Sous pression de l’État, Action Logement fait entrer les consultants

En négociation avec le gouvernement sur le recentrage de ses missions et l’amélioration de son organisation, Action Logement, l’ex-1 % Logement, créé en 1953 pour collecter la participation des entreprises à l’effort de construction (PEEC), se tourne vers des cabinets de conseil pour l’assister « dans un processus de profonde transformation stratégique, organisationnelle et numérique, afin de mieux répondre à ses missions », selon un appel d’offres qui se clôturera le 14 juin.

Benjamin Polle
04 Jui. 2021 à 03:06
Sous pression de l’État, Action Logement fait entrer les consultants

D’une durée de vingt-quatre mois et d’un volume annuel estimé à l’équivalent de 1 820 jours, reconductible deux fois, ce marché lancé le 17 mai (voir le dossier de consultation en ligne) vise à sélectionner de trois à cinq prestataires de conseil en organisation et stratégie, ainsi que plusieurs prestataires d’assistance à maîtrise d’ouvrage (conseil en finance, conseil en stratégie immobilière, logistique, courrier, ameublement, fournitures, véhicules, ressources humaines…).

L’objectif de ces conseils sera de « définir et cadrer des plans stratégiques visant une meilleure performance opérationnelle globale ». Il donnera lieu à l’émission de bons de commande pour les prestations de moins de 40 000 euros, et la conclusion de marchés pour tout besoin supérieur à 40 000 euros.

Le lieu d’exécution principal des prestations se situe dans les locaux du siège social du groupe Action Logement à Paris 13e, et de manière moins régulière dans les locaux d’Action Logement en France métropolitaine.

Le marché couvrira les deux principales filiales d’Action Logement Groupe, l’association gérée paritairement par des syndicats patronaux (Medef, CPME) et de salariés (FO, CFDT, CGT, CFE-CGC, CFTC).

Deux filiales à conseiller

Il s’agira d’une part d’Action Logement filiale immobilière, ALI, 15 000 collaborateurs, qui détient, à travers cinquante-sept organismes HLM, près d’un million de logements sociaux ou intermédiaires, ce qui représente environ 20 % du parc social français, selon les estimations du Monde (voir l’article).

Il s’agira d’autre part d’Action Logement Services (ALS, 3 000 collaborateurs répartis dans treize délégations régionales et un peu plus de 130 implantations) qui reçoit chaque année 1,7 milliard d’euros de contribution des entreprises, qu’elle redistribue ensuite pour aider les salariés à se loger sous la forme de prêts à des primo-accédants, à des bailleurs sociaux pour construire ou rénover. Le directeur général d’ALS, Olivier Rico, est d’ailleurs l’un des référents de l’accord-cadre.

Les cabinets de conseil en stratégie retenus auront à accompagner la transformation organisationnelle de ces deux filiales. Ils devront par exemple proposer « des services en ligne sur l’ensemble des demandes des clients » ou à établir « une vue à 360 degrés des clients et partenaires », selon l’appel d’offres. Les prestations attendues des consultants prendront la forme de « diagnostics organisationnels », d’« accompagnement à l’externalisation et la mutualisation de services » et de « plans de transformation organisationnelle ».

Des négociations avec l’État en cours

Un appel d’offres qui intervient dans un contexte bien particulier pour le groupe qui finance des pans entiers de la politique du logement en France.

D’abord parce qu’il a lieu quelques mois après l’entrée en fonction de Nadia Bouyer à la direction générale du groupe – longtemps attendue après le départ retardé de son prédécesseur Bruno Arbouet.

Puis, surtout, parce qu’Action Logement est soumis à une forte pression de l’État pour se réorganiser. En 2020, un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF), remis au Gouvernement, et obtenu par Le Monde, mettait en cause la gouvernance du groupe. « Objet de “graves dysfonctionnements”, victime d’“instabilité chronique”, complexe, opaque, où “le contrôle par l’État du bon usage de la PEEC s’avère difficile », écrivait le quotidien, citant le rapport de l’IGF. Les frais de fonctionnement (342 millions d’euros en 2018) étaient alors également jugés trop élevés.

Plusieurs options de réformes ont été évoquées : affectation directe de la PEEC à l’État, Action Logement devenant un prestataire de services, suppression d’Action Logement et transfert de son patrimoine immobilier aux caisses de retraite Agirc-Arrco, baisse de 0,45 % (de la masse salariale) à 0,22 % de la participation des entreprises.

Pas plus tard que le 6 mai 2021, partenaires sociaux et représentants des ministres en charge du Logement, et de l’Économie et des Comptes publics avaient rendez-vous. Une réunion à l’occasion de laquelle l’organisme paritaire a remis ses propositions à l’exécutif dans un document de onze pages qui a fuité dans la presse (voir l’article).

Les partenaires sociaux y reconnaissent à leur tour que « la situation actuelle présente des dysfonctionnements », qu’il existe « une articulation problématique entre la tête du groupe et ses filiales », et appellent à la création « d’un conseil d’orientation stratégique du groupe Action Logement ».

Les consultants choisis ne manqueront donc pas de grains à moudre. D’ailleurs, originalité de cet appel d’offres, il est demandé aux cabinets qui s’y portent candidats de répondre à une étude de cas.

« Action Logement Services souhaite se doter d’une direction transformation et organisation. Son objet est d’améliorer l’efficacité de notre fonctionnement, notre cohérence et notre cohésion, sans alourdir notre fonctionnement […]. » Charge aux consultants de proposer en trois pages ou dix diapositives le mode de fonctionnement d’une telle direction et les moyens de sa mise en œuvre.

Un sujet dont on imagine qu’il n’a pas été choisi par hasard.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

1
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaires (1)

Nom
23 Jui 2021 à 03:43
Et qui va payer la facture des consultants ?

citer

signaler

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

secteur public

  • Au Sénat, l'explosion des dépenses de conseil en question

    Jeudi 2 décembre, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques démarrait ses travaux. Elle se donne pour objectif de faire la lumière sur un sujet passé au centre de l'attention publique après que plusieurs cabinets de conseil sont intervenus auprès du gouvernement dans le cadre de la gestion de la pandémie.

  • UK : la pandémie fait flamber les dépenses de conseil de l’État

    Bataille de chiffres, mais une tendance claire : le gouvernement britannique a fortement fait augmenter ses achats de missions de consulting pour l’aider à mettre en œuvre sa réponse à la pandémie de covid-19. Selon les chiffres agrégés par le spécialiste de la dépense publique britannique Tussell, et cités le 24 octobre 2021 par le Financial Times, 2,5 milliards de livres sterling auraient été allouées par le gouvernement central britannique et ses agences sur l’exercice 2020-2021, deux fois plus que les 1,2 milliard comptabilisés par Tussell sur l’exercice antérieur, en 2019-2020.

  • Ministère de la culture : Roland Berger planche sur les bibliothèques

    Le cabinet Roland Berger vient d’être missionné par le ministère de la Culture pour une vaste étude sur les achats de livres imprimés non scolaires par les gestionnaires publics de bibliothèques (plus de 16 000 bibliothèques publiques en France).

  • Secteur public : l’UGAP double la mise sur le conseil en stratégie

    L’Union des groupements d'achats publics (UGAP), qui centralise les commandes de centaines de fournisseurs auprès de ministères, collectivités territoriales et établissements hospitaliers, a lancé le 22 octobre 2021 le renouvellement d’un premier marché de conseil en stratégie qu’elle avait attribué une première fois le 6 mars 2019.

  • Secteur public : les objectifs de la commission d’enquête du Sénat

    Les cabinets de conseil privés pèsent-ils trop sur les décisions politiques publiques françaises ? Telle est la question centrale lâchée par le groupe communiste (CRCE) du Sénat qui vient de lancer une commission d’enquête, dont Éliane Assassi, sa présidente, sénatrice PCF de Seine-Saint-Denis, est la rapporteuse.

  • Affaire du Siècle : l’argument BCG qui s’est retourné contre l’État

    C’est une jurisprudence historique pour les associations ((Fondation pour la nature et l'homme, Greenpeace France, Notre affaire à tous et Oxfam France) portant la campagne de justice climatique l’Affaire du Siècle initiée en décembre 2018 et visant à poursuivre en justice l'État pour inaction en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

  • Arnaud Montebourg contre les mandats américains de conseil en France

    À la suite de l’annulation d’un super contrat d’armement de fourniture de sous-marins français à l’Australie, qui leur a préféré des sous-marins américains, Arnaud Montebourg, ancien député, ancien ministre, candidat à l’élection présidentielle de 2022, s’en est sévèrement pris au rôle joué par les consultants américains en France.

  • Info Consultor – Stratégie vaccinale made in McKinsey : une facture à 10 millions d’euros

    Cinq paiements de décembre 2020 à mai 2021 pour un total de 9,56 millions d’euros : tel est le total des honoraires acquittés par le ministère de la Santé à McKinsey pour l’accompagnement fourni au ministère pour le déploiement de la vaccination covid-19 selon des documents obtenus par l’association Anticor et consultés par Consultor.

  • Après le Grand Débat, Roland Berger retenu pour la Conférence sur l’avenir de l’Europe

    Info Consultor – Comme il l’avait fait pour synthétiser les contributions au Grand Débat national, Roland Berger est à nouveau missionné pour coordonner un débat participatif national.

secteur public
Olivier Rico, Nadia Bouyer, Bruno Arbouet, Action Logement, consulting, consultation, appel d'offres, référencement, achats
3623
2021-11-19 16:02:24
1
Non