« Ma plus belle mission » : Thomas André, spécialiste du monde bancaire, et manager chez Ares & Co.

 

Londres et ses tours de verre. Canary Wharf, la City. Des noms qui font office de fantasme pour tout spécialiste de la finance qui se respecte. Thomas André, manager chez Ares & Co, n'échappe pas au phénomène.

Le jeune consultant laisse libre cours à son enthousiasme lorsqu'il évoque « un bain d'énergie pour les affaires ». Depuis trois mois, il s'est installé dans la capitale anglaise, le temps d'une mission encore en cours. La plus belle à ses yeux.

 

10 Jui. 2015 à 16:06
« Ma plus belle mission » : Thomas André, spécialiste du monde bancaire, et manager chez Ares & Co.

 

 « Un projet majeur pour le client »

Ares & Co, implanté sur la place londonienne depuis 2013, a été missionné par une banque privée européenne pour ouvrir une antenne au Royaume-Uni. « C'est un projet majeur pour le client, très implanté sur son marché domestique et qui travaille désormais à son internationalisation. »

L'équipe franco-anglaise du cabinet part de zéro pour ouvrir une filiale en un temps record. « Le timing est très serré et le rythme assez enlevé », explique Thomas André. « L'objectif est d'ouvrir avant le dernier trimestre. » Sept mois seulement pour mener à bien la mission. Le délai serré exige une réactivité de chaque instant. « Une part de notre travail consiste à repérer les sujets complexes au plus vite et à faciliter la prise de décision rationnelle et rapide. »

« C'est ce que je recherchais en rejoignant le conseil »

Pour relever le défi, Ares & Co a mis en place une équipe expérimentée : deux partners, un senior advisor, un principal et plusieurs managers et consultants interviennent sur la mission. Thomas André se charge plus particulièrement du business case et de la proposition de valeur. Il met à l'épreuve ses compétences en gestion d'actifs et en banque privée. Selon lui, « le marché anglais est compliqué et plein de challenges. J'apprends beaucoup sur les aspects réglementaires et juridiques ».

Au-delà de ses tâches propres, le consultant participe à toutes les étapes du projet. « C'est ce que je recherchais en rejoignant le conseil, précise Thomas André. Je suis exposé à toutes les dimensions du business. C'est motivant de se dire que l'on peut avoir un impact sur tous les aspects d'un projet. » Au-delà de la technique pure, la mission exige des compétences humaines et de communication. « Il y a d'importantes différences culturelles entre le Royaume-Uni et le pays où est basé le client, précise Thomas André. Il faut également coordonner des services répartis sur plusieurs zones. Il y a une forte exposition internationale sur cette mission, avec quatre à cinq secteurs géographiques pris en compte. »

Une mission qui pourrait en appeler d'autres

À plusieurs reprises, Thomas André parle de « plaisir personnel ». Mais la plupart du temps, il s'efface derrière son cabinet. C'est que la mission représente un enjeu majeur pour Ares & Co, qui a ouvert un bureau anglais il y a seulement deux ans. « Puisque la marque Ares & Co est récente à Londres, nous travaillons également sur la légitimité du cabinet. » Un succès pourrait appeler d'autres missions du même type. D'autant plus que Thomas André détecte « un trend pour un certain nombre d'acteurs à aller vers le marché anglais et suivre leurs clients expatriés ».

Et puis la Grande-Bretagne, avec sa récente réglementation RDR (Retail Distribution Review), fait office de laboratoire pour le reste de l'Europe. « Les Anglais sont les premiers à mettre en place plus de transparence pour les clients privés du conseil en investissement. » Un mouvement qui sera suivi dans le reste de l'Union européenne, avec l'entrée en vigueur de la directive MiFID 2 à partir de 2017. « Cette mission, estime Thomas André, constitue une opportunité de prendre un coup d'avance et savoir ce qui va se passer en Europe en termes de transformation du business model pour les banques privées. » L'enjeu est de taille pour le cabinet qui doit boucler le projet en un temps record. De ce point de vue, pas de panique. Thomas André est confiant : « Nous sommes dans les temps et nous pilotons l'atterrissage avec beaucoup de soin ». Rendez-vous est pris pour la fin de l'année.

Biographie express

Diplômé de l'ENSIMAG et de Dauphine, Thomas André débute sa carrière chez Natixis à New York en 2000. En janvier 2003, il rejoint le cabinet CSC Peat Marwick et continue à se spécialiser dans le secteur financier. Après un MBA en finance et stratégie à HEC, il rejoint Ares & Co en août 2010.

Gillian Gobé pour consultor 

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

Manuel de survie

  • Dans le secret des sources des consultants

    Les consultants multiplient les canaux d’information : appels téléphoniques dans leur réseau ou au-delà, appels au débotté (alias cold call), appels masqués (alias blind calls), déjeuners ou cafés informels… Enquête. 

  • Consultant recherche infos à tout prix

    Depuis une dizaine d’années, des plateformes d’intermédiation agrègent des milliers d’experts. Les consultants y ont abondamment recours, en particulier dans le domaine du private equity. Enquête. 

  • Congé pat’ : McKinsey double à son tour les 28 jours

    Nommée en août dernier comme directrice générale de McKinsey France, Clarisse Magnin-Mallez, 45 ans, première femme à la tête du géant du conseil en France, fait du bien-être de ses salariés-parents l’une de ses priorités.

  • La vie de stratège en BD – Épisode 4 : classe affaires

    Avec la reprise de l’activité de conseil post-covid, quoique le télétravail restera une composante importante, les déplacements chez les clients vont reprendre de plus belle. Si les capitales du business font rêver, Paris, Londres ou New York, la réalité des missions chez les clients peut être un soupçon moins exotique. Nouvel épisode de notre BD sur le conseil en stratégie, Consultix.

  • Étude : des « Baby Partners » rarement passés par l'opérationnel

    Dix ans de maison, des expériences préalables dans l’industrie, peu d’entrepreneuriat : voilà quelques-uns des traits caractéristiques du parcours type des partners des cabinets de conseil en stratégie. Avec quelques exceptions notables.

    Découvrez les résultats de l’étude de Wit Associés pour Consultor.

  • 300 clients, 700 copils, 5 déménagements : 30 ans de consulting

     

    Quarante-quatre ans de carrière, trente-cinq de conseil en stratégie, dont vingt-cinq passés sous le label Kearney dont il est devenu un associé énergie et pricing : Laurent Dumarest a vu s’enchaîner les révolutions technologiques et s’est frotté aux clients et aux projets les plus inattendus. Jeune retraité, il n’en a pourtant pas fini avec le conseil, au contraire.

  • Avocat et consultant : la difficile équation

    Ce sont des profils plutôt atypiques au sein des cabinets de conseil en stratégie. Certains avocats choisissent la strat’ plutôt que le barreau. Ils y sont recherchés, non pas pour leur connaissance du droit, mais pour leurs qualités personnelles, d’éloquence ou de rigueur. Les avocats-consultants Rémi Philippe, senior consultant chez Kea & Partners, et Grégoire de Vogüé, ex du BCG et d’Ares & Co, avocat chez Taj, donnent leur point de vue.

  • La vie de stratège en BD — Épisode 2 : l'homme pressé

    À peine arrivé dans l’un des cabinets les plus réputés de la place, le partner caricaturé par notre dessinateur Léo est déjà démarché par un chasseur de têtes pour rejoindre un cabinet concurrent – une proposition qui ne se refuse pas. Même s’il arrive à certains consultants de cumuler trois, quatre ou cinq cabinets au cours de leur carrière, toute ressemblance avec des personnes réelles ne serait que fortuite !

  • Kearney : dans les coulisses de la philanthropie fait maison

    Pour permettre à ses consultant(e)s de combiner développement professionnel et personnel, Kearney a mis en place un programme diversifié de missions solidaires entrant dans le cadre de sa politique de développement durable.

    Sur la base du volontariat, les consultants mettent ainsi pendant quelques mois leurs compétences au service d’organisations à impact social, souvent des associations, avant de reprendre leur activité au sein du cabinet de conseil en stratégie.

Manuel de survie
Thomas André, Ares & Co, London, Londres, ares, Thomas André, La City, banque privée, finance services, finance, retail, bce, Retail Distribution Review, banque, belle mission, plus belle mission de conseil, portrait, série
9185
Thomas André
2021-10-30 12:15:32
0
Non