Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

consultant sur le depart" J’étais prêt à quitter le conseil à tout moment "

"J’ai été consultant pendant 8 ans dans deux cabinets différents, dont un des principaux cabinets de stratégie en France. Mes motivations pour entrer dans le conseil étaient très classiques : diversité des missions, fort niveau d’exposition, découverte de secteurs d’activité différents, niveau élevé des collaborateurs, bon salaire.

J’y ai trouvé tout ce que j’attendais, et bien évidemment les inconvénients qui vont avec : stress, rythme intensif, déplacements fréquents, gestion constante de l’imprévu, faibles compétences managériales des associés,… mais je ne regrette rien des années que j’y ai passées.

 

Comme beaucoup de consultants, je fonctionne à la motivation. Certaines missions sont trépidantes, d’autres moins excitantes (thématique sans grand enjeu, équipe peu intéressante, déplacements contraignants,….). De fait, je savais que chaque super mission pourrait être suivie par une autre moins glamour ; du coup, ma fidélité au cabinet était toute relative. Cette motivation sinusoïdale est renforcée par l’occurrence des évals, semestrielles, avec leurs lots d’injustice et de frustrations parfois, qui ne font qu’accélérer l’envie d’en découdre. Les augmentations et les promotions n’avaient pas nécessairement l’effet inverse, elles nous font dire qu’il est temps de partir, qu’après il sera trop tard, qu’on sera trop cher.

"L'expérience du conseil n'est souvent qu'une prolongation des études"

Du coup, à l’issue de mes trois premières années en cabinet, j’étais prêt à quitter le conseil à tout moment. C’est là que les chasseurs de tête commencent à nous téléphoner, souvent pour nous proposer un autre cabinet malheureusement. N’empêche, cette désirabilité donne des idées, et excite un peu l’envie de partir.

Dans mon cabinet, je pense que tout le monde était disposé à quitter la boîte si on lui proposait un job en stratégie d’entreprise ou en private equity… L’expérience de conseil n’est souvent qu’une prolongation des études, appliquée à la vie en entreprise. Une application éprouvante mais valorisante, souvent excitante et bien rémunérée.

Un partner en cabinet n’est finalement souvent qu’un consultant qui n’est pas parti, plutôt qu’un consultant qui est resté. "

Romain, 35 ans, ancien consultant en stratégie

Consultor, portail du cabinet de conseil- 22/05/2011

Ajouter un Commentaire

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.