Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Un mois après qu’Advancy a remis l’étude qui lui avait été commanditée par le groupe Renault pour l’aider à prendre une décision sur l’avenir de la Fonderie de Bretagne de Caudan (relire ici), à l’aune de laquelle le groupe automobile français avait décidé de vendre le site breton, les élus locaux font feu de tout bois pour s’opposer à cette décision.

« À l’État actionnaire du groupe Renault sa responsabilité pour l’avenir de Fonderie de Bretagne », ont défendu, selon Ouest France, Loïg Chesnais-Girard (président de la région Bretagne), Jacques Le Nay (sénateur), Fabrice Loher (maire de Lorient, et président de Lorient Agglomération), Fabrice Vély (maire de Caudan), et Jean-Michel Jacques, député LaREM du Morbihan, après qu’ils ont été reçus par Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance chargée de l’industrie.

Ils ont défendu également « le caractère stratégique de l’activité du site dans la filière automobile et la nécessité d’investir à la fois pour conforter l’activité de production de pièces en fonte et pour s’inscrire dans le processus de conversion de l’automobile vers l’électrique ».

Le député Jean-Michel Jacques était par ailleurs reçu par la direction de Renault le 15 avril. De son côté, la CGT, syndicat majoritaire de l’usine, qui dispose de son propre audit aux conclusions radicalement opposées à celles d’Advancy, devait être reçue par des conseillers d’Agnès Pannier-Runacher mercredi 21 avril 2021.

Le député Jean-Michel Jacques est même allé plus loin, réclamant un troisième audit. « Il serait bon que le ministère de l’Économie lance une nouvelle étude d’évaluation puisque les études précédentes sont contradictoires. Cela permettra d’établir clairement si le site de Caudan est rentable, ce dont je suis persuadé. »

Renault fonderie de bretagne

Commentaires   

0 #3 Coucou 29-04-2021 16:30
Citation en provenance du commentaire précédent de Speedy Gonzales :
Les syndicats demandent une étude type SECAFI qui est évidemment contradictoire ... en quoi est ce surprenant ? C'est le lot de 95% des transformations socialement compliquées

Il serait intéressant que Consultor explore un peu ce sujet. Que vaut (coûts et qualité) ce type d'étude? Les consultants type SECAFI ont l'air assez éloigné du pedigree type que l'on retrouve dans les cabinets de strat'. Cela a-t-il un impact sur le travail rendu?
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #2 Bruneau 22-04-2021 15:32
Renault aujourd'hui prépare l'avenir en se séparant de fonction premieres des études ainsi que de la fabrication.
Malgré les 4 milliards donnés par l'état bienfaiteur pour les grands groupes, ils seront utilisés à licencier et non relancer l'automobile. Toujours la même ritournelle, tu payes tes impôts pour te faire mettre au caniveau.
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+2 #1 Speedy Gonzales 22-04-2021 00:46
Les syndicats demandent une étude type SECAFI qui est évidemment contradictoire ... en quoi est ce surprenant ? C'est le lot de 95% des transformations socialement compliquées
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.