Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Carrière de Consultant en stratégie10 arguments pour viser une longue carrière de consultant en stratégie

Faire la majeure partie de sa carrière dans le conseil est un choix statistiquement peu fréquent, du fait des contraintes du métier et de sa selectivité. Vous trouverez ici notre point de vue sur les avantages du métier et 10 raisons d’y rester.  

Rare sont les consultants qui entrent dans le conseil en vue d’y devenir associé. Ce parcours de dix ans minimum parait, souvent à juste titre, très incertain pour un junior.. En effet avec la politique d’up or out, peu auront accès au haut de la pyramide. Paradoxalement, il l’est tout autant pour les managers qui ne s’imaginent pas nécessairement avoir la vie de leurs partners. Du coup, il paraît naturel de partir travailler dans « l’industrie » après avoir capitalisé quelques années d’expérience. Et pourtant, faire carrière dans le conseil a bien des avantages...
En voici 10 pour contrebalancer les raisons qui peuvent éloigner du métier de consultant (cf. le conseil comme 3e cycle, nos témoignages de consultants).

1) Méritocratie

Aucun autre corps de métier ne peut se targuer de se baser autant sur un système méritocratique : si vous travaillez bien, vous êtes assurés d’être promus, au moins jusqu’au grade de principal (ensuite, il s’agit d’une élection, plus politique) ; en outre, les évaluations de votre travail sont fréquentes (à chaque fin de mission, parfois plusieurs fois par mission) et de sources diverses (associé, chef de projet, clients, collègues), ce qui réduit les risques d’injustice. Ce principe méritocratique est valable pour gravir les derniers échelons, par conséquent, c’est également cette règle qui devrait présider si vous êtes manager aujourd’hui.

2) Evolution rapide

Il est difficile de trouver d’autres entreprises où on peut devenir associé en 8 ans. Et même si vous n’êtes pas fast-tracker, vous gravissez les échelons bien plus rapidement que vos camarades de promotion ayant choisi d’autres parcours, en général.

3) Une formation pour devenir un leader

Cette évolution rapide se double d’une accession à un niveau de décision élevé en peu de temps. Vous conseillez des C-levels (CEO, CFO, CIO, COO, CTO...) au bout de 2-3 ans, et pouvez prétendre à certains de ces postes dès 6-8 ans d’expérience. 

4) Un impact réel sur le monde

Avec ce niveau de décision, le conseil vous permet d’avoir de l’impact à grande échelle l’aspect du monde économique. Et bien sûr, plus on monte dans la hiérarchie, plus cet impact est important.

5) La créativité encouragée

Une fois passées les 2-3 années à vous imprégner de la méthodologie du cabinet, la part laissée à la créativité va croissante. Vous êtes sans cesse amenés à trouver des solutions innovantes, à la fois en termes de problématiques business et de construction des modèles d’approche de ces solutions. De plus, plus vous monterez en grade, plus votre liberté d’approche et d’action a des chances d’être grande.

6) Un environnement intellectuellement très stimulant

Vous côtoyez dans le conseil des gens parmi les plus doués de leur génération, et travaillez sur des problématiques complexes qui vous permettent de donner le meilleur de vous-mêmes en termes de réflexion. En outre, plus vous vous rapprocherez du niveau partner, plus vous êtes amené à publier vos analyses prospectives (livres blancs ou « thought leadership »), qui vous confèrent peu à peu le statut d’expert de ce secteur.

7) Une spécialisation progressive

En tant que consultant, vous découvrez de nombreux secteurs d’activité, qui vous permettent d’envisager lesquels ont le plus d’attrait pour vous. En continuant votre carrière dans le conseil, vous êtes amenés à traiter un nombre plus limité de secteurs, le plus souvent ceux qui vous intéressent le plus. 

8) Le développement d'un réseau exceptionnel 

Ces gens que vous côtoyez occuperont bien souvent des fonctions de direction, ou bien auront des activités plus diverses mais sans doute intéressantes (voir notre article sur les débouchés du conseil en stratégie). La solidarité entre alumni étant assez développée, vous bénéficierez ainsi de belles opportunités, et d’un réseau riche et intéressant (d’autant plus développé que vous y resterez, bien sûr). Pour McKinsey, et pour le BCG dans une moindre mesure, faire carrière dans ces cabinets, c’est entrer dans une aristocratie, une élite ; quand on vous présentera à l’avenir, on parlera de vous directement comme d’un ex-McKinsey ou ex-BCG (avec une importance du même acabit que votre diplôme).

9) Le salaire

Les salaires sont élévés dans le conseil en stratégie, et augmentent de façon exponentielle à mesure que l’on monte dan la hiérarchie. Un partner d’un cabinet de conseil en stratégie gagne entre 250K€ et 2M€ (la moyenne tournant autour de 600K€).

10) L’absence d’alternatives préférables

Sortir du conseil, c’est abandonner la plupart de ces avantages. La difficulté principale pour trouver un débouché  est souvent le changement de rythme de travail : le nombre de problèmes à résoudre diminue drastiquement, ainsi que la diversité des sujets traités. 

Si vous êtes convaincus par tous ces arguments, vous pouvez postuler à l'une de nos offres d'emploi pour consultants.

N'hésitez pas à poster un commentaire si vous voyez d'autres avantages au métier de consultant en stratégie, ou si au contraire vous n'êtes pas d'accord avec nos arguments !

Consultor, portail du conseil en stratégie- 12/03/2011

Ajouter un Commentaire