4 % d’anciens consultants dans les comex du CAC 40

Une femme, jeune, ancienne consultante, entre dans le cercle ultrafermé des grands patrons du CAC 40. Christel Heydemann, deux ans de BCG, prend ainsi ses fonctions de CEO d’Orange à partir du 1er avril 2022.

Barbara Merle
04 Avr. 2022 à 10:21
4 % d’anciens consultants dans les comex du CAC 40
Nicolas Gouhier

26 ex-consultants sont aujourd’hui membres des comex de 14 des plus grandes entreprises nationales, et peuvent constituer jusqu’à un tiers de leurs comités exécutifs. Ces aficionados de la stratégie restent cependant encore peu représentés dans les comités exécutifs du CAC 40. Selon le bilan de la 6e étude dédiée de Consultor, ils sont au nombre de 27 sur 598 personnes.

Un ratio de 4,3 % identique à l’année précédente à la virgule près (relire notre étude ici), et en forte baisse par rapport aux années 2013, 2016 et 2018, où les taux atteignaient plutôt 7-8 % (ici). Et aucun ancien stratège chez Thales, Airbus, BNP, Danone, Dassault Systèmes, Engie, L’Oréal ou Saint-Gobain.

À noter que les deux entreprises entrantes dans le CAC 40, Alstom (capitalisation boursière de 11 milliards d’euros) et Stellantis (capitalisation boursière de 52,5 milliards d’euros), comptent quatre anciens consultants dans leurs directions.

En matière de féminisation des anciens du conseil dans les comex, le mouvement ne s’améliore pas, au contraire : elles sont cinq cette année (19 % de l’ensemble des ex-consultants), un taux en baisse par rapport à notre dernière étude (24 %). L’évolution notable relevée entre 2016 et 2018 (où elles étaient passées de quatre à huit) a même tendance à s’inverser.

Un fort turn-over

Ces fauteuils, des plus prisés, sont pourtant des sièges éjectables pour ces pros de la stratégie. Seule la moitié des ex-consultants membres des comex en 2020 le sont encore en 2021. En cause, les entreprises sorties du CAC 40 (AccorHôtels, Sodexo) ou des départs vers d’autres entreprises hors du CAC 40 (Grita Loebsack, alumni d’Oliver Wyman, a quitté son poste de responsable marketing d’EssilorLuxottica pour être promue présidente de Nivea Allemagne)…

Pascal Clouzard, CEO France et Espagne de Carrefour jusqu’en décembre 2020, membres de boards, s’est aussi rapproché de son cabinet d’origine, Kearney, où il est senior advisor (il l’avait quitté en 1999 au grade de principal). En revanche, dans les arrivées au sein des comex, sont à noter celles de l’ex-associate de McKinsey Thomas Triomphe, VP Sanofi Pasteur, ou de Laurent Bataille, le DG opérations France de Schneider Electric, chez McKinsey de 2000 à 2003. La nouvelle patronne d’Orange Christel Heydemann, consultante au BCG durant deux ans, faisait elle déjà partie de l’élite des comex des entreprises françaises : elle était DG opérations Europe de Schneider Electric.

Un choix mesuré

4,3 %, c’est peu. Est-ce à dire que les consultants qui choisissent l’entreprise en deuxième partie de carrière préfèrent le monde des start-ups et leur esprit entrepreneurial, où l’évolution de carrière est moins figée et les salaires rapidement plus attractifs ? C’est sans nul doute l’une des explications les plus vraisemblables. Pour preuve, ils sont en grand nombre au sein des licornes françaises (ici). Côté recruteurs, la barrière psychologique pour la direction des grands groupes du CAC 40 à choisir ces profils à la base peu opérationnels tient toujours. Et l’entre-soi reste de mise, même si les mentalités évoluent.

Peu de CEO et des profils atypiques

La gouvernance du CAC 40 reste, en effet, assez endogame. Selon une étude de 2020 du cabinet RH Robert Half, le grand patron type d’une entreprise du CAC 40 est français (85 %), de sexe masculin, âgé de 58 ans en moyenne, diplômé d’une grande école (Bac+5) – 75 % ont étudié dans les grandes écoles françaises (seul l’un d’entre eux n’a pas fait d’études supérieures) –, avec une expérience dans la finance ou l’ingénierie (55 % ont une formation en finance). Les femmes sont quasi absentes (la loi Copé Zimmermann ne s’applique pas aux comex, ici). L'arrivée de Christel Heydemann à la tête d'Orange porte aujourd’hui à deux (5 %) le nombre de femmes à la tête d’une entreprise du CAC 40, avec Catherine MacGregor, chez Engie.

En ce début 2022, ils sont au total trois anciens consultants à être à la tête d’une entreprise du CAC 40. Et leurs profils sont plutôt singuliers. À l'instar de Christel Heydemann dont la nomination est doublement exceptionnelle pour cette fonction : une femme, jeune (47 ans). Mais avec un bagage de haute volée. Cette diplômée de Polytechnique (un réel atout pour devenir CEO de ces grandes entreprises), junior au BCG durant un an en 1997, a passé dix ans chez Nokia où elle a été promue EVP ressources humaines et transformation en 2011 avant de passer chez Schneider Electric entre 2014 et 2021, notamment en tant que senior EVP stratégie, alliances et développement, EVP opérations France et en 2021, EVP opérations Europe.

Autre profil atypique : l’Allemand Thomas Buberl, le DG d’Axa, qui fut également BCGer, passé par les bureaux de Zurich, Munich, et Chicago, un cabinet où il a atteint le stade de manager. Thomas Buberl n’est pas issu des écoles cibles d’ingénieurs des grands patrons du CAC 40. Il est diplômé de WHU, l’école de management allemande (master), de la Lancaster University (MBA) et de l’université de Saint-Gall (PhD risques du crédit). Après ses cinq années au BCG (de 2000 à 2005), il avait rejoint le secteur de l’assurance (Zurich Insurance Company et Axa).

Le cas Bernard Arnault

Enfin, reste l’emblématique PDG de LVMH, première entreprise française du CAC 40 avec une capitalisation boursière de 319 milliards d’euros, un pur produit de X, passé par le conseil en stratégie pour un stage de fin d’études chez McKinsey. Bernard Arnault aime cependant s’entourer de profils stratégie. Son comex est, en effet, le mieux garni en anciens du conseil, avec un taux de 33 % (cf. tableau ratios), et un goût prononcé pour les « ex-Mac » ; deux de ses trois collaborateurs, alumnis du conseil, sont eux aussi des anciens de ce cabinet. En dehors de sa fille, Delphine Arnault, DG de Louis Vuitton, Jean-Baptiste Voisin, le directeur de la stratégie, a été un associé de McKinsey en France. Philippe Schaus, le CEO de Moët Hennessy, a lui passé deux années au BCG Munich entre 1990 et 1992.

À noter aussi que chez Stellantis, groupe né en 2021 de la fusion du groupe PSA et de Fiat Chrysler Automobiles et qui entre au CAC 40, si le PDG Carlos Tavares n’est pas issu du conseil en stratégie, c'est le cas de trois de ses plus proches directeurs : la Global Corporate Officer Silvia Vernetti (Bain de 1992 à 2004), le CPO Emmanuel Delay (Booz & Company entre 1994 et 2002) et le Chief Software Officer, Yves Bonnefont (McKinsey de 2001 à 2012).

La séniorité n’est pas un gage…

L’une des autres caractéristiques notables de ces anciens du conseil promus dans les comex du CAC 40, c’est que la séniorité au sein des cabinets de conseil ne facilite pas forcément l’accession à ces postes de direction. Ils ne sont ainsi que quatre sur 26 alumnis du conseil en stratégie à avoir fait une longue carrière dans ce secteur et atteint le grade d’associé : Georges Desvaux, chez Axa (ex-McKinsey), Jean-Baptiste Voisin chez LVMH (ex-McKinsey), Paul de Leusse chez Orange (ex-Oliver Wyman/Bain & Company) et Yves Bonnefont chez Stellantis (ex-McKinsey).

Seulement 21 % dirigent la stratégie

Dans les directions dédiées, les ex-consultants ne sont pas majoritaires. En 2021, 19 des 40 plus grosses capitalisations boursières avaient des directeurs ou directrices de la stratégie au sein de leur comex. Parmi elles, seulement quatre ex-consultants ou consultantes et, point notable, des profils plutôt seniors dans le conseil en stratégie : Georges Desvaux, chez Axa depuis 2019 après avoir passé près de 31 ans chez McKinsey où il était senior partner, Jean-Baptiste Voisin chez LVMH après son départ de McKinsey en 2006 où il a passé dix ans (nommé partner en 2002), Gloria Glang chez Legrand (senior manager, leader Strategy Consulting de KPMG Allemagne entre 2008 et 2010). Wolf Kunisch, chez Worldline, est quant à lui un ancien project manager de Roland Berger, cabinet où il a débuté sa carrière entre 1996 et 2000.

Profils : ingénieurs et internationaux

Pour monter au sein des gouvernances du CAC 40 – et les anciens consultants ne dérogent pas à la règle –, il est plus que préférable d’avoir une formation initiale d’ingénieur. 15 des 26 personnes issues du conseil (57,6 %) sont des ingénieurs de formation, dont cinq d’entre eux sont des polytechniciens, la grande école préférée des entreprises du CAC 40. Les grandes écoles de commerce, HEC, EDHEC, ESSEC, ESCP n’ont, elles, produit que six dirigeants issus du conseil.

La carte internationale joue par ailleurs aujourd’hui à plein pour entrer dans l’élite des entreprises françaises. Ils sont huit – près d’un tiers – originaires d’Europe ou d’Asie à faire partie d’un comex du CAC 40, d’anciens consultants issus des bureaux internationaux des grands cabinets.

Le luxe, les services financiers, et la fintech : vivier d’anciens consultants

Ce club des 26 se retrouve avant tout dans les directions des grandes entreprises classiquement friandes de ces profils de consultants. LVMH, Axa et Worldline recherchent et savent attirer les experts en stratégie dans toutes les strates de leur hiérarchie (Manuel Reman, issu du BCG, vient d’être nommé à la tête de Krug/LVMH par un membre de son comex, lui aussi BCger, Philippe Schaus, ici).

LVMH est la première d’entre elles. Pas moins d’un tiers de son comex est composé d’anciens consultants. Vient ensuite Axa, avec plus de 20 %, puis Worldline – l’un des leaders mondiaux de la sécurisation des paiements et des transactions –, avec près de 17 %. Les secteurs du luxe, des services financiers et de la fintech confirment leur leadership en matière d’attractivité pour les alumnis du conseil, des secteurs particulièrement clefs pour le conseil en stratégie. À la différence des secteurs en difficulté, où les cabinets de conseil en stratégie sont très présents (notamment sur les missions de retournement, ici), tels que l’aéro ou l’automobile, ou des secteurs moins développés en Europe, comme les infrastructures (Vinci, Veolia), mais que les anciens consultants rechignent à rejoindre.

Diapositive1 1

Et le grand gagnant est… McKinsey, toujours !

Diapositive3

Parmi les cabinets d’origine des membres des comex du CAC 40, c’est bien McKinsey qui reste encore et toujours le grand pourvoyeur d’anciens stratèges. Un quart d’entre eux est passé par le géant américain du conseil en stratégie, avec un goût prononcé de LVMH pour ce cabinet, où trois des quatre anciens consultants du comex sont des ex-« Mac ».

Idem chez Axa, où le ratio est de deux sur trois, avec la particularité que le premier d’entre eux, Thomas Buberl, le PDG, est, lui, issu du BCG. Chez Worldline, en revanche, la balance penche du côté du Boston Consulting Group, deux des trois anciens consultants membres du comex y ont fait leurs classes. Le troisième des MBB, Bain, fait lui figure de parent pauvre. Seuls deux anciens Bainies sont présents dans les 26 : Paul de Leusse, DGA d’Orange, qui fut associé de Bain, après avoir passé près de neuf ans chez Oliver Wyman (1997-2006), et l’Italienne Silvia Vernetti, à la direction de Stellantis, qui a fait ses classes chez Bain Milan entre 1992 et 2004.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Classement

  • Choiseul : une ancienne du BCG au sommet
    23/05/22

    Quinze anciens consultants – dont six femmes –, issus du conseil en stratégie, font partie du dernier classement Choiseul 2022 des 100 leaders de demain de moins de 40 ans.

  • Top employeurs : l’équilibre vie pro-vie perso fait reculer les cabinets de conseil
    19/05/22

    Universum publie le mercredi 18 mai la 17e édition de son sondage annuel sur l’attractivité des employeurs aux yeux des étudiants français. Les cabinets de conseil en stratégie restent très peu nombreux à être classés et pâtissent d’une image plus négative sur l’équilibre vie pro-vie perso que d’autres secteurs (le secteur du luxe par exemple).

  • Vault 2022 : Bain cartonne, percée de L.E.K.
    12/04/22

    Le classement tant attendu des cabinets de conseil en stratégie et management a rendu son verdict pour l’année 2022. Résultat : en Amérique du Nord (top 50) comme en Europe (top 25), le haut du classement bouge peu, mais la suite laisse quelques surprises.

  • Sur l’index de l’égalité professionnelle, le consulting joue la montre
    16/03/22

    50 % des cabinets de conseil en stratégie français recensés dans le guide de Consultor n’avaient pas publié leur index à la date de cet article. Toutes les entreprises de plus de 50 salariés y sont obligées chaque 1er mars, sous peine d’amende.

  • Combien de temps pour devenir partner ? Étude Consultor 2022
    18/02/22

    11 ans en moyenne au travers de quatre à six grades principaux déclinés en cinquante nuances d’échelons intermédiaires et autant de noms différents : voilà l’ascension que devront réaliser celles et ceux qui se lancent dans une carrière dans le conseil en stratégie pour atteindre le partnership. 

  • Classement Glassdoor France 2022 : Bain déboule en 3e place
    16/02/22

    C’est une première ! Un cabinet de conseil en stratégie, Bain & Company, entre – directement dans le top 3 – dans le classement Glassdoor 2022 en France, un palmarès réalisé à partir des avis, positifs et négatifs, des salariés. Une présence inédite pour le secteur du conseil en stratégie. Hasard ou amorce de changement culturel du secteur ?

  • Partners : bientôt la parité ?
    29/12/21

    Consultor publie son 7e baromètre de la parité dans les partnerships de cabinets de conseil en stratégie. Les chiffres continuent à témoigner de microvariations d’un cabinet à l’autre dans un paysage qui reste toujours ultramasculin. Certains appellent pourtant à la patience et assurent que le changement est en cours.

  • Classement Consultor 2022 des cabinets de conseil en stratégie
    19/11/21

    Consultor publie la 10e édition de son classement annuel des cabinets de conseil en stratégie. Dans ce sondage, les étudiants de dernière année scolarisés dans les écoles supérieures de commerce et d'ingénieurs indiquent quels cabinets référencés dans le guide des cabinets de conseil de Consultor ils connaissent le mieux. Et pour lesquels ils travailleraient le plus volontiers. Le périmètre de ce sondage s’élargit : jamais Consultor n’avait classé autant de cabinets, ils sont 27 cette année, avec plusieurs entrants tels que CMI, Eight Advisory, OC&C ou Publicis Sapient.

  • Les consultants dans la pharma : le classement Consultor 2021
    26/05/21

     

    Sanofi, Novartis… les plus grands laboratoires pharmaceutiques comptent parmi les plus gros acheteurs de conseil en stratégie avec des budgets annuels d’achats plus de 100 millions d’euros. Et le marché reste ultra dynamique : à l’instar de Cepton, spécialiste de la pharma, de la biotech et des medical devices, qui table sur + 50 % de croissance en 2021. L’un des plus gros marchés de conseil donc sur lequel nombre de cabinets ont des velléités de développement. Consultor a sondé 183 professionnels dans 26 laboratoires pour recenser les marques de conseil en stratégie qu’ils connaissent le mieux et ce qu’ils pensent des missions achetées. 

     

Benjamin Solano
Classement
comex, cac40, classement, étude, cabinets de conseil, conseil en stratégie, dirigeant, dir strat, direction de la stratégie, directeur de la stratégie. chief strategy officer, cac40, axa, lvmh, worldline, teleperformance, orange, total, totalenergies, schneider, Legrand, Christel Heydemann
10525
Bain & Company Boston Consulting Group Global Strategy Group McKinsey Oliver Wyman Roland Berger
2022-04-05 19:14:06
0
Non