Achats de conseil de l’État : le stage qui gêne

Thierry Lambert, le délégué interministériel à la transformation publique (DITP) qui chaperonne le principal marché de conseil de l’Etat, était entendu jeudi 2 décembre par la commission d’enquête du Sénat. Le contrat de son fils avec McKinsey, supposé témoigner de l’exemplarité de la déontologie de la DITP, est surprenant.

 

Consultor
07 Déc. 2021 à 06:00
Achats de conseil de l’État : le stage qui gêne
Adobe Stock illustration

L’audition de Thierry Lambert devant la commission d’enquête du Sénat était l’occasion pour la DITP d’expliquer le mode de fonctionnement du principal marché-cadre de conseil auquel ont actuellement recours les ministères français.

Il y fut abondamment interrogé sur les règles en place à la DITP pour éviter tout conflit d’intérêt. En effet, la DITP compte d’anciens consultant recrutés en tant que contractuels pour acheter du conseil pour le compte de l’Etat, et inversement, il arrive que des contractuels actifs à la DITP partent travailler pour des cabinets de conseil. Tous ces liens sont scrupuleusement encadrés, a rappelé Thierry Lambert (relire notre article). 

Et d’évoquer le cas de son fils. Thierry Lambert a confié que son fils avait lui-même effectué un stage chez McKinsey pendant sa scolarité, un stage « pour lequel je ne suis absolument pas intervenu, il le doit à ses seuls mérites. Comme à l’issue de ce stage, il a eu une proposition d’embauche pour septembre 2022, je me suis immédiatement déporté. Je n’ai plus aucun contact avec McKinsey en lien avec le marché-cadre qui nous lie actuellement. Évidemment, je me déporterai en faveur de mon adjoint pour le prochain marché si McKinsey se présente à une des offres de l’appel d’offres [le prochain marché-cadre qui est en préparation et sera publié au printemps ─ ndlr], je serai bien entendu exclu de l’analyse, de la négociation et des décisions sur McKinsey ».

Un exemple censé témoigner du caractère irréprochable de la DITP et sur lequel Thierry Lambert est revenu à nouveau au cours de son audition.

« C’est un conflit théorique parce que mon fils va être recruté en septembre 2022 – et peut-être qu’il ne va pas répondre à l’offre. Mais dès lors qu’il y a un risque qu’on puisse considérer qu’il a eu cet emploi parce que j’allais donner un marché à McKinsey. Je pense que c’est extrêmement important qu’on ne puisse pas se poser la question. Je l’ai dit à mes équipes, je l’ai dit au secrétaire général du gouvernement, je l’ai dit à la ministre. »

Cette situation témoigne aussi de la très bonne implantation de McKinsey à la sortie des grandes écoles françaises (le fils de Thierry Lambert est scolarisé à l’École des Ponts) et au sein des élites publiques et privées.

Ce n’est d’ailleurs pas du tout le premier cas de « fils de » chez McKinsey : Victor Fabius, le fils de l’ancien premier ministre et actuel membre du Conseil constitutionnel Laurent Fabius, est associé du bureau parisien de la firme ; les enfants de l’ancien patron de Renault, Carlos Ghosn, y ont travaillé (ainsi qu’au BCG,) tout comme Delphine Arnault et Frédéric Arnault, l’un des fils de Bernard Arnault. 

D’ailleurs devant les étudiants de Polytechnique en 2017 (voir la vidéo à 10’35’’), Bernard Arnault confiait avoir lui-même fait un stage au sein de la firme. Où, racontait-il, il avait croisé un certain Laurent Fabius.

à lire aussi

03/12/21
03-12-2021-ministere-economie-et-finance

Jeudi 2 décembre, la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques démarrait ses travaux. Elle se donne pour objectif de faire la lumière sur un sujet devenu grand public après que plusieurs cabinets de conseil sont intervenus auprès du gouvernement dans le cadre de la gestion de la pandémie.

 

0
tuyau

Un tuyau intéressant à partager ?

Vous avez une information dont le monde devrait entendre parler ? Une rumeur de fusion en cours ? Nous voulons savoir !

écrivez en direct à la rédaction !

commentaire (0)

Soyez le premier à réagir à cette information

1024 caractère(s) restant(s).

signaler le commentaire

1024 caractère(s) restant(s).

France

  • L’atout santé du nouveau partner d’EY-Parthenon
    02/02/23

    EY-Parthenon vient d’annoncer l’arrivée d’un nouveau partner au sein des équipes Strategy Health Science & Wellness. Il s’agit de Harold Smith, ex-L.E.K. Japon et Chicago, associé leader de la practice santé d’Emerton depuis 2019.

  • « Du conseil en stratégie pour 100 % de notre activité. Pas 10 % »
    01/02/23

    Estin & Co, marque historique du conseil en stratégie français, fêtera ses 30 ans en 2027. Son fondateur éponyme, Jean Estin, figure du patronat français, livre sa vision d’un demi-siècle de conseil en stratégie. Il répond aux questions de Consultor.

  • Partners : Bain met les bouchées doubles
    30/01/23

    Deux arrivées récentes de partners au féminin, Katherine Dixon et Nathalie Wouters-Rémy – une ancienne diplomate experte en énergie et une ancienne CEO de grande entreprise –, s’ajoutent à quatre promotions : Pierre-Antoine Bodin, Guillaume Tobler, Alexis de Meaux et Yannick Thiry.

  • Inflation, énergie, guerre : les consultants au cœur du retournement
    27/01/23

    Depuis un an, la guerre en Ukraine rebat les cartes de l’économie mondiale. Avec un nouvel acteur, l’inflation. Cette conjoncture complexifie la donne pour les entreprises déjà impactées par la pandémie, mais jusque-là soutenues par l’État, et fragilise de nouveaux secteurs. Les cabinets sont dans les starting-blocks « retournement ».

  • L’ambition XXL du nouveau boss d’Oliver Wyman
    25/01/23

    Au terme d’un process de sélection de plusieurs mois, Bruno Despujol a été choisi pour diriger les bureaux de Paris et de Bruxelles d’Oliver Wyman (44 partners, 300 collaborateurs). Il succède à Hanna Moukanas, qui occupait ces fonctions depuis 2015. Ils livrent tous deux à Consultor le bilan des dernières années et les dossiers chauds du moment.

  • Kea et Veltys se rapprochent d'un cran
    17/01/23

    Après Nuova Vista et MySezame acquis à l’automne dernier, Kea & Partners continue son chemin d’investissements tracés dans le plan Darewin 2025 (avec une levée de fonds de 23 millions d’euros).

  • Une nouvelle destination (inconnue) pour Jean-Marc Liduena
    12/01/23

    Après 4 années passées dans la récente branche conseil en strat’ de KPMG, Global Strategy Group (GSG), l’hyperactif Jean-Marc Liduena, un ancien consultant de Bain, de Roland Berger et de Deloitte annonce son départ du groupe KPMG.

  • +40 % : Simon-Kucher fait bondir son partnership
    11/01/23

    C’est une évolution pour le moins rarissime et ambitieuse. Simon-Kucher fait croître d’un coup son partnership de 40 % en ce début 2023. Dans une conjoncture économique plutôt sombre, les leviers de croissance seraient la réponse gagnante pour ce cabinet qui vise le milliard de chiffre d’affaires au niveau mondial en 2027.

  • BCG France : trois départs dans un partnership en croissance
    10/01/23

    Depuis un an et demi, au moins quatre managing directors français ont disparu de l’organigramme : à Paris, Timothy Mandefield, Philippe Plouvier, Philippe David, le dernier en date en novembre, et à Londres, Benoît Macé.

Benjamin Solano
France
État, DITP, stage, éthique, conflit d'intérêt, déontologie, marché public
10101
McKinsey
2021-12-09 20:36:03
0
Non