Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Soutenir la numérisation des secteurs traditionnels de l’économie, comme l’artisanat et le commerce, faire émerger une économie de l’innovation en finançant les investissements des start-up qui leur permettront d’acquérir une taille internationale, faciliter l'entrepreneuriat, adapter les niveaux de qualification : telles étaient quelques-unes des priorités du projet de loi Nouvelles Opportunités économiques, dite « loi Macron 2 » (après celle votée le 6 août 2015 sur la croissance et l'activité)  présentée par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, le 10 novembre 2015. Les propositions de la loi seront finalement portées dans d'autres textes de loi et la « loi Macron 2 » enterrée.

Politico a appris que la rédaction de ce projet de loi avait été établie avec le concours de McKinsey, selon des e-mails internes de 2015 échangés entre personnes impliquées dans le dossier.

Macron « a personnellement présidé le comité de pilotage », qui comprenait des fonctionnaires et des « personnalités qualifiées » telles qu’Éric Labaye (relire notre article sur sa promotion à la tête de Polytechnique), alors à la tête de la branche française de McKinsey, qui a fourni un travail de fond sur le projet de loi, selon l’un des documents consultés par Politico.

Le lien entre Emmanuel Macron et McKinsey est ancien et amplement documenté. Il démarre au sein de la commission Attali, le cercle de sages voulu par Nicolas Sarkozy en 2008 pour libérer la croissance de l’économie tricolore.

Cette commission verra se lier tout particulièrement Emmanuel Macron, alors inspecteur des finances, qui en était rapporteur, et Éric Labaye, mais aussi Karim Tadjeddine, associé chez McKinsey et rapporteur de la commission.

La relation Emmanuel Macron-Karim Tadjeddine ne cessera de perdurer ensuite, jusque dans la campagne présidentielle d’En Marche (dans laquelle nombre de consultants en stratégie se sont investis, relire notre article) au cours de laquelle Karim Tadjeddine a été jusqu’à donner de son temps pour comparer les prestataires possibles pour le développement d’un site internet pour la campagne.

Puis, plus tard, une fois Emmanuel Macron élu, McKinsey s’est engagé auprès de la Présidence de la République française dans l’organisation du sommet Tech For Good (relire notre article).

Bercy Emmanuel Macron

Crédit photo : Adobe Stock.

Commentaires   

+2 #1 Firmié 11-02-2021 15:06
McK x E. Macron c'est quand même l'exemple d'une relation client bien gérée.
Ils ont su parier sur le bon cheval y'a + de 5 ans et ne l'ont pas lâché depuis.
Ils n'ont plus qu'a "milker" la cash-cow.
Citer | Signaler ce contenu comme inapproprié

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.