Consultor le portail de référence du conseil en stratégie

News, décryptages et perspectives
du conseil en stratégie

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le Korea Times, quotidien sud-coréen, s’interroge dans un article paru le 26 juillet sur la pertinence pour les entreprises nationales de payer encore des honoraires élevés à McKinsey. Le journal étaye ses doutes avec trois exemples pour le moins dérangeants pour le cabinet.

Premier accroc au tableau du consultant, ses conseils à l’ancien vice-président de LG Electronics. McKinsey lui aurait en effet conseillé par le passé de ne pas trop s’attarder sur les smartphones et de se concentrer sur les « feature phones ». Pendant ses années de consulting auprès de LG Electronics, le cabinet aurait empoché pour 30 millions de dollars d’honoraires par an. Depuis, le vice-président a perdu son poste, face à l’explosion du marché des smartphones et la mort des feature phones.

Le Korea Times met en avant deux autres exemples : Doosan Group et Samsung Life. Au premier, McKinsey a conseillé un très grand nombre d’acquisitions. Il en a résulté un manque cruel de cash-flow et la nécessité pour Doosan Group de licencier en masse. Au second, Samsung Life, McKinsey a recommandé, en 1981, de diviser par deux sa force de vente, la société passant de 60 000 à 35 000 vendeurs. Ces mesures n’ont pas empêché la société de continuer à souffrir. Pour l’un de ses anciens directeurs, Samsung Life subit encore aujourd’hui les conséquences de ces suppressions massives de postes.

L’article du Korea Times, clairement à charge, pose ainsi la question de l’intérêt pour les entreprises sud-coréennes de payer de tels honoraires. Mais les exemples pris, s’ils sont marquants, ne représentent que trois revers en plus de trente ans.

logo korea times