Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le Boston Consulting Group fait l’objet de critiques violentes de la part d’entreprises américaines dans la gestion qu’il fait de sa mission auprès de la Defense Commissary Agency (DeCA). Cette centrale d’achat et réseau de distribution permet aux militaires américains et à leurs familles de bénéficier de produits seulement 5 % au-dessus de leur coût de revient.

Le cabinet est accusé d’agir dans son propre intérêt plutôt que dans celui des consommateurs, les sacro-saints vétérans de l’armée. En 2015, le BCG était engagé par DeCA pour étudier son système de prix et d’approvisionnement, une mission alors rémunérée 1,5 million de dollars. Cette année, DeCA a confié au cabinet de conseil en stratégie la suite de cette mission, à savoir la mise en œuvre des recommandations. Sauf que cette fois, une partie de la mission sera rémunérée en pourcentage des économies réalisées. Le BCG doit en effet couper à hauteur de 1,3 milliard dans les coûts d’approvisionnement de son client et pour cela gérer les négociations avec les entreprises prestataires. Et c’est là que le bât blesse. Le représentant des fournisseurs, le président de la American Logistics Association, accuse le BCG de ne pas être impartial dans la tenue des négociations. Pour lui, cela signifie que les militaires consommateurs n’auront plus accès à certains produits pourtant parmi les plus vendus dans les enseignes de la DeCA. À noter que le cabinet de conseil, seul sur cette mission, empoche une rémunération garantie. Celle-ci est évaluée à 50 millions de dollars, auxquels s’ajoutera un pourcentage des économies réalisées.

Source : The News Tribune

news-tribunelogo

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.