Après McKinsey, le pari (réussi) du PMU

Emmanuelle Malecaze Doublet, l’associate partner qui a quitté le bureau parisien de McKinsey en 2018 pour rejoindre le PMU en tant que directrice financière exécutive (CFO) et membre du comité exécutif, a récemment pris du galon au sein du géant des paris hippiques.

29 Avr. 2021 à 11:00
Après McKinsey, le pari (réussi) du PMU

Celle qui en 2019 avait occupé des fonctions de directrice marketing a vu, en février 2021, son périmètre élargi à l’e-commerce et à l’international.

Âgée de 34 ans, diplômée de HEC Paris (2012), Emmanuelle Malecaze Doublet a passé près de six ans chez le stratège McKinsey & Company. Elle y débute comme stagiaire au grade de junior associate.

Elle y revient en début de carrière d’abord au sein du bureau parisien où elle passe associate en 2014, engagement manager en 2015, et senior engagement manager en 2016 au bureau de New York. Elle réintègre McKinsey Paris en 2018 au grade d’associate partner.

Elle a travaillé sur des missions dans le secteur de la grande consommation et du retail, du luxe, de la mode, en France et à l’international. Chez McKinsey, elle avait déjà travaillé sur des missions pour le PMU (relire notre article sur une mission de McKinsey dans le domaine des courses hippiques).

« Sa connaissance de l’entreprise sera un avantage certain pour l’élaboration et la mise en œuvre des nouvelles orientations stratégiques avec l’ensemble des membres du comité de direction », avait ainsi commenté la direction du PMU lors de son arrivée dans l’entreprise.

La transformation digitale est l’un des piliers de la stratégie de développement du PMU depuis plusieurs années déjà. Mais en 2020, face à la crise sanitaire, l’ancienne consultante avait dû accélérer cette transformation.

« Nous sommes aujourd’hui à un moment charnière du développement du PMU. Notre objectif est de nous préparer du mieux possible à la sortie de la crise sanitaire en poursuivant nos actions auprès des turfistes et notre dynamique de développement en ligne. La poursuite du déploiement de notre activité en ligne est un levier de croissance stratégique. En effet, le PMU est une marque e-commerce extraordinaire, portée par une capacité d’innovation inédite et dotée d’une offre différenciée attrayante », a-t-elle déclaré en début d’année.

Grâce à la digitalisation, le PMU s’est plutôt bien sorti de la crise. Cinq semaines après la reprise des courses hippiques en France – suspendues du 17 mars au 11 mai 2020 –, le PMU avait en effet retrouvé son niveau d’activité d’avant crise. Conforté par un été historique avec 2,35 Md€ d’enjeux entre juillet et septembre 2020, sa perte de chiffre annuel s’est ainsi limitée à 10 % sur l’ensemble de l’année 2020.


Crédit photo : Adobe Stock.

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

L'après-conseil

  • Sur orbite

    Thomas Hiriart, 37 ans, vient de quitter le BCG pour rejoindre Ion-X en tant que DGA, une start-up deeptech qui développe un nouveau type de propulseur pour satellite.

  • Une Kéiste sur le front des législatives dans l’Aisne

    La senior consultante de Kea & Partners, Fatima El Ouasdi, 28 ans, a pris un congé sans solde du cabinet afin de se présenter comme candidate de la majorité présidentielle aux élections législatives dans la deuxième circonscription de l’Aisne.

  • De la stratégie du conseil à la stratégie des échecs

    Encore consultant au Boston Consulting Group il y a moins de deux ans, Julien Song, 29 ans, a plaqué le conseil en stratégie pour revenir à son rêve d’enfant : devenir joueur professionnel d’échecs.

  • Un tropisme BCG pour la prospective chez LREM

    Pierre Bouillon passe secrétaire général du travail programmatique du parti, endossant ainsi le rôle du jeune économiste David Amiel (29 ans), qui lui devient le lien entre l’Élysée et le QG de campagne du candidat Macron, selon des informations de La Lettre A.

  • Double promo d’ex-consultantes chez Axel Springer France

    Caroline Evans de Gantès, DG de SeLoger France depuis un an, complète son portefeuille. Elle est nommée en parallèle à la tête de Meilleurs Agents, spécialiste de l’estimation immobilière en ligne, mais aussi d’Aviv France, filiale du groupe allemand Axel Springer. Caroline Evans de Gantès vient par ailleurs de promouvoir une autre ancienne consultante, Constance Macret, en qualité de directrice revenus et croissance de Meilleurs Agents.

  • Axelle Lemaire quitte Roland Berger pour l’humanitaire

    Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique et de l’Innovation de 2014 à 2017, partner chez Roland Berger depuis 2018, élue associée monde il y a quelques mois, vient de prendre ses fonctions à la Croix-Rouge française, en charge de la stratégie, de la transformation et de l’innovation, et devient à ce titre membre du comex.

  • Millet Mountain Group retourne dans le giron familial

    Jean-Pierre Millet, 64 ans, au BCG durant six années, dirigeant et investisseur, descendant de la famille Millet, rachète l’entreprise familiale Millet Mountain Group (MMG).

  • Consultants en stratégie et philanthropie peuvent-ils faire bon ménage ?

    Le métier de consultant n’est pas le même selon que l’on conseille une entreprise, dont le but est de faire du profit, une ONG ou une structure philanthropique, qui cherchent plutôt l’impact dans des grands enjeux sociétaux comme la justice, la santé, l’éducation ou encore l’environnement.

  • Qui est derrière le Google de l’action Climat ?

    Vincent Pappolla, 30 ans, quatre ans de conseil en stratégie chez Monitor Deloitte puis chez GSG by KPMG, lance Notaclimat.com, un portail de l’action Climat des entreprises.

Super Utilisateur
L'après-conseil
Emmanuelle Malecaze Doublet, McKinsey, PMU
3050
McKinsey
2021-11-03 14:07:41
0