Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Le fondateur du cabinet Alix Partners porte plainte – à titre personnel – contre McKinsey pour des pratiques commerciales jugées anticoncurrentielles qui auraient évincé Alix Partners hors de son marché historique du conseil en retournement, selon le texte de la plainte citée par plusieurs médias américains.

Un marché du retournement sur lequel McKinsey a généré 225 millions de dollars depuis la création d’une première filiale spécialisée en 2010 aux États-Unis, selon Jay Alix qui est aujourd’hui administrateur et actionnaire d’Alix Partners.

Dans sa plainte, il estime que McKinsey a « en toute connaissance de cause et intentionnellement soumis des déclarations fausses et prêtant à confusion sous serment » dans des affaires où le cabinet avait été embauché pour le retournement de sociétés en grandes difficultés et placées sous suivi judiciaire.

Pour Jay Alix, McKinsey a illégalement dissimulé ses relations avec de nombreuses parties prenantes dans ces différents dossiers de faillites où en théorie tous les professionnels (avocats, consultants…) mandatés doivent déclarer leurs relations d’affaires de manières à éviter tout conflit d’intérêt. « Si ces connexions avaient été connues, McKinsey aurait été écarté de ces dossiers », selon le texte de la plainte.

Autre motif de grief, une pratique de donnant-donnant instaurée par McKinsey qui aurait fait miroiter aux avocats spécialistes des faillites une mise en relation avec le puissant réseau de clients de Mckinsey, en échange du renvoi de leurs clients vers sa practice de retournement.

Toutes ces allégations sont vivement dénoncées par McKinsey dans un communiqué cité par la presse américaine.

Ce n’est pas la première escarmouche entre Alix Partners et McKinsey. Déjà en 2016, Dans l’État de Virginie, la justice avait été saisie par une société représentant Jay Alix afin de déterminer si McKinsey RTS (son activité de retournement) devait présenter la liste de ses clients qui pourraient être en conflit avec les procédures de retournement qu’il gère.

Finalement, McKinsey n’a pas rendu publique la liste de ses clients dans cette affaire. En effet, le juge a bien ordonné la divulgation d’informations de ce type, mais a décidé que cette liste resterait à la discrétion de la justice.

jalix jf miami 1269 founders-page 600x338

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.