Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le cabinet d’avocats Callenders & Co est parti en guerre dans la presse contre une étude récente de McKinsey aux Bahamas. Le cabinet de conseil a en effet évalué l’impact de la réglementation en vigueur à Freeport sur le déficit du pays et préconisé la mise en place de taxes sur les licences pour les entreprises, alors qu’elles en sont jusqu’à présent exemptées dans la ville côtière.

Pour démonter le rapport et surtout les solutions proposées, qui n’arrangent pas les affaires du cabinet d’avocats son managing director tire à boulets rouges sur le document remis au gouvernement des Bahamas. D’abord, l’avocat accuse McKinsey d’avoir mélangé Freeport et le Grand Bahamas (région administrative dont fait partie Freeport). Ensuite, il assure que McKinsey s’est borné à additionner les recettes éventuelles de nouvelles taxes sans évaluer l’impact négatif qu’elles auraient sur l’emploi. Enfin, plus grave, les consultants auraient commis une erreur grossière d’évaluation. Ils préconisent en effet de faire payer des taxes sur les licences émises aux entreprises par le gouvernement central. Or 98 % de ces licences ont été émises directement par l’autorité portuaire, indépendante de l’administration centrale. La mise en place de nouveaux frais par le gouvernement serait donc tout simplement illégale. Si ces accusations s’avéraient fondées, il s’agirait d’une véritable erreur de débutant, voire d’un travail bâclé. Pas du meilleur effet pour la réputation de McKinsey.