Consultor le portail de référence du conseil en stratégie Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

La commission d’enquête parlementaire chargée de clarifier les conditions dans lesquelles le pôle énergie a été cédé à GE en 2014 vient de boucler ses travaux, rapporte Les Échos. On y apprend que les faiblesses d’Alstom ne sont pas soudainement apparues à l’État lorsque la nouvelle de discussions entre Alstom et GE a été révélée en avril 2014.

Si quelques mois avant un rapport de Roland Berger avait été remis à l’ancien ministre de l’Économie Arnaud Montebourg, d’autres services de l’État s’étaient déjà enquis de la santé d’Alstom dès 2012. À cette date, un rapport avait été commandé par l’Agence des participations de l’État (APE) au cabinet A.T. Kearney.

Il décrypte le risque de cession de la participation détenue par Bouygues dans Alstom, et pointe « des faiblesses structurelles dans l’énergie et juge que l’option GE sera moins destructrice d’emplois », rapporte Les Échos.

« Je ne sais pas si la demande est venue du ministère de l’Économie, de l’Élysée ou de Matignon. En tout cas, il y a eu consensus pour demander d’examiner à froid, si je puis dire, le sujet Alstom. Tout le monde pressentait que l’entreprise était stratégiquement en difficulté, explique David Azéma, l’ex-commissaire aux participations de l’État devant les députés. Le rapport A.T. Kearney n’a pas produit une solution qui allait de soi, mais une famille de solutions possibles parmi lesquelles, si ma mémoire est bonne, une option avec GE. »

TGV-ERIC-SALARD--CC-BY-SA-2.0-2

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.