Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Roland Berger lance officiellement aujourd’hui, vendredi 30 septembre, une structure de capital investment sur le marché du small et mid cap en France. La nouvelle société, B & Capital, est créée en association avec quatre investisseurs (Philippe Zurawski, Bertrand Tissot, Mikaël Schaller et Bernard Arock), associés jusqu’à présent chez Omnes Capital. Du côté de Roland Berger, c’est Olivier de Panafieu (head of private equity à Paris) et le senior consultant Bertrand Burdet qui ont plus particulièrement travaillé depuis un an à la mise en place de la nouvelle structure.

B & Capital est « une première pierre d’un modèle qui a vocation à se développer dans d’autres pays », d’après Olivier de Panafieu. Ce projet s’inscrit dans la stratégie de diversification des activités lancée par Charles-Édouard Bouée depuis son élection.

Les fondateurs de B & Capital ne renient pas la ressemblance avec Bain Capital, McKinsey Investment Office ou BCG Ventures. Mais pour Philippe Zurawski, l’innovation tient dans le fait qu’il « n’existe pas d’offre intégrée de capital investment et de conseil stratégique sur le segment des small et mid cap en France. Avec B & Capital, les consultants en stratégie de Roland Berger contribueront au succès de nos participations dès la phase d'origination jusqu'à leur sortie du portefeuille ».

B & Capital est une société totalement indépendante de Roland Berger. Ce sont des partners du cabinet, français et étrangers, qui ont investi à titre personnel dans la société. Ils s’engagent également à se rendre disponibles pour répondre aux demandes des clients. Les consultants de Roland Berger pourront aussi être amenés à intervenir, mais les missions seront facturées comme pour n’importe quel autre client. Enfin, Olivier de Panafieu balaie les interrogations quant à d’éventuels conflits d’intérêts en expliquant que « la société investira dans des entreprises valorisées en dessous de 100 millions d’euros. Ce sont des entreprises qui sont traditionnellement sous la taille critique de celles qui font appel à des cabinets de conseil en stratégie ».

B & Capital devrait déposer « dans un futur proche » un dossier d’agrément auprès de l’AMF pour la création et la gestion d’un fonds ouvert à destination des investisseurs institutionnels.

olivier de panafieu capital b

Consultor utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service possible. En continuant votre navigation, vous acceptez notre utilisation des cookies.