. Le renforcement des processus d’achats en fera un sujet de conformité et obligera les entreprises à changer de posture. La loi Sapin II est un bon exemple du niveau croissant de pression législative qui s’applique à tous les achats dans les entreprises qui peuvent encore s’apparenter à du copinage. Les missions de conseil en stratégie n’y couperont pas.

Propos recueillis par Benjamin Polle pour Consultor.fr

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

  • PMP : trois partners promus
    04/01/23

    Fin décembre, PMP Strategy a fait croître son partnership en promouvant trois associés au sein de trois practices : Laure Lemaignen (Institutions financières), Jonathan Zelmanovitch (PE) et Lionel Chapelet (Transport et mobilité).

  • Itw du président de PwC : « La scission audit-conseil, qu'apporte-t-elle ? »
    19/12/22

    Alors qu’EY annonce qu’il fera atterrir la colossale séparation de ses activités de conseil et d’audit au premier semestre 2023, les trois autres Big Four (PwC, Deloitte, KPMG) n’en démordent pas : la séparation, très peu pour eux. Patrice Morot, le président France de PwC, et Christophe Desgranges, partner en charge du conseil en stratégie, le réaffirment dans une interview à Consultor.

  • C’est l’heure de la transmission pour Vertone
    16/12/22

    25 ans après sa création, c’est une nouvelle étape à la fois symbolique et de fond que vit Vertone. Son DG-président, Benoît Tesson, co-fondateur avec Pascal Boulnois du cabinet, passe la main de la présidence à Stéphane Martineau, Vertonien depuis 17 ans.

France
achat, acheteurs de conseil, covea, thales, edf, syntec, Olivier Juino, GE Hydro, Thomas Farkas, adra, Sylvie Noël, Covéa, direction achats, acheteurs, responsable achats, association directeurs achats, Adra
3506
2022-04-28 14:23:16
0
Non