Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 

Xavier AymonodXavier Aymonod a quatre mains. Deux sur son piano et deux dans le conseil chez Roland Berger. En juin dernier, il remportait le 3e prix du concours international de piano The Van Cliburn dans la sélection amateur.

Dans une série d’articles, Consultor vous propose de découvrir des consultants au double parcours. Après leur travail, commence pour eux une nouvelle vie. Ils sont écrivain, sportif de haut niveau, musicien ou encore entrepreneur. Comment mènent-ils de front leur métier et leur passion ?

S’il y a un piano dans les bureaux de Roland Berger, c’est grâce à Xavier Aymonod. Arrivé il y a près de dix ans dans ce cabinet, le consultant, aujourd’hui principal spécialisé dans l’industrie des transports, a longtemps gardé secrète sa passion pour la musique classique afin de rester parfaitement concentré sur son travail.

Mais avec le temps, les langues se déliant et les amitiés se créant, il a poussé à la formation d’un petit club de musique au sein du cabinet et à l’achat d’un piano pour faire quelques « bœufs » entre consultants.

Il faut dire que Xavier Aymonod, 40 ans, père de deux enfants de 6 et 4 ans, est également un pianiste, certes amateur, mais virtuose. Alors, lorsqu’en juin dernier, il est parti pour les États-Unis pour participer à la finale du grand concours de piano The Van Cliburn (sélection amateur), l’heure n’était plus à la discrétion.

Fier représentant de Roland Berger, Xavier Aymonod a eu droit à un petit coup de pub en interne. Charles-Édouard Bouée, chairman de Roland Berger Strategy Consultants, et Michel Jacob, managing partner du bureau parisien, ont fait circuler la nouvelle pour le mettre en avant.

Seul consultant parmi des ingénieurs, professeurs, médecins, avocats... il a remporté le 3e prix. « Cela a permis de faire parler du cabinet et de créer un petit événement en interne », raconte le pianiste.

Autre fait d’armes : il a su convaincre Roland Berger de sponsoriser une fois le concert de clôture du festival « Les Amateurs virtuoses » au théâtre du Châtelet tout en invitant des clients au concert et à un cocktail sur la terrasse avec sa vue imprenable sur Paris et Notre-Dame. En effet, comme chaque année depuis cinq ans, Xavier Aymonod participe à ce festival mondialement réputé pour les pianistes amateurs « avec un talent digne de grands pianistes professionnels », soulignent les organisateurs. Il se déroulait en 2016 à la fois à Saint-Pétersbourg et à Paris.

Partition et consulting

Désormais, Xavier Aymonod s’est bâti une petite réputation. « Mon but principal est de pouvoir me produire en public, dans une bonne salle, deux ou trois fois par an », explique le musicien, grisé par l’adrénaline de la scène. « C’est à ce moment que l’on sait pourquoi on travaille. La musique procure alors un épanouissement incroyable. Comme dans le sport, cela fait beaucoup de bien d’un point de vue physiologique », exprime-t-il.

Mais cette passion peut être à « double tranchant » pour Xavier Aymonod qui ne souhaite pas donner l’image d’un consultant qui n’est pas complètement à sa tâche. Il ne pratique d’ailleurs le piano que le week-end. « Je ne pourrai pas y arriver en semaine de toute façon », dit-il.

Parmi ces pianistes passionnés, rares sont ceux d’ailleurs qui travaillent dans le conseil, tant le métier laisse peu de temps pour s’entraîner chaque jour au piano. Xavier Aymonod réussit pourtant ce travail d’équilibriste. Ce diplômé de Polytechnique a mis au point une « hyper-organisation de son emploi du temps » pour concilier ses concerts avec son activité professionnelle. « Il faut faire preuve d’une grande hygiène de vie, de concentration et d’équilibre dans ses activités », glisse-t-il, à l’image d’un grand sportif.

Mais surtout, Xavier Aymonod a un atout incroyable. Là où certains doivent travailler quotidiennement pour aborder une œuvre, il n’a pas besoin de beaucoup de temps pour déchiffrer une partition. « J’ai la chance de pouvoir lire à vue et donc je parviens à monter un programme à un bon niveau rapidement », dit-il sans fanfaronner. Pour écouter Xavier Aymonod jouer Bach, Chopin, Ravel ou de la musique contemporaine, rendez-vous début mars au Gasteig Zentrum à Munich pour un récital et le 10 mars au théâtre de Fontainebleau pour un concert à deux pianos.

Thibaud Vadjoux pour Consultor.fr

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.