Entrepreneuriat : quand le conseil suscite des vocations collectives

Ouverture d'un compte bancaire, enregistrement avant un vol ou avant la location d’une voiture… les services en ligne qui nécessitent une vérification d'identité sont nombreux. Et pour l’heure plutôt laborieux par envoi de photographie ou vérification manuelle par les entreprises. Ubble propose de simplifier et d’automatiser ce processus.

La start-up a été montée par trois anciens d’A.T. Kearney qui ont fait connaissance pendant leurs années communes au bureau de Paris.

17 Avr. 2019 à 14:04
Entrepreneuriat : quand le conseil suscite des vocations collectives

Ils sont trois anciens d’A.T. Kearney à s’être lancés ensemble dans l’aventure entrepreneuriale. Juliette Delanoë, 32 ans, François Wyss, 32 ans, et Nicolas Debernardi, 36 ans, ont fondé Ubble.ai en janvier 2018.

Juliette, François et Nicolas se sont rencontrés en 2011 alors qu’ils avaient intégré, à quelques mois d’intervalle, le cabinet A.T. Kearney.

Juliette entre chez A.T. Kearney en avril 2011 à l’âge de 24 ans après son diplôme de l’ESSEC (2011). Rapidement, son (court) passage au sein du cabinet – elle ne reste qu’une année et quelques mois – l’oriente vers la direction de la stratégie de Gemalto, le géant de la sécurité numérique. C'est là qu'elle développe son expertise sur la vérification d’identité en ligne, « un marché en train de naître ».

« Chez A.T. Kearney, nous sommes rapidement devenus copains avec François. Avec Nicolas, plus âgé, déjà manager, la relation a été moins soudaine, c’était plus impressionnant pour moi », se souvient-elle.

Criteo, Gemalto et Google à la sortie du conseil

Nicolas, justement. Aîné des trois, il a fait de la techno une priorité très tôt dans son parcours professionnel. À la sortie de Supélec en 2005, et après un master en télécommunications en Suède puis d’un MBA au Collège des ingénieurs, il débute sa carrière en tant que consultant spécialiste des données (Analysys LTD, ArcelorMittal, et Altai Consulting). A.T. Kearney suivraen octobre 2010.

Sans qu'il y reste non plus très longtemps : en 2013, il rejoint Criteo en tant que manager de la filière data science et contribue activement à la très forte croissance de la pépite française de l’affichage publicitaire en ligne. « Pendant cinq ans, j’ai construit et structuré l’équipe en la faisant passer de trois à cinquante personnes. »

Parcours analogue pour François Wyss. Pour lui, ce sera Google à la sortie d'A.T. Kearney. Puis rapidement une première aventure entrepreneuriale : François a cofondé Teemo, une start-up de ciblage publicitaire épinglée en 2018 par la Commission nationale des libertés individuelles qui avait jugé qu’elle conservait des données recueillies sans consentement et au-delà de la durée légale. La mise en demeure est rapidement levée et la société cumule cinquante emplois créés et 15 millions d'euros de fonds levés.

Le conseil, un argument pour monter une boîte ensemble

Mais l’envie de projets communs est restée dans les tiroirs. En 2018, François, qui revend une partie de ses parts dans Teemo, se rappelle aux bons souvenirs de Juliette et Nicolas. Entrepreneur dans l’âme, il est aujourd’hui le président d’Ubble. « Ce que je sais bien faire, c’est l’entrepreneuriat utilisé pour faire évoluer un projet technique ou techno en une société. J’apporte une dimension de marché. Lorsque j’ai rencontré Juliette et Nicolas, j’ai su très vite que nous pourrions collaborer.»

Le passé commun dans le conseil en stratégie est un argument fédérateur. En janvier 2018, Ubble est sur les rails. Un modèle auquel François Wyss croit dur comme fer : « Ce que nous proposons n’existe pas : les solutions actuelles de vérification d’identité à distance sont basées sur une photo du document d’identité. Elles ne sont pas fiables, présentent un taux d’échec important, car l’utilisateur doit refaire plusieurs fois la manipulation, sont faiblement automatisées, et nécessitent des opérations manuelles. Et elles ne répondent pas à la nouvelle réglementation sur la protection des données, le RGPD. »

Autant d’imperfections qu’Ubble entend fluidifier avec une automatisation quasi intégrale et commercialiser ensuite auprès des industries où un processus d’identification d’identité est prépondérant.

Recruter d'autres anciens du conseil pour accélérer la croissance 

Bien loin de se sentir des clones, sortis du même moule du conseil en stratégie, les cofondateurs ont le sentiment d’être très différents tout en ayant acquis une même base de fonctionnement, de savoir-faire, de compétences. « Nous nous connaissons aujourd’hui très bien, nous avons confiance. C’est une base essentielle », ajoute le président d’Ubble.

Une carte d’anciens du conseil en stratégie à ce point appréciée que dans son développement la société cherche à recruter d’autres ex-consultants en stratégie. Ubble.ai compte aujourd’hui neuf salariés et l’objectif est d’en faire entrer quinze supplémentaires dans les six prochains mois.

Un ancien salarié du BCG Gamma les a rejoints récemment et deux autres postes transverses et opérationnels sont en cours de recrutement. Des anciens de la strat’ y seraient plus que bienvenus.

« Un ancien consultant ne sera pas perdu chez nous. Et nous, nous savons qu’il sera capable de s’adapter très vite ! » se réjouit François Wyss. A fortiori, une ligne d’anciens consultants en stratégie rassure dans une équipe de start-up. C’est « un marqueur de réassurance » pour François Wyss, au même titre qu’une grande école ou une classe préparatoire. « Nous savons aussi adapter le bon niveau de storytelling, c’est toujours utile en investment comittee. »

De consultant à entrepreneur : comment sauter le pas

Un fit quasi garanti entre ex-consultants en strat' et entrepreneurs à condition de savoir s’adapter. Car très bon consultant ne veut pas dire très bon entrepreneur. Haro sur le perfectionnisme made in conseil quand vient l’heure de la vie entrepreneuriale. « La mission numéro un du consultant, c’est de pérenniser un compte client et donc de porter une attention énorme à ne pas se mettre en défaut, explique François Wyss. L’erreur est traquée et mal venue. C’est ce qu’il faut désapprendre. »

Deuxième apprentissage : se responsabiliser et fissa. « Dans le conseil, nous accordons une grande importance à la hiérarchie et au respect du parcours d’évolution de carrière, commente Juliette Delanoë. Dans une start-up, chacun est responsable de son projet et le projet est servi par tout le monde sur le long terme. Le management se fait par la valeur ajoutée de chacun plutôt que par les fonctions ou les grades. Il existe moins de cadrage de l’évolution personnelle dans une start-up. »

Après avoir sauté le pas de la vie de consultant à la vie d’entrepreneur, le passé commun dans le conseil peut être porteur. En juin 2018, la société a levé un million d’euros notamment auprès de la société d’investissement de Xavier Niel, Kima Ventures. D’autres levées de fonds pourraient suivre, assurent les fondateurs. Nul doute que la carte d’ex-A.T. Kearney sera un argument.

Barbara Merle pour Consultor.fr

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Dans le secret des sources des consultants

    Les consultants multiplient les canaux d’information : appels téléphoniques dans leur réseau ou au-delà, appels au débotté (alias cold call), appels masqués (alias blind calls), déjeuners ou cafés informels… Enquête. 

  • Consultant recherche infos à tout prix

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

  • La vie de stratège en BD — Épisode 2 : l'homme pressé

    À peine arrivé dans l’un des cabinets les plus réputés de la place, le partner caricaturé par notre dessinateur Léo est déjà démarché par un chasseur de têtes pour rejoindre un cabinet concurrent – une proposition qui ne se refuse pas. Même s’il arrive à certains consultants de cumuler trois, quatre ou cinq cabinets au cours de leur carrière, toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que fortuite !

  • Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

    Pour permettre à ses consultant(e)s de combiner développement professionnel et personnel, Kearney a mis en place un programme diversifié de missions solidaires entrant dans le cadre de sa politique de développement durable.

    Sur la base du volontariat, les consultants mettent ainsi pendant quelques mois leurs compétences au service d’organisations à impact social, souvent des associations, avant de reprendre leur activité au sein du cabinet de conseil en stratégie.

Manuel de survie
start-up, entrepreneurs, entrepreneuriat, ubble, entrepreneurs, a.t.k., at kearney, Juliette Delanoé, François Wyss, Nicolas Debernardi
9205
0