Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Classement-consultor-2018Du mouvement ! La dernière édition – la septième – du classement Consultor des cabinets de conseil en stratégie en France 2018 voit quelques évolutions inédites.

Tout en haut pour commencer : les 501 étudiants sondés cette année par la Junior ESSEC placent le Boston Consulting Group (BCG) en tête. C’est une première en ce qui concerne la notoriété : seuls vingt-quatre des étudiants sondés à Centrale Paris, à l’École nationale des Ponts et Chaussées, à l’ESCP, à l’ESSEC, à HEC, à l’X, aux Mines et à Télécoms ParisTech disent ne pas connaître le BCG.

L’écart est minime puisqu’ils sont vingt-sept à ne pas connaître McKinsey. Mais cela va clairement dans le sens de l’hyper développement du BCG à Paris quand McKinsey y est moins tout feu tout flamme.

Satisfaction évidemment du côté de la rue Saint-Dominique : « La santé du bureau de Paris s’explique par son importance historique pour le BCG. À cela s’ajoute le fait que nous réalisons 15 % de croissance annuelle moyenne depuis quatre ans. Et que plusieurs des offres clés du BCG sont portées par des associés parisiens : Sylvain Duranton pour BCG Gamma et l'intelligence artificielle, Nicolas de Bellefonds pour le marketing digital, Olivier Scalabre pour le manufacturing 4.0 et d’autres », commente Olivier Wierzba, senior partner et managing director.

Et les changements ne s’arrêtent pas là. Du côté de la notoriété, Oliver Wyman se glisse dans le top 3, certes dans un mouchoir de poche devant Roland Berger et Bain. « Ce classement reflète la réputation de notre marque et les efforts fournis pour mieux la faire connaître, dit Éric Bach, partner en charge du recrutement chez Oliver Wyman. Nous avons accentué la communication dans les écoles cibles et avons renforcé le temps que les partners et les principals consacrent aux actions dans ces écoles. Des efforts qui portent leurs fruits : sur les 2 % de candidats à qui nous faisons des offres sur le total des candidatures reçues, le taux d’acceptation a progressé. Il est passé de 70 à 80 %. »

Très nouveau aussi le glissement de Bain au 5e rang de la notoriété, ce qui n’avait jamais été le cas dans les éditions antérieures du classement de Consultor. Roland Berger, avec une croissance de 16 % de son activité en 2017 à Paris, estime que « le classement reflète le marché, selon Olivier de Panafieu, comanaging partner du bureau de Paris. Nous sommes cependant surpris par le rang d’Oliver Wyman que nous n’imaginions pas aussi important. Roland Berger vise bien entendu le premier rang. Le chemin est encore long devant nous, mais ce n’est pas inimaginable. Tout particulièrement sur quelques axes où nous nous différencions radicalement de nos concurrents américains. Et notamment sur l’entrepreneuriat : peu de cabinets offrent autant de latitude pour créer et animer des practices ».

notoriété 2018

Méthodologie : Pour chaque personne interrogée, en base 100 :
  • « Je connais ce cabinet » : + 1 ;
  • « J’ai déjà eu affaire à ce cabinet » : + 1,1 ;
  • « Je crois avoir entendu parler de ce cabinet, mais je ne le connais pas vraiment » : + 0,5 ;
  • « Je ne connais pas ce cabinet » : – 0,5.

attractivité 2018

Méthodologie :
  • Note moyenne sur 10.

Dans la suite du classement, quelques mouvements méritent d’être soulignés. Eleven marque la meilleure progression d’une année sur l’autre et passe en deux ans de la 14e à la 9e place pour l’attractivité et de la 18e à la 11e pour la notoriété. Une progression que le cabinet explique par la composition du panel sondé qui compte 135 étudiants à HEC, où le cabinet s'estime particulièrement bien introduit. Mais la proprotion est cependant exactement identique à l'année dernière.

Inversement, Exton enregistre le plus gros recul, avec un positionnement exclusif sur les services financiers qui lui donne nécessairement moins de visibilité en-dehors. Ceci dit, ces variations sont moins significatives au bas du classement puisqu’il y a 0,7 point d’écart entre la moyenne des notes d’attractivité attribuées à Mars (3,91/10 en moyenne) et à Exton (3,24/10 en moyenne).

Ils appartiennent tous deux à un groupe de onze cabinets dont les notes ne dépassent pas les 4/10 en attractivité. Puis viennent sept cabinets (ADL, LEK, Advancy, Kea, Eleven, SKP et Monitor) qui forment un troisième tiers. Enfin, le classement de l’attractivité est bouclé par un trio à 5/10 (A.T. Kearney, Roland Berger et Oliver Wyman) et un top 3 MBB à 6/10.

Avec des notes qui globalement ne passent pas les 7/10 en moyenne alors qu’elles étaient supérieures à 8/10 l’an dernier. Ce qui pourrait laisser présager un moindre intérêt globalement pour le secteur auprès des étudiants par rapport à l'an dernier.

Du côté de la notoriété, la géographie du conseil en stratégie est moins vallonnée. Le BCG et McKinsey, les deux cols hors catégorie, dépassent – et de beaucoup – le reste du massif montagneux. En moyenne montagne, une série de marques internationales et françaises sont comparables. Et en plaine, un attelage de boutiques généralistes et spécialistes n’est connu que d’une minorité d’étudiants. Quelques éboulements donc, mais pas de recomposition géologique majeure.

« L’effet d’échelle est important, voire décisif. Nombreux sont les acteurs spécifiques à développer des approches très intéressantes sur des problématiques données. Mais cela montre vite ses limites. Il est très difficile de répliquer ces modèles sans des moyens d’investissement plus importants », analyse Olivier Wierzba au BCG. Mais derrière le duo d’intouchables BCG-McKinsey, d’autres mouvements sont probables. Et Éric Bach chez Oliver Wyman de se féliciter de la bonne tenue du cabinet dans les offres d’embauche croisées remportées contre la concurrence : « On perd certains candidats pour le BCG et McKinsey, mais quasiment aucun pour d’autres cabinets. »

Consultor.fr

Commentaires   

+1 #8 Hippolyte Prost 06-09-2018 14:50
Merci pour ce classement !
Une remarque toutefois : 501 étudiants c'est un panel très light ! Et il manque plusieurs écoles cibles (notamment Sciences Po, parmi les profils les plus recrutés par BCG ces dernières années).
Peut-être est-il temps de changer de partenaire pour l'élaboration du classement... Chez Junior Consulting Sciences Po, notre dernière enquête à eu plus de 1000 répondants avec, en plus, des étudiants à l'étranger.
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #7 Jean_M 25-07-2018 10:16
Il serait temps d'élargir votre "coeur de cible" qui ne correspond plus à la réalité du marché...
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+4 #6 Eric 28-06-2018 10:28
Bonjour Romain_R;

Si votre temps vous le permet, pourriez vous préciser votre acception de "Grande Ecole"
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #5 Alumni 20-06-2018 10:19
Et quid des cabinets comme Advention ou Cepton ? (drôle de mettre Indefi mais pas Advention tout de même)
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
0 #4 Consultor_0618 17-06-2018 20:45
En réponse à Dominique_M 17-06-2018 16:00

Le classement a été fait auprès des élèves de Centrale Paris, à l’École nationale des Ponts et Chaussées, à l’ESCP, à l’ESSEC, à HEC, à l’X, aux Mines et à Télécoms ParisTech soit le coeur de cible des cabinets de conseil en stratégie en France
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
-29 #3 Consultor_0618 17-06-2018 17:54
En réponse à Romain_R 17-06-2018 13:09

Consultor ne s'en cache pas, le seul modèle économique viable identifié à ce stade est celui qui passe par la voie partenariale avec les cabinets.

Précision : les sociétés souhaitant devenir partenaires de Consultor doivent déposer une candidature, nous n'en donnons pas suite à la très grande majorité de ces candidatures (critère de taille, d'ancienneté, de dynamique, de culture, de métier).

Quelques remarques toutefois concernant les deux cabinets que vous citez : l'un à manqué de loyauté vis-à-vis de Consultor et nous avons décidé de ne plus en faire état dans nos colonnes.
Le second est en décroissance depuis 3 ans et ne compte plus que deux associés.

Notre grille d'analyse ne prend pas en compte le nombre de polytechniciens dans les cabinets.

Enfin il n'y a aucun cabinet de change management ou d'organisation référencé sur Consultor (mais il y a des polytechniciens dans chacun)
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+4 #2 Dominique_M 17-06-2018 16:00
Pourriez-vous élargir votre panel en fonction des écoles cibles du conseil en strat ?
X, ECP, Mines, Ponts, Télécom, Arts, ENSAE
HEC, ESCP, EMLyon, Essec
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié
+25 #1 Romain_R 17-06-2018 13:09
Dommage que les cabinets proposés aux étudiants soient liés à des partenariats commerciaux avec le site... N'ont par exemple pas été dans la liste présentée aux étudiants les cabinets Estin et Emerton, qui ne doivent plus ou pas être clients du site, alors que ce sont deux des plus prestigieuses boutiques de conseil de direction générale, où vont beaucoup de polytechniciens et centraliens... En revanche il y a dans la liste plein de cabinets d'organisation et de change management où les consultants ne viennent pas des grandes écoles...viveme nt un classement sans ce biais
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.